Rwanda: «Le Secteur Minier génère 12 millions d’emplois sur le contient» -PM Edouard Ngirente



Les pays africains conjuguent leurs efforts pour développer davantage le secteur minier qui génère 12 millions d’emplois et qui est une source de revenus, selon le Premier Ministre rwandais, Edouard Ngirente.

«Les pays africains négocient des contrats avec les multinationales et génèrent ainsi des revenus. Nous devons intégrer les mines dans notre production industrielle, voir comment mettre en œuvre la Vision Minière Africaine malgré le défi de la pauvreté. Il nous faudra renforcer la transparence, l’exploitation maximale de nos ressources, ainsi que la croissance durable. Il faut industrialiser l’Afrique et ajouter de la valeur à nos produits. Avec la ZLECAF, il nous faudra revitaliser le secteur, développer de bonnes conditions pour la valeur ajoutée, faire usage de la technologie à des fins d’atteindre notre vision », a indiqué le PM Edouard Ngirente à l’ouverture du Forum africain des Mines de l’Afrique de l’Est et Centrale.

Il a rappelé que le Rwanda apprécie la Vision Minière de l’Afrique de l’Est. Il a déploré la fluctuation des prix qui pèse sur les pays africains. Il a encouragé à penser à la fonderie

«L’Afrique dispose de 60 % des matières du monde, mais elle n’exploite que 50 %, et ne commercialise que moins de 20 %. Les gouvernements devront s’engager dans la valeur ajoutée pour améliorer les échanges de commerce », a poursuivi le PM.

Il a rappelé que le Rwanda consolide le secteur minier et qu’il a créé une Ecole de Géologie et Mines. « Nous créerons une base de données géologique. Nous avons besoin que le secteur privé y investisse »-a-t-il encore noté.

Il a exhorté les diverses agences et ministères de développer des partenariats pour la croissance dans le secteur.

Pour le Directeur Général de l’Office Rwanda des Mines, Pétroles et Gaz, Francis Gatare, le Secteur des Mines a généré $ 350 millions en 2018-2019. Les mines et carrières génèrent ensemble 80 mille emplois, dont 45 mille pour les carriers.

Il a annoncé que ce Forum vise à restaurer les activités minières des pays, passer des mines de conflits à des mines accessibles qui créent la prospérité.

Pour cela, l’on devra promouvoir les investissements dans les secteurs, renforcer la fonderie, la raffinerie et l’exploitation.

Francis Gatare a informé que le Forum accueille d’importants délégués et des leaders remarquables du secteur au niveau des pays, des régions et de la communauté internationale.

Dans les panels, il est ressorti la nécessité de mettre à jour les cartes minières détaillées des pays, et de rédiger de bonnes politiques et de bonnes lois régissant le secteur minier. Cela attire les investissements et les aspirations des peuples des autres pays.

L’on doit noter que les investissements aident ainsi les communautés. Il faut aussi une académie minière pour apprendre aux gens ce qu’il faut faire. Surtout que les artisans sont plus nombreux dans les mines. Au Rwanda, l’on a opté de les regrouper en coopératives pour mieux les renforcer, afin qu’ils aient aussi accès à des crédits auprès des banques.

Par André Gakwaya