Flash News :
Wednesday, Nov 20

Lire nos articles en différentes langues ici

  • PUB01
  • PUB02
  • PUB03
  • PUB04
  • PUB05
  • PUB06

La congolaise Joséphine Uwase Ndeze remporte le concours de technologie Miss Geek Africa



Josephine Uwase Ndeze de la République démocratique du Congo a remporté le Miss Geek Africa 2019, un concours rwandais qui réunit des jeunes femmes entrepreneurs dans le secteur des technologies, vendredi 17 mai.

Uwase Ndeze a conçu une plateforme mobile qui permet aux femmes enceintes de surveiller leur santé pendant la grossesse. La plateforme est connectée à un bracelet intelligent qui vérifie les signes vitaux de la femme et les envoie ensuite à un fournisseur de services d’urgence en temps réel. Cela permettra de surveiller leurs progrès, leurs symptômes et de les connecter à leurs fournisseurs de soins de santé si les résultats nécessitent une urgence.

Josephine Uwase souhaite réduire les décès maternels. Le prix remporté comporte, entre autre, l’adhésion technique à l’Institut des ingénieurs électriciens et électroniciens, qui lui permettra d’avoir accès aux informations techniques et aux opportunités au niveau mondial.

Uwase a été récompensée lors de la cérémonie de clôture du cinquième Sommet Transform Africa qui s’est tenu à Kigali.

actu24.cd

Burundi: le MAP-Burundi Buhire, nouveau mouvement politique citoyen pour la refondation du Burundi



Alors que la crise politique burundaise s'enlise et que de nouvelles échéances électorales sont prévues dans un an, un nouvel acteur  sur la scène politique  burundaise vient de naître: il s'agit du Mouvement d'Actions Patriotiques, MAP- Burundi Buhire. Un mouvement politique citoyen qui se donne comme mission, la refondation de la nation et de l'Etat burundais. Mais, qu'apporte de nouveau ce mouvement, sa vision, sa force, sa méthodologie d'action et son regard sur les autres acteurs politiques burundais? La rédaction d'Imburi Phare a rencontré le Professeur Libérat Ntibashirakandi, porte-parole du MAP-Burundi Buhire. Il est l'invité de la semaine sur Imburi Phare Media. Interview. 

Êtes-vous un parti politique, un mouvement ou tout simplement une organisation de la société civile ?

MAP-BURUNDI BUHIRE est un mouvement politique citoyen rassembleur et inclusif pour la Refondation de la Nation et de l’Etat burundais. Il a été lancé officiellement le 12 avril 2019 après un large processus de consultations entre Burundaises et Burundais résidant au Burundi et ceux de la Diaspora. Les membres fondateurs sont préoccupés par la situation actuelle d’impasse politique et de délabrement de tous les secteurs de la vie nationale. Ce n’est ni un parti politique, ni une organisation de la société civile mais plutôt un mouvement politique ouvert à tous les patriotes burundais.

Il existe plusieurs organisations (mouvements civiles ou armés, clubs, associations…) nées de cette crise que le Burundi traverse depuis 2015. Certaines n’existent que de nom, d’autres sont des morts-nés, d’autres encore n'ont fonctionné que quelques jours. Qu’apporte de nouveau le MAP ?

L’on assiste effectivement au Burundi à une prolifération de partis et organisations politiques depuis les années 1992 et qui se sont partagés les postes de responsabilité dans la gestion de notre mère Patrie. Toutefois, le Burundi n’a pas cessé de sombrer dans des violences. L’histoire du Burundi est caractérisée par des conflits cycliques, une mauvaise gouvernance et des violations massives des droits humains : des personnes sont tuées pour leurs appartenances ethniques, leurs croyances religieuses, leurs régions d’origine, ou tout simplement parce qu’elles n’épousent pas les idées du parti au pouvoir. Cette situation s’est aggravée depuis 2015, avec plus de 2000 personnes tuées, plusieurs milliers de personnes emprisonnées ou disparues, des femmes violées et un demi-million de citoyens qui ont fui le pays et mènent une vie déplorable dans les camps de réfugiés dans les pays voisins, tandis que d’autres se retrouvent entassés dans des camps de déplacés à l’intérieur du pays. Sur le plan économique, tous les secteurs de la vie nationale sont délabrés. Les patriotes burundais ne peuvent donc pas accepter que leur Mère Patrie s’effondre sous leurs yeux et sans rien faire. D’où cette urgente nécessité de repenser l’Etat-Nation et s’engager dans un long processus de refondation de la Nation et de l’Etat burundais. Qu’apporte de nouveau le MAP ?

 MAP-BURUNDI BUHIRE apporte

  • une méthodologie d’approche de faire la politique notamment la méthodologie participative basée sur des consultations publiques. Avant de lancer publiquement le mouvement, une consultation publique d’une durée de trois semaines (du 2 au 24 mars 2019) a été lancée auprès des compatriotes burundais afin de contribuer par des idées sur l’orientation de la création du mouvement de refondation de la Nation ; 
  • un concept nouveau dans le sillage politique burundais, celui de la refondation de la Nation et de l’Etat burundais. Il s’agit de proposer aux burundais un projet de société et une nouvelle vision pour mettre fin aux maux dont souffrent les burundais depuis plus d’un demi-siècle et construire un Burundi digne, moderne, paisible et prospère ; 
  • une nouvelle classe politique inclusive qui met au centre dans toutes les actions l’intérêt des citoyens avec sa propre feuille de route et son propre agenda sans suivre les pas du pouvoir de Gitega ou de Bujumbura. 

Cela fait exactement un mois que le MAP est officiellement lancé ! On a vu un début difficile avec les premières défections dès le 1er jour du lancement. Que s’est-il passé au fait ?

Je ne dirai pas que c’est un début difficile avec deux membres fondateurs qui se sont retirés, dont un était membre du Bureau de Coordination. Pourquoi ? Les deux membres ont participé à l’assemblée constituante et ont contribué par d’excellentes idées, chacun dans son domaine d’expertise, et nous tenons d’ailleurs à les remercier pour cela. Donc, ce n’est pas un problème d’idéologie, ni de rivalités pour le leadership. Ce fut plutôt un malentendu sur la nature de MAP qui, d’ailleurs n’avait pas raison d’être car tous les membres fondateurs ont adhéré à la vision et à la nature de MAP en tant que mouvement politique comme c’est bien repris dans la déclaration politique rendue publique le 2 mars 2019.

Qui parle de Mouvement vers un but ultime clairement énoncé évoque le démarrage par une poignée de personnes partageant une vision et un agenda pour poursuivre cette mission, et qui rallie au fur et à mesure d’autres personnes qui épousent cette vision et veulent également s’investir vers l’atteinte de ce but ultime.  C’est un ralliement volontaire. Chacun garde la prérogative de quitter le Mouvement sans aucune rétorsion. 

Par ailleurs, dans toute organisation politique ou autre, chaque membre a le droit de se retirer. Ce phénomène qui arrive au sein du MAP ne peut pas être considéré de quelque façon que ce soit comme inusité, déplacé, inconvenant, inattendu ou surprenant. Plutôt, ne faudrait-il pas voir les choses autrement comme quoi MAP est ouvert depuis son lancement aux membres des autres formations politiques surtout quand ils adhèrent au concept de MAP de refondation de la Nation et de l’Etat burundais.

La question a été gérée à l’interne et les portes restent grandement ouvertes à tout burundais patriote qui adhère aux idées de MAP. La refondation de la Nation et de l’Etat burundais est un chantier qui sera long mais exaltant, aucun patriote burundais ne devrait se dérober de son devoir de bâtir un Burundi paisible, uni, digne et prospère tant rêvé par nos ancêtres qui ont lutté pour son indépendance.

Votre mouvement fait appel à l’union de tous les patriotes burundais, envisagez-vous une alliance avec d’autres partis ou mouvements politiques pour renforcer les forces d’actions patriotiques ?

La préoccupation d’aujourd’hui de MAP- BURUNDI BUHIRE est de jeter les bases de la refondation de la Nation et de l’Etat burundais. MAP-BURUNDI BUHIRE est attaché à la méthodologie participative dans toutes les actions patriotiques. Nous n’hésiterons jamais de consulter les Burundais qu’ils soient membres ou pas des partis politiques.  Au MAP BURUNDI BUHIRE, nous avons une ferme volonté de travailler avec tous les Burundais patriotes mais dans le strict respect des valeurs d’Ubuntu, d’Ubushingantahe, d’honnêteté, de respect mutuel et du respect de la parole donnée. La refondation de la Nation est un processus long qui nécessite les énergies et forces de toutes les filles et de tous les fils de notre Burundi. Le moment venu, s’il s’avère nécessaire que pour réaliser sa vision, MAP-BURUNDI BUHIRE a besoin d’une alliance avec d’autres patriotes organisés, les organes habilités du mouvement en décideront en conséquence.

On a vu votre position par rapport aux accords d’Arusha. Le MAP pourrait-il remplacer ou renforcer le CNARED en perte de vitesse ?

L’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation était un contrat social entre les deux grandes composantes de la société burundaise. Il a été le socle sur lequel le Burundi a été politiquement construit depuis l’an 2000. Il n’est pas parfait et l’on sait très bien qu’il a été signé avec des réserves malheureusement qui n’ont jamais été vidées. Toutefois, l’Accord d’Arusha reste une très bonne base comme système démocratique consociatif applicable dans un pays comme le Burundi où le risque d’exclusion est grand. La violation de cet Accord aura des effets négatifs sur tout le pays et le risque est élevé que le Burundi sombre encore dans un conflit ethnique comme avant sa signature.

En conséquence, MAP-BURUNDI BUHIRE œuvrera aux côtés des autres forces vives de la Nation pour exiger la réhabilitation de cet Accord historique malgré ses imperfections. MAP-BURUNDI BUHIRE apprécie à juste valeur tous les efforts qui ont été déployés par ceux qui ont résisté à toutes les tentatives de violation de cet accord.

La revendication pour la réhabilitation de l’Accord d’Arusha est une des actions de MAP-BURUNDI BUHIRE mais qui n’est pas synonyme de remplacer ou renforcer le CNARED. MAP-BURUNDI BUHIRE

Le gouvernement burundais refuse toujours le dialogue avec la « vraie » opposition. Quelle est votre force pour changer les choses au Burundi ?

La force de MAP réside dans sa vision, sa méthode participative basée sur des consultations publiques et la détermination des membres qui sont de plus en plus nombreux pour porter ce projet combien louable de bâtir un Burundi moderne, un Burundi où il fait beau vivre, un Burundi où seront bannis les crimes répétitifs, un Burundi réconcilié et caractérisé par une justice équitable pour tous les citoyens.  

Quel regard portez-vous sur l’action de résistance déjà entreprise par certaines formations armées contre le pouvoir de Bujumbura ?

Nous pourrions reprendre cette phrase de Nelson Mandela: « Quand un homme est privé du droit de vivre la vie dont il croit, il na dautre choix que de devenir un hors la loi ». L’action de résistance a pour origine la privation des libertés, la frustration, les crimes, l’injustice et le désespoir, qui rongent une grande partie de la société burundaise, et qui est alimentée par la pauvreté, les inégalités et la discrimination. Nous comprenons parfaitement de tels mouvements de résistance.

MAP: Mouvement d’Actions Patriotiques. Mais qui dit patriotiques n’exclut pas la lutte armée, non ?

MAP-BURUNDI BUHIRE est un mouvement politique citoyen, et non un mouvement armé. Les actions patriotiques ne se limitent pas uniquement à la lutte armée. L’état de délabrement de l’économie burundaise et les services sociaux, le chômage des jeunes, les inégalités sociales et la destruction des valeurs, etc. nécessitent des actions patriotiques pour rebâtir la Nation de façon cohérente. La priorité de MAP-BURUNDI BUHIRE est de finaliser un projet de société pour un pays moderne et les Burundais eux-mêmes détermineront ensemble les moyens qui créeront des conditions favorables pour le mettre en œuvre avant que le pays ne sombre.

Comment allez-vous mener des actions au Burundi alors que la plupart des leaders du MAP sont à l’extérieur et que vous n’avez pas de base au Burundi ?

La méthodologie participative adoptée dans la création de MAP-BURUNDI BUHIRE à travers les consultations publiques a permis d’avoir des membres au Burundi et à l’extérieur du Burundi. MAP-BURUNDI BUHIRE a des bases au Burundi. MAP-BURUNDI BUHIRE a des membres effectifs et des sympathisants. Pour des raisons sécuritaires, nous ne pouvons pas exposer nos membres qui sont au Burundi. Ce qui est très important, tous les membres sont à l’œuvre et sont déterminés à atteindre les visées de MAP-BURUNDI BUHIRE.

De nouvelles échéances électorales approchent. Quel « imburi » (conseil, alerte, appel à réflexion, information à ne pas négliger) donnez-vous au pouvoir de Bujumbura (ou plutôt de Gitega), à toute la population et à tous ceux qui s’intéressent au Burundi ?

Le pouvoir de Bujumbura s’entête à organiser des élections alors que le Burundi est à la croisée des chemins : le dialogue est bloqué, pas de paix, des dizaines de milliers de prisonniers politiques, un demi-million de personnes dans les camps de réfugiés, des partis politiques de l’opposition démantelés et leurs leaders en fuite, des hommes d’affaires, des journalistes, des intellectuels et des enseignants en exil, saisie extra-légale par le pouvoir de Gitega ou de Bujumbura des biens meubles et immeubles de personnalités étiquetées de putschistes ou d’opposants radicaux, de frondeurs, etc. Ce n’est pas un environnement propice pour organiser des élections. De plus, à quoi bon d’organiser des élections qui n’améliorent pas les conditions de vie de la population ? A quoi bon d’organiser des élections qui risquent de renforcer la crise ?  Les dirigeants de Bujumbura devraient entendre raison et mettre au centre les préoccupations des citoyens qui souffrent et qui ne savent plus à quel saint se vouer.

A toute la population burundaise de garder espoir et courage. Il y a urgente nécessité que le peuple burundais fasse un sursaut national pour l’honneur de la Patrie, de dépasser tous les clivages et les égos, se rassembler autour de l’unique objectif de sauver la Patrie en danger de liquidation en tant que Nation-Etat. Que les prochains mois soient ceux de la Refondation de la Nation burundaise pour en faire un pays pacifié, réconcilié, digne, démocratique et prospère.

A tous ceux qui s’intéressent au Burundi de contribuer aux côtés des Burundais à cet exaltant chantier de refondation de la Nation burundaise.   

Propos recueillis par Gilbert Cyiza

Inscrivez-vous à la newsletterr