Flash News :
Tuesday, Jul 16

Lire nos articles en différentes langues ici

  • PUB01
  • PUB02
  • PUB03
  • PUB04
  • PUB05
  • PUB06

Can Egypte 2019: des sélectionneurs renvoyés, d’autres sur la sellette



Can Egypte 2019: Des sélectionneurs renvoyés, d’autres sur la sellette

Les contre-performances de certaines sélections lors de la Coupe d’Afrique des Nations ne sont pas restées sans conséquence sur leur staff technique. Si les sélectionneurs Javier Aguirre de l’Egypte, Emmanuel Amunike de la Tanzanie, Sébastien Desabre de l’Ouganda et Paul Put de la Guinée ont été renvoyés, d’autres comme Clarence Seedorf du Cameroun et Florent Ibenge de la République démocratique du Congo (Rdc) sont sur la sellette.

L’élimination de certaines sélections après les deux premiers tours de  la Coupe d’Afrique des Nations n’est pas restée sans remous dans les états-majors de ces équipes. Ainsi, la défaite des Pharaons d’Egypte en huitième de finale  a entraîné la dissolution de leur staff technique. Dans la foulée, le président de la Fédération égyptienne de football, Hani Abou Rida a démissionné. Pour ce dernier, cette décision est une obligation morale après avoir déçu les Égyptiens. En conférence de presse, le sélectionneur mexicain, Javier Aguirre, avait lui-même été compatissant vis-à-vis du peuple égyptien endeuillé par cette élimination au deuxième tour de la compétition. 
Du côté des Cranes de l’Ouganda, c’est le technicien français Sébastien Desabre qui a fait les frais de leur élimination en huitième de finale face au Sénégal (1-0). Il a été limogé par la Fédération qui a tout de même, dans un communiqué, salué le travail abattu à la tête de l’équipe. « La Fufa est reconnaissante de la contribution de M. Desabre pour le développement sportif et professionnel des Grues de l’Ouganda, y compris la qualification pour la phase finale et les huitièmes de finale de la Can-2019?», lit-on dans le communiqué. A 42 ans, le Drômois a échoué depuis le lundi dernier sur le banc du club égyptien de Pyramids FC, basé au Caire, pour une durée de deux ans. 
Quant à la Fédération tanzanienne de football, elle a opté pour un règlement à l’amiable avec le technicien nigérian Emmanuel Amunike.
« La Fédération tanzanienne de football (Ftf) et le sélectionneur de l’équipe nationale, 
Emmanuel Amunike, ont conclu un accord pour mettre fin au contrat entre nous. La Ftf annoncera  en son temps l’entraîneur qui dirigera l’équipe nationale pour les matches du  Chan. La recherche du nouvel entraîneur a commencé immédiatement », a annoncé la Ftf. A la tête des Taifa Stars depuis 2018, Amunike les a conduits à la Can 2019, 39 ans après leur dernière apparition à cette compétition. Toutes ces fédérations devront donc chercher d’autres sélectionneurs avant les prochaines joutes continentales que sont les qualificatifs  du Championnat d’Afrique des Nations 2021, de la Coupe d’Afrique des Nations 2021 et du Mondial 2022. 

Paul Put, Seedorf  et Ibenge sur la sellette 

Suite aux  résultats du Syli national de la Guinée, des Lions indomptables du Cameroun et des Léopards de la République démocratique du Congo (Rdc) en phase finale de la Can 2019, leurs sélectionneurs font l’objet de critiques. Ils sont accusés d’avoir mal conduit leurs troupes lors du tournoi. Ainsi, de lourds soupçons pèsent sur l’entraîneur de la Guinée, Paul Put désormais démis de ses fonctions. Le président de la Fédération guinéenne de football, Mamadou Antonio Souaré, lui reproche d’avoir incité les joueurs à réclamer 30 000 euros de prime et d’avoir facilité le départ des membres de son staff alors même qu’aucun rapport n’est encore fait de la piètre prestation du Syli national. « J’ai fait comprendre à Paul Put que j’ai appris que des joueurs sont rackettés au niveau de leurs primes. Je lui ai fait comprendre que j’ai des textos d’échanges entre lui et certains joueurs à propos des primes (…) c’est une pratique notoire, une irresponsabilité, et c’est du jamais vu dans l’histoire du football guinéen », a expliqué le premier dirigeant du football guinéen. Paul Put gagne 30 000 euros le mois et a été limogé pour n’avoir pas atteint l’objectif. 
Le sélectionneur du Cameroun, Clarence Seedorf qui reste dubitatif sur son avenir avec le Cameroun pourrait connaître le même sort. Traité de tous les noms, il  s’est envolé pour l’Europe après la défaite des Lions indomptables, champions en titre. En République démocratique du Congo, les supporters congolais ne sont plus d’accord avec le staff des Léopards. Ils souhaitent un changement radical de toutes les structures qui gèrent l’équipe nationale. L’avenir de Florent Ibenge sur le banc de la Rdc est donc incertain. « Il me faudra discuter avec le président de la fédération. Donc, la suite, vous l’aurez très bientôt », a-t-il confié en conférence après la défaite face aux Malgaches. 

www.lanationbenin.info

CAN 2019: Burundi - Nigeria, un duel avec un parfum de revanche



La CAN 2019 enregistre la venue de 3 équipes novices. L’une d’entre elles, le Burundi joue son premier match ce samedi. Les Hirondelles retrouvent les Super Eagles 20 ans après. Battue (2-0) par le Nigéria le 24 Janvier 1999 lors des éliminatoires de la CAN 2000 à Abeoukuta, le stade d’Alexandrie sera le théâtre de cette rencontre de revanche pour la sélection Burundaise.

Laver l’affront de 1999, sera sûrement le leitmotiv des joueurs burundais en rentrant sur la pelouse. Avec une nouvelle génération incarnée par Fiston Abdul Razak et Saido Berahino, les Hirondelles avec leur football offensif vont défier les Super Eagles du Nigéria, 3 fois vainqueur de la compétiton.

Auteur d’une bonne coupe du monde malgré l’élimination dès les phases de poules, le Nigéria devrait normalement enchaîner avec une bonne participation à la CAN 2019. Absent lors des deux dernières éditions, les Super Eagles retrouvent la compétition avec des jeunes joueurs talentueux. Face au Burundi, la sélection nigériane devra compter sur l’expérience du capitaine John Obi Mikel, Ahmed Musa et la fougue de la jeunesse d’Alex Iwobi.

C’est à 17h GMT que ce match de revanche va se jouer. Confirmer la suprématie côté Nigéria ou frapper un grand coup côté Burundi. C’est l’équation que les deux équipes devront s’atteler à résoudre.

CAN 2019: Un dur apprentissage pour les Hirondelles du Burundi



Cohérent dans les éliminatoires avec en son sein l’un des meilleurs buteurs des éliminatoires, le Burundi a connu la dure réalité à la CAN 2019. Logés dans le groupe B en compagnie du Nigéria, Madagascar et la Guinée, les Hirondelles n’ont pas pu voler plus haut.

Arrivé en terre egyptienne pour créer la sensation, l’équipe burundaise a déçu. Ces joueurs phares comme Fiston Abdul Razak et Saïdo Bérahino n’ont pas été à la hauteur de l’évènement. Inefficace sur le plan offensif et laxiste défensivement, le Burundi s’en sort avec un bilan négatif. 3 défaites en 3 matchs, 4 buts encaissés, 0 but marqué est le bilan en chiffres des Hirondelles à la CAN 2019.

A l’issue de la dernière affiche du groupe B de la CAN 2019 perdue (0-2) devant la Guinée, le sélectionneur burundais Olivier Niyungeko, pense que l’équipe a appris à travers cet échec.

« C’est notre première participation, on n’a pas démérité et je félicite mes joueurs. Ça été très difficile et ce troisième match, avec le carton rouge dès le début du match, ça a été dure pour nous. On a beaucoup de choses à faire, et on va continuer à travailler pour construire cette équipe » a-t-il déclaré.

Africa top sports

CAN 2019 : Rencontre avec les Hirondelles avant le match décisif



Battu par le Nigeria lors du premier match (1-0), les Hirondelles ne se découragent pas. Se préparant pour affronter le Madagascar ce 27 juin au Stade d’Alexandrie, les Hirondelles font preuve d’une grande détermination et d’engagement pour décrocher la victoire et s’offrir l’opportunité de continuer cette belle aventure. Confiants, quelques membres  de l’équipe nationale nous partagent leur état d’esprit pour ce match qu’ils considèrent déjà comme une finale. Fleurette Habonimana, envoyée spéciale de notre rédaction, est allée à leur rencontre à Alexandrie.

 

Il est 19h30′ (heure d’Alexandrie), je débarque dans leur hôtel. Un immeuble de luxe avec 11 niveaux au cœur d’Alexandrie. Sans doute une suite agréable à contempler. Je suis accueillie par le « team manager » de l’équipe qui me facilite l’entretien avec quelques joueurs.

 

« C’est un match final pour nous… »

Déterminés à mouiller le maillot pour remporter leur deuxième match, les Hirondelles ne le cachent pas et précisent que c’est un match décisif pour eux.

Ngando Omar, défenseur central de la sélection burundaise parle d’une finale. « C’est un match final pour nous. Le Madagascar n’est pas une petite équipe, s’il est là c’est qu’il l’a mérité. Mais de notre côté, nous avons confiance qu’on va les battre parce que notre équipe est en forme ». Ajoutant au passage que ce qu’ils n’ont pas eu pour le match du Nigéria, ils vont l’avoir aujourd’hui.

Souffrant de maux de tête et de fièvre juste après le match contre le Nigéria, Mohamed Amissi (18 ans), ailier des Hirondelles a recouvré la santé et promet de belles choses pour cette rencontre. « Nous nous sommes bien préparés avec des entraînements intensifs. Aujourd’hui c’est une grande finale, l’espoir est toujours là et on est prêt. Je demande aux burundais de continuer à nous soutenir, on va tout donner pour notre équipe. Le Madagascar ne nous fait pas peur, on va jouer notre football ».

Gaël Bigirimana, milieu de terrain, qui s’est démarqué lors du match contre le Nigéria, fait savoir en toute confiance qu’à 99% il y a la victoire. Sa mère, son épouse et son enfant ont fait le déplacement vers Alexandrie pour le soutenir. Un geste qui a plu à cet international burundais qui est réputé pour son attachement à Dieu. Pour lui, tout est grâce, de la Divine Providence. Il promet de se battre pour remporter le match d’aujourd’hui qu’il compare à un champ qui doit être labouré.

« C’est un grand match. Après le Nigéria à qui on a démontré un bon jeu, le Madagascar est un autre champ qui nous attend et qu’on doit labourer. On le respecte parce qu’il nous devance d’un point dans le groupe mais on n’a pas peur de lui. Nous croyons à la victoire de par notre courage et notre détermination. On ne veut pas de match nul. Notre objectif est de gagner », confie Gaël.

Les Hirondelles sont prêtes à écrire une histoire pour leur deuxième match. La défaite de la Guinée face au Nigéria (1-0) leur a redonné du courage. En dépit de cela, il y a encore du chemin. La sélection burundaise doit gagner le match contre le Madagascar pour espérer une qualification.

Face à une équipe malgache dynamique, ce ne sera pas facile. Tous outsiders de cette CAN, aucun des deux ne veut lâcher. Cette rencontre est donc plus que jamais décisive.

 

Fleurette  HABONIMANA(Akeza)

CAN 2019: Le Burundi rêve plus grand



Qualifié pour sa première phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations, le Burundi rêve d’une bonne performance en terre égyptienne. Ayant surpris plus d’un dans les éliminatoires, cette équipe voudrait rééditer cet exploit.

Surnommé les Hirondelles, l’équipe burundaise veut faire le printemps au pays des Pharaons. Dans un groupe C des éliminatoires avec deux équipes expérimentées, le Mali et le Gabon, le Burundi s’est incrusté entre ces deux nations de football pour obtenir son billet pour l’Egypte. Classé 2ème derrière le Mali avec 10 points, le Burundi a montré une certaine solidité à domicile. Une victoire et deux matchs nuls à domicile qui lui a permis de s’envoler aux pays des Pharaons cet été.

Basé sur un collectif mis en place par le sélectionneur Olivier Niyungeko, le Burundi a en son sein quelques individualités qui font à chaque fois la différence. Entre autres l’attaquant Fiston Abdoul Razak de la JS Kabylie en Algérie, deuxième meilleur buteur des éliminatoires de la CAN 2019 avec 6 buts et son coéquipier Saido Bérahino, ancien international anglais.

Pour sa première en CAN, le Burundi partage le groupe B avec la Guinée, le Madagascar et le Nigéria. Le pays sera face au Nigéria le samedi 22 juin à 17h GMT.

Africa Top Sports

Inscrivez-vous à la newsletterr