RDC : Martin Fayulu exige la démission du président Tshisekedi



Lors d'un meeting populaire à Kinshasa, De retour à Kinshasa après une tournée euro-américaine entamée en mars dernier, l'opposant congolais Martin Fayulu, a appelé à la démission du président Felix Tshisekedi , qu'il a comparé à un "placebo". 

Réunissant dimanche à la place sainte Thérèse dans un quartier populaire de Kinshasa des dizaines de milliers de partisans de la coalition Lamuka qui soutenait la candidature de Fayulu, l'opposant de 62 ans a exigé la démission de Tshisekedi dont il conteste toujours la légitimité. 

"Cette fois-ci, nous sommes rentrés pour demander et obtenir la démission de Félix Tshisekedi. Il doit quitter. Qu’il arrête les bêtises. Felix a fait la honte, il a vendu le pays à Kabila", a déclaré Fayulu électrisant les foules par les pas de danse sous le rythme de sa chanson de campagne. 

"Je suis le président élu", a répété Martin Fayulu, affirmant que Félix Tshisekedi a été "nommé" par Kabila et que "les occidentaux ont pris acte des résultats parce que le peuple n’avait pas manifesté à la suite de la proclamation des résultats par la Cour constitutionnelle". 

Il a demandé au président de "rendre public" le contenu de l'accord conclu avec son prédécesseur, Joseph Kabila. 

"N'attendez plus un mot d'ordre. Vous, peuple, vous êtes plus fort que n'importe quelle armée au monde. Au Soudan et en Algérie, le peuple a obtenu le départ des dirigeants. Ici, on doit faire la même chose contre Kabila et Tshisekedi", a-t-il lancé, annonçant une "mobilisation" anti-Kabila et Tshisekedi dans les prochains jours sur l'étendue du territoire national. 

Selon Fayulu, Tshisekedi n'a rien fait depuis son avènement au pouvoir, mais a "dépensé tout le budget annuel de la présidence en seulement trois mois". 

Trois mois après son investiture, Tshisekedi n'a nommé ni un Premier ministre, moins encore un gouvernement, ce que l'opposant a fortement critiqué lors de son meeting soldé sans incident sous forte présence policière. 

Fayulu a regagné la RDC au lendemain d'une réunion de deux jours, des six leaders de Lamuka, coalition électorale convertie en plateforme politique. 

Moïse Katumbi, Freddy Matungulu, Jean-Pierre Bemba, Adolphe Muzito et Antipas Mbusa Nyamwisi et Fayulu sont tombés d'accord pour une présidence tournante de la plateforme chaque trois mois. 

La première est assurée par Moïse Katumbi, exilé depuis 2016 en Belgique et son entourage, a encore annoncé son imminent retour en RDC où il ne fait plus l'objet de condamnation judiciaire. 

Anadolu, Kinshasa