Goma : le gouverneur Nzanzu dénonce la présence des criminels burundais, ougandais et rwandais



Le gouverneur du Nord-Kivu, Carly Nzanzu Kasivita, a appelé lundi 6 janvier la population de Goma à la vigilance face à la montée de la criminalité dans cette ville et ses environs. Il a également dénoncé l’existence d’un réseau des criminels en provenance du Rwanda, de l’Ouganda et du Burundi, qui opèreraient à Goma avec la complicité locale et en utilisant des armes louées sur place. L’appel du gouverneur a été lancé alors que l’inspection provinciale de la police présentait une quarantaine des présumés criminels arrêtés, parmi lesquels des kidnappeurs d’enfants.

Carly Nzanzu Kasivita a aussi demandé à la justice de bien jouer son rôle, pour que les coupables soient sévèrement sanctionnés et que les familles des victimes, surtout les enfants enlevés, puissent obtenir justice :

« Nous souhaiterions que la population du Nord-Kivu accompagne la police dans le cas, parce que c’est le renseignement qui va nous aider à décourager ces comportements. Nous partageons la frontière avec beaucoup des pays. Je suis informé qu’il a y a des réseaux des criminels qui viennent soit de l’Ouganda, soit du Rwanda soit du Burundi qui opèrent dans cette ville. Ils louent les armes sur le territoire congolais ».

Au moins quarante-quatre présumés criminels, dont plusieurs récidivistes, ont été arrêtés avec le concours des autorités et population locales. Ces personnes ont été présentées au gouverneur devant la presse. 

Dans le groupe, se trouvent au moins dix femmes - dont une d’environ 70 ans - impliquées dans les enlèvements d’enfants. Cette dernière se faisait passer pour responsable d’un orphelinat, renseigne la police.

Un enfant de quatre ans, enlevé depuis début décembre 2019, a été retrouvé morte le 24 décembre et son corps abandonné au quartier Ndosho.

Radio Okapi