A Kigali, les leaders africains veulent combler le gap entre les hommes et les femmes



Le Sommet mondial sur le genre 2019 ou Global Gender Summit à Kigali, le premier à se tenir sur le continent africain, a débuté lundi 25 novembre avec un appel passer de l’engagement à l’action. Ainsi, Sahle-Work Zewde (Éthiopie), seule femme présidente d’Afrique, a déclaré que le parlement éthiopien est l’un des deux seuls du continent à atteindre un taux de parité des sexes supérieur à 50%.

Dans ce pays clé de l’Afrique de l’Est, les femmes occupent pour la première fois un rôle ministériel clé dans la défense et la sécurité nationale. Malgré les énormes progrès réalisés par son pays, toutefois, le travail ne fait que commencer, a-t-elle déclaré en marge de la séance plénière d’ouverture du Global Gender Summit.

Cet événement biennal organisé par les banques de développement multilatérales (BMD), réunit du 25 au 27 novembre 2019 des dirigeants des gouvernements, des institutions de développement, du secteur privé, de la société civile et du monde universitaire. . “Les femmes et les femmes africaines en particulier sont sur un bon élan, mais le travail ne fait que commencer …” Il n’y a pas de modèle à suivre … nous (les femmes), nous pouvons le faire, mais le faire autrement “, a déclaré le président Zewde.

Pour sa part, le président rwandais, Paul Kagame, qui a officiellement ouvert le Sommet, a décrit l’égalité des sexes comme un «vrai sens commun». Le Rwanda dont 61% de ses parlementaires sont des femmes – est un leader mondial en la matière… En outre, la moitié des postes ministériels sont occupés par des femmes, comme en Ethiopie. «Nous avons compris dès le départ qu’il y avait beaucoup de travail à faire… des investissements pour faire en sorte que les femmes soient au centre du développement. Nous nous assurons que la réduction de cet écart entre les hommes et les femmes relève de la responsabilité de chacun “, a déclaré le président Kagame. Présent à Kigali, le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a déclaré que l’Agenda 2063 de l’Union africaine était délibéré au sujet de la parité hommes-femmes.

Financial Afrik TV.