Entreprendre : Jack Ma révèle les clés de son succès aux jeunes africains



(Agence Ecofin) - Pendant environ 1 heure, Jack Ma, le fondateur d’Alibaba, la plateforme mondiale de commerce électronique, a eu des échanges avec 21 jeunes leaders africains à Lomé, ce jeudi 14 novembre, sur l’entrepreneuriat. Ils ont eu droit au partage de la success story de Jack Ma.

Qui est Jack Ma ? Comment a-t-il fondé Alibaba ?

A ces questions introductives posées par Cina Lawson qui a enfilé le manteau de maître de cérémonie, l’homme dont la plateforme d’e-Commerce enregistre des centaines de millions d’utilisateurs, a répondu en présentant aux jeunes son parcours, avec comme métier de départ, l’enseignement.

Pour réussir en tant qu’entrepreneur dans un pays qui n’offrait pas au départ les conditions optimales de réussite, Jack Ma a dû mettre en action la foi en sa vision et la confiance en ses collaborateurs. Pour lui, l’essentiel en lançant sa plateforme, n’était pas tant de réaliser le maximum de profits que de proposer quelque chose d’innovant et d’intéressant à la clientèle.

« Il n’est de richesse que d’hommes »

Selon le milliardaire chinois, pour bien réussir, la clé, c’est davantage de miser sur ce qui est produit ou vendu mais aussi et surtout sur les ressources humaines. Il a mis l’accent sur l’investissement dans les ressources humaines et encouragé les jeunes entrepreneurs à ne pas avoir seulement des collaborateurs mais en faire une équipe, voire une famille. Il a également souligné la force du réseautage, notamment en apprenant aux jeunes à travailler en réseau.

La théorie des E, la formule magique !

Abordant spécifiquement le e-Commerce en Afrique qui n’a pas encore connu son âge d’or, il indique les difficultés liées, entre autres, aux modes de paiement, à la disponibilité de la logistique adéquate et à la sécurisation. Le tycoon chinois qui reverse une partie de ses gains à des œuvres philanthropiques via sa fondation Jack Ma, conditionne l’émergence de l’e-Commerce à 4 facteurs : E comme Entrepreneuriat pour créer, construire ou produire ; E comme e-gouvernement qui suppose que le gouvernement réussisse sa transition numérique, se transforme et soit efficace ; E comme Education ; Il ajoute I comme Infrastructures et promotion de l’internet.

Notons, qu’en dehors des Togolais, les jeunes venant du Gabon, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal et du Bénin étaient presents.