Burundi : le pays reste un peu fermé aux autres Africains.



Selon la 4ème édition du rapport de la Banque Africaine de Développement et la Commission de l’Union Africaine sur l’indice de l’ouverture des visas d’entrée entre les pays africains, le Burundi se classe 46eme sur la liste des 54 pays africains qui facilitent l’octroi des visas d’entrée sur leur territoire avec un score de 0,1 sur la note évaluative d’1 point.    

« Notre travail sur l'Indice d'ouverture des visas suit les progrès de l'Afrique en matière de libre circulation des personnes. Beaucoup reste encore à faire malgré les efforts réalisés. Pour intégrer l'Afrique, il faut abattre les murs ! La libre circulation des personnes, et en particulier la mobilité de la main-d'œuvre, sont cruciales pour promouvoir les investissements », a déclaré Akinwumi A. ADESINA, président de la Banque africaine de développement.

Ce rapport révèle que « pour la première fois, les voyageurs africains ont un accès libéral à plus de la moitié du continent »

Bien plus, le rapport montre également que 47 pays ont amélioré ou maintenu leur indice d'ouverture des visas en 2019. Les voyageurs africains n'ont plus besoin de visas vers un quart des autres pays africains, alors que l'exemption de visa n'était possible que dans un cinquième du continent en 2016. A ce jour, 21 pays africains offrent des facilités de voyage, grâce aux visas.

« En 2019, les pays les plus performants en matière d’ouverture des visas figurent parmi les pays les plus attractifs en termes d’investissements directs à l’étranger et bénéficient d’un fort taux de croissance, y compris dans le secteur du tourisme. Avec leur politique d’exemption de visa pour tous les visiteurs africains, les Seychelles et le Bénin restent les deux premiers pays d’Afrique en matière d’ouverture des visas. L’Éthiopie a également enregistré une performance record en progressant de 32 places dans le classement et intégrant ainsi les 20 pays les plus ouverts en Afrique » ajoute le rapport.

Dans le top des pays qui offrent plus d’opportunités de voyage, on trouve à la tête les îles Seychelles et le Benin qui permettent, grâce à leur politique d’exemption de visa aux 53 pays sur les 54 que compte le continent d’entrer sur leur territoire. Dans le top 5 se trouvent également le Rwanda (0,86) et le Ghana (0, 85) qui prennent respectivement la 4eme et la 5eme place du podium. A la 46eme place sur les 54, c’est le Burundi, suivi du Maroc à la 47eme place et de l’Egypte à la 48eme place. Les derniers pays du classement sont respectivement le Sud-soudan, l’Erythrée, le Soudan, la Lybie, la Guinée Equatoriale et le Sahara. D’autres pays qui envisagent une plus large ouverture pour l’an 2020 sont le Botswana qui veut libéraliser cette année la politique d’octroi de visa pour les touristes et la Namibie qui a annoncé en juin 2019 la possibilité de visa d’entrée au pays pour les populations de la SADEC.

Cependant, les voyageurs africains doivent encore obtenir un visa pour voyager dans un peu moins de la moitié du continent. Les pays doivent assouplir davantage les procédures en introduisant des visas à l'arrivée par exemple. En abolissant les frontières, l'Afrique sera en mesure de tirer profit des avantages de la Zone de libre-échange continentale, du Marché unique africain du transport aérien et du Protocole sur la libre circulation des personnes.

  « On ne soulignera jamais assez l'importance de l'intégration régionale dans le développement du continent. Je félicite les États membres qui ont facilité les procédures d'entrée des ressortissants africains sur leur territoire et j'exhorte ceux qui ne l'ont pas encore fait de se joindre à cette dynamique », a déclaré, dans ce rapport, Mou ssa Faki Mahamat, Président de la Commission de l'Union africaine.

Par Steve Baragafise