Rwanda : à 30 ans, ce jeune agro entrepreneur va faire du piment la première exportation agricole du pays



(Agence Ecofin) - Le jeune Dieudonné Twahirwa a signé le 13 septembre 2019, un contrat de 500 millions de dollars pour exporter le piment en Chine. Ce qui fait de ce produit la première exportation agricole du pays loin devant le thé (88 millions $ par an) et le café (69 millions $ par an).

Un contrat de 500 millions de dollars sur cinq ans, c’est ce qu’a récemment obtenu le jeune agro entrepreneur à l'Ambassade du Rwanda à Beijing. Signé avec le GK International Entreprises Company Ltd de Chine pour 100 millions de dollars par an d'exportation de piment, le contrat stipule que Dieudonné Twahirwa devra fournir, grâce à la firme Gashora Farms qu’il a lui-même lancée en 2015, une quantité équivalente à 50 000 tonnes de piment chaque année.

C’est dire qu’en cinq ans, le Rwanda enverra en Chine 250 000 tonnes de piment, soit l’équivalent de 2000 dollars par tonne. « Ce que j’ai remarqué, c’est que les Chinois étaient très intéressés et désireux d’acheter et distribuer des produits fabriqués en Afrique. Ils considèrent mon produit comme une innovation. Car ils ne sont pas habitués au chili glacé, ils sont prêts à en acheter en grande quantité ; Ils ont de l’argent et font confiance aux produits africains », a révélé le jeune entrepreneur.

C’est le deuxième accord similaire signé par Gashora Farms avec des entreprises chinoises. L’année dernière, alors qu’il prenait part au salon China International Import Expo 2018 à Shanghai, Dieudonné Twahirwa avait conclu un accord de 2 millions de dollars avec les entreprises Kai Jiang Xian et Wei Food, pour la fourniture de 37 500 litres d’huile de piment. Le contrat qui a pris fin en mai 2019 a été exécuté avec succès.

Le piment pourrait rapporter au Rwanda plus d’argent que le café et le thé, jusqu’ici premiers produits à l’exportation dans le pays. Avant l’intérêt manifeste des entreprises chinoises, il y a moins d’un an, Gashora Farms était déjà connu à l’international pour la qualité de son piment qu’il exportait notamment vers l’Angleterre, la Suisse, la Hollande, la Belgique, la France, l’Inde ou encore les Etats-Unis. Mais ce, dans des quantités peu importantes. Du piment qu’il exporte sous deux formes : le frais (Fresh bird eye chili) et le sec (Dry Africa bird eye chili).

Depuis ses quatre ans de culture de piment, Gashora Farms a considérablement étendu sa superficie suite à la forte demande. De 6ha en 2015, elle est aujourd’hui à 160ha. Selon la Banque Mondiale, la firme rwandaise récolte chaque saison, pas moins de 10 tonnes de piment sec. De quoi séduire les investisseurs chinois. “La Chine est un énorme marché pour la vente du piment, j’espère que nous en tirerons un grand bénéfice bien que ça m’exige un grand investissement”, a-t-il dit.

Dieudonné Twahirwa est diplômé de la faculté d’Agronomie de l’Université Nationale du Rwanda en 2012. A la fin de sa formation, il décide avec un ami de se lancer dans la culture des tomates et des pastèques. Un projet qui leur a coûté près de 544 dollars chacun. Face à l’instabilité des prix sur les marchés locaux, qui commençait à les pousser dans des pertes, ils sont contraints d’abandonner. Twahirwa va alors offrir ses services à une entreprise spécialisée dans le pyrèthre au Rwanda.

En 2015, alors qu’il est finaliste du concours de promotion de jeunes entrepreneurs sociaux au World Export Development Forum 2018, il abandonne son travail pour lancer son entreprise de produits agroalimentaires : la Gashora Farm Ltd. Aujourd’hui, la firme emploie plus de 1000 fermiers et prévoit d'en accroitre le nombre. Twahirwa étudie la possibilité d’élargir sa gamme de produits avec de la pâte de piment et de la poudre de piment. De quoi aider le Rwanda à franchir un palier supplémentaire dans sa marche vers le développement.