Burundi: le message critique des évêques fâche le pouvoir



Un message pastoral des évêques catholiques en vue des élections de 2020 a été lu dimanche 22 septembre dans toutes les églises du pays. Il provoque la colère du pouvoir. Dans ce message, la conférence des évêques indique son inquiétude par rapport aux violences, aux assassinats politiques et à l'intolérance.

« Bien qu’il y ait beaucoup de choses que nous apprécions, nous ne saurions pas passer sous silence certaines questions inquiétantes. » Les évêques du Burundi observent ainsi une tendance « à étouffer et violenter certains partis politiques et persécuter leurs membres, alors que le multipartisme est reconnu au Burundi ». Et les évêques de dénoncer également les assassinats politiques sur fond d'impunité.

Ils ne s'arrêtent pas là : « Il y a aussi le fait de confondre le parti au pouvoir avec l’administration. À certains endroits, les jeunes affiliés à ce parti semblent se substituer aux services de sécurité. Une telle pratique risque de perturber le climat favorable au processus électoral. »

Parce qu'il avait fuité, ce message a provoqué la colère du pouvoir avant même qu'il ne soit délivré aux fidèles. Ainsi samedi, le conseiller du chef de l'État, l'ambassadeur Willy Nyamitwe, déclarait sur Twitter : « Certains évêques devraient être défroqués car c’est devenu une habitude : à la veille des élections, ils doivent cracher leur venin de haine à travers des messages incendiaires. » Willy Nyamitwe qui s'exclame : « Pardieu ! Quoi de plus normal puisqu’ils ne sont même pas le modèle de la piété. »

Hier matin; les évêques catholiques ont tout de même fait lire leur message dans toutes les Églises.

RFI