Burundi : lancement officiel du projet « Mukapa Shamba Letu »



L’Association des Femmes rapatriées du Burundi, sous l’appui d’International Alert et l’Agence Suédoise de Développement International, ont lancé officiellement ce lundi, 15 Juillet 2019, à Bujumbura un projet de consolidation de la paix à travers le commerce transfrontalier dans la région des Grands-Lacs dénommé Mupaka Shamba letu, traduit en français comme Notre frontière, notre gagne-pain.

Selon la Directrice Exécutive de l’Afrabu, ce projet a pour objectif « de contribuer à la paix et la sécurité dans la Région des Grands-Lacs à travers les femmes petites commerçantes transfrontalières. L’Afrabu veut aider ses femmes pour avoir l’autonomie afin d’aboutir au développement familial, ce qui va contribuer à la paix et à la sécurité dans la région des grands-lacs. Il sera mis en œuvre pendant une période de 4 ans », indique la Directrice Exécutive de l’Association des femmes rapatriées du Burundi, Consessa Bacanamwo.

Dans sa mise en œuvre, le projet Mupaka Shamba letu ne se limite pas seulement dans la localité de Gatumba. Il veut aussi aider les petites femmes commerçantes transfrontalières de nouer des partenariats avec d’autres acteurs économiques du pays.

« Ce projet prône pour le Business for peace. Nous voulons faire de ces petites femmes qui font le commerce transfrontalier de véritables acteurs économiques qui peuvent même collaborer avec les petites et moyennes entreprises. En collaborant avec ces femmes, ces PME contribueront aussi au développement de la sécurité de la sous-région. Les femmes sont la source de développement dans nos pays de la région des grands lacs, raison pour laquelle l’Afrabu initie ce projet pour que leur rôle soit visible dans le pays et dans leurs familles », martèle Concessa Bacanamwo.

Pour les bénéficiaires des activités mises en œuvre par l’Afrabu dans la zone Gatumba, Maneno Francine, une des femmes qui fait le commerce transfrontalier à la frontière Gatumba-Kavimvira, a fait savoir que « les activités qui sont mises en œuvre par l’Afrabu leur permettent de changer de comportement. Je fais partie du groupe de 100 femmes qui avaient reçu les formations du projet Tushiliki Wote. A travers ce projet, l’Afrabu nous a formées sur les avantages du commerce légal car, à l’époque, nous pratiquions couramment  de la fraude. Plusieurs femmes qui sont assises parmi nous avaient commencé leurs activités commerciales avec un grand capital. Mais, à cause de la fraude, tous leurs capitaux se sont tous effondrés. Beaucoup de femmes se sont achetées des parcelles, les ont construites et ont essayé d’instaurer du dialogue dans le couple, ce qui a abouti à ces fruits. Nous remercions l’Afrabu qui ne cesse de penser à la petite femme qui fait le commerce transfrontalier », indique Maneno francine.

Pratiquement, le projet Notre frontière, notre gagne-pain vient pour renforcer les fruits du projet TUSHILIKI WOTE qui avait été mis en œuvre par l’ Association des femmes rapatriées du Burundi depuis 2014 dans la même localité de la zone Gatumba,commune Mutimbuzi, Province Bujumbura rural. Au cours de son exécution, les femmes bénéficiaires de ce projet avaient reçu différents enseignements notamment dans la gestion des projets, la gestion des crédits, comment elles pouvaient organiser leurs business, comment elles pouvaient parvenir à calculer les taxes et impôts pour payer l’OBR. D’autres enseignements ont été liés à la gestion des conflits. Le public cible de ce projet était constitué de 100 femmes qui pratiquent le commerce transfrontalier de la zone Gatumba.

De même, le nouveau projet Notre frontière, notre gagne-pain va travailler sur 100 autres femmes de la zone Gatumba. Ce projet est également le fruit du comité de pilotage de la facilitation du commerce transfrontalier qui comportent huit membres des ministères concernes, 1 membre de l’Office burundais des recettes, 1 membre de la police, 1 membre de la brigade spéciale anti-corruption, comme l’a indiqué la Directrice Exécutive de l’Association des femmes rapatriées du Burundi, Afrabu en sigle.

 AFRABU est une association sans but lucratif initiée en 2002 par neuf femmes rapatriées et déplacées. L’idée qui a poussé les neuf femmes à créer cette association était l’accueil non chaleureuse qui leur a été réservée à leur retour au pays natal et n’aimeraient pas que leurs collègues rapatriés passent la même expérience désastreuse. AFRABU a été légalement enregistrée par le Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité, l’actuel Ministère de l’Intérieur le 07/06/2004 sous le n0 530/645.  Les neuf femmes membres fondateurs toutes burundaises sont venues du Kenya, la Côte d’Ivoire, le Rwanda, de la Tanzanie et des déplacés intérieures. Actuellement, AFRABU compte 238 membres et plus de 200 groupements qu’elle encadre vivant dans les provinces de Bujumbura Rural, Bujumbura Mairie, Gitega, Ruyigi, Muyinga, Rutana, Cibitoke et Bubanza.

Gaudence Uwineza