Le président rwandais réitère l'appel à l'autonomie de l'Afrique à l'occasion du Jour de la libération



(Xinhua) -- Le président rwandais Paul Kagame a réitéré l'appel à l'autonomie de l'Afrique lors de la cérémonie de célébration du 25e anniversaire de la libération du Rwanda ce jeudi.

Le pays d'Afrique centrale fête chaque année le 4 juillet le Jour de la libération, connu localement sous le nom de Kwibohora, en commémoration du jour où l'Armée patriotique rwandaise, la branche armée du Front patriotique rwandais (FPR), a mis un terme au génocide de 1994 contre les Tutsis, qui a fait plus d'un million de victimes, au cours de la lutte pour la libération.

Le 4 juillet 1994 marque également la prise par l'Armée patriotique rwandaise de Kigali, la capitale.

M. Kagame a déclaré que le processus de libération du Rwanda était intimement lié à la quête plus large du continent africain pour son auto-détermination, et que les pays africains partageaient les mêmes aspirations à être libres et à s'améliorer au maximum.

"Notre continent ne peut pas rester dépendant de ce qui se passe ailleurs", a-t-il martelé. "Notre état d'esprit devrait être de compter avant tout sur nous-mêmes et les uns sur les autres."

M. Kagame et six autres chefs d'Etat africains, ainsi que d'autres dirigeants et hauts responsables, ont assisté ensemble à un défilé des troupes de la Force de défense et de la Police nationale du Rwanda, sous les acclamations de plus de 20 000 spectateurs.

La cérémonie comprenait aussi des danses, chansons et poèmes traditionnels rwandais.

M. Kagame, qui a dirigé la lutte pour la libération dans les années 1990 en tant que commandant des forces du FPR, promeut depuis longtemps l'autonomie du Rwanda et de l'Afrique.

Les célébrations du Jour de la libération de cette année se sont tenues dans le pays sous le thème "Ensemble nous prospérons".

Une série d'activités ont été organisées pour célébrer cet anniversaire, dont une visite des sites historiques clés en lien avec la lutte pour la libération, l'inauguration de projets de développement socio-économiques et la première d'un film qui a pour toile de fond la lutte pour la libération.