Burundi : clôture de la 2e édition du salon industriel à Bujumbura



Du 12 au 15 juin, se tenait à Bujumbura la 2è édition du salon industriel du Burundi sous le haut patronage du président de la République du Burundi, Pierre Nkurunziza. Les cérémonies de lancement ont également vu la présence des membres du gouvernement: Jean Marie Niyokindi, Ministre en charge du Commerce, Domitien Ndihokubwayo, ministre des Finances, Gaspard Banyankimbona, Ministre en charge de l’Education Supérieure, de hauts dignitaires de la sphère publique, Libérat Mpfumukeko, Secrétaire Général de l’EAC, Christian Nibasumba, Représentant du Trade Mark East Africa au Burundi, Freddy Mbonimpa, Maire de la ville de Bujumbura, ainsi que des dirigeants dans le secteur privé, et différents chefs d’entreprises et de banques.

Ayant rassemblé près de 70 industries de production et des coopératives, le thème de cette deuxième édition du salon industriel organisé par l’Association des Industriels du Burundi (AIB en sigle) était : « L’Innovation, facteur déterminant dans la compétitivité industrielle ».

Ce deuxième salon industriel avait pour objectif de promouvoir le secteur industriel en général et des entreprises du Burundi et de la sous-région en particulier, en offrant une visibilité des activités des industries et de leurs produits auprès de leurs différents partenaires.

Dans son allocution, Pierre Nkurunziza a fait savoir que « Le Gouvernement du Burundi et le secteur privé sont appelés à trouver toutes les solutions palliatives aux problèmes qui minent la croissance, l'innovation et la compétitivité de l'industrie burundaise ».  

Pour le Chef de l'Etat, le Plan National de Développement (PND) doit servir désormais de feuille de route pour tous ceux qui veulent investir au Burundi ou tout simplement appuyer le Burundi à travers différents projets.

 « Le Burundi n'acceptera jamais sous aucune forme, une aide susceptible de porter atteinte à la dignité du Burundi, à sa souveraineté ou battre en brèche les valeurs humaines ou culturelles des Burundais », a indiqué le Président de la République ».

Quant au président de l’AIB, Olivier Suguru, il estime que « cette deuxième édition du salon industriel servira de lieu de rencontre entre les professionnels du secteur de la sous-région et du reste du monde, afin d'échanger leurs expériences et se forger des partenariats gagnants-gagnants. Une telle occasion est un privilège donné à la petite industrie de nouer des contacts de partenariats avec les grands opérateurs économiques du pays ».  

Cette deuxième édition a été marquée également par une visite des stands en plus de l’exposition de produits de différentes entreprises et des rencontres individuelles Business to Business(B2B) entre entrepreneurs. Il était aussi prévu des conférences-débats sur plusieurs thématiques. Il y avait des exposés qui se rapportent sur des sujets différents comme le rôle des banques commerciales dans la croissance industrielle.

Jean-Claude Manirakiza, Directeur Commercial à la Bancobu, est, quant à lui, revenu sur les défis et réalisations du secteur de la finance au Burundi ainsi que l’allocation sectorielle des crédits bancaires.

« Les banques burundaises jouent un rôle de premier plan : elles mettent en relation les agents à capacité de financement (épargnants) et les agents à besoins de financement (emprunteurs). Ainsi, elles collectent l’épargne et offre des crédits. Au Burundi, seuls 7% de la population sont bancarisés (23%, la moyenne en Afrique). 12%, si l’on ajoute les clients avec les comptes mobiles ».  

D’autres thématiques abordées étaient en rapport avec le partenariat public-privé (PPP), l’Office burundais des recettes : au-delà des impôts, l’innovation, facteur déterminant dans la compétitivité industrielle, etc. Durant ces exposés, les invités ont été informés sur la situation de la croissance économique du pays, les défis relatifs à la croissance et les solutions possibles pour que l’innovation devienne de plus en plus une réalité.

A la fin de cette deuxième édition industrielle, une visite guidée a été effectuée ce matin dans les industries de Musumba Steel (une industrie de fabrication des tôles, clous et fer à bêtons) et FOMI (une industrie de production des engrais organo-chimiques) pour découvrir le niveau d’industrialisation du pays et les participants se sont vus octroyés un certificat d’honneur pour avoir participé dans cette deuxième édition du Salon Industriel du Burundi.

Gaudence Uwineza