Vers une force commune de pays de la région de Grands-lacs pour la neutralisation de groupes armés à l’est de la RDC



Dans un communiqué sanctionnant la fin de la réunion des responsables des services de renseignements et de sécurité du Burundi, de la République Démocratique du Congo, de l’Ouganda, du Rwanda et de la Tanzanie qui s’est tenue à Kinshasa, du 05 au 06 juin 2019, sous la facilitation du Mécanisme National de Suivi de l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la République Démocratique du Congo (RDC) et la Région (« l’Accord-cadre »), les pays de la région ont appelé à une mutualisation des efforts en vue de mettre fin à l’activisme de groupes armés actifs dans la région orientale de la République Démocratique du Congo.

Cette rencontre qui s’est tenue avec l’appui de l’Envoyé Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour la Région des Grands Lacs, du Représentant Spécial de l’Union Africaine pour la Région des Grands Lacs, de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL) et de la Communauté de Développement de l’Afrique Australe (SADC) a vu le Burundi non représenté à ces assises auxquelles a également pris part le Mécanisme Conjoint de Vérification Elargie (MCVE) de la CIRGL.

“La réunion poursuivait trois objectifs dont l’évaluation et la détermination de la situation actuelle en matière de sécurité par rapport aux activités des forces négatives dans la partie Est de la RDC ; ladoption des mesures concertées prioritaires pour promouvoir la neutralisation desdites forces ; la contribution au renforcement de la confiance et à l’amélioration de la coopération entre les services des renseignements et de sécurité des pays concernés” écrit le compte rendu envoyé à POLITICO.CD par le secrétariat du représentant du secrétaire général de l’ONU dans la région de Grands Lacs.

La réunion fait suite aux décisions prises par le neuvième sommet du Mécanisme Régional de Suivi de l’Accord-cadre, tenu le 8 octobre 2018 à Kampala (Ouganda), qui a souligné la nécessité d’adopter une nouvelle approche en vue de renforcer la coopération régionale pour la neutralisation complète des forces Négatives dans les plus brefs délais assure le document.

Dans ce contexte, après échanges et discussions, les participants ont convenu de l’urgence d’une action régionale coordonnée et concertée pour faire face à la menace posée par les forces négatives, action fondée sur un échange continu de renseignements, une analyse approfondie et consensuelle ainsi qu’une planification conjointe entre les services de renseignement et de sécurité des Etats concernés poursuit la même source.

“À l’issue des travaux à huit clos, un rapport a été adopté qui entre autres prévoit la mise en place d’un groupe de travail technique pour examiner en détail l’état des lieux des forces négatives dans la partie Est de la RDC et les stratégies et initiatives prises à ce jour en vue de leur neutralisation” rapporte le communiqué sanctionnant cette rencontre.

“Les participants appellent la communauté internationale à assurer un soutien continu et approprié au processus et aux initiatives qui seront identifiées par les pays concernés à la suite de cette réunion et des réunions subséquentes” lit-on dans ce document.

POLITICO.CD