RDC : A Kisangani, Martin Fayulu réitère sa menace contre l'alliance Tshisekedi - Kabila



L'opposant Martin Fayulu , grand perdant de la présidentielle du 30 décembre dernier en République démocratique du Congo (RDC) a réitéré ce mercredi 15 mai , sa menace contre  l'Alliance politique entre le président Félix Tshisekedi et son successeur Joseph Kabila.  Fayulu les a appelé à "rompre  et remettre" la victoire du peuple "volée" lors de la proclamation des résultats. 

Au cours d'une conférence - débat animée la mi-journée de ce mercredi dans la salle de Ciné Héros de Kisangani où  il séjourne depuis lundi, l'opposant a affirmé qu'on "ne peut pas prendre acte des bêtises".

Le président de la commission électorale nationale indépendante (Ceni), Corneille a "court-circuité tout le monde", a déclaré Fayulu, assisté par la secrétaire général du MLC et l'ex - premier ministre Adolphe Muzito.  

"Nangaa devrait être en prison, il devrait être arrêté, parce qu'il a violé la loi. Il s'est permis  de publier les résultats des élections législatives provinciales avant la prestation de serment du nouveau président de la république, comme la loi électorale l'indique", a ajouté Martin Fayulu. 

«  Les gens que vous prétendez diriger ne vous reconnaissent pas, Tshisekedi est venu à Kisangani, on ne l'a pas accueilli, on me dit qu'il est venu la nuit, il est rentré sur les points de pieds comme il est venu. C'est ne pas normal. Il va diriger qui ? C'est ça la crise de légitimité, c'est-à-dire que le gens que vous prétendez diriger ne vous reconnaissent pas », poursuit-il dans une salle acquise à sa cause.

"Tshisekedi n'a pas l'onction du peuple"

Dans son allocution, l'Opposant a soutenu que le président de la République , Félix Tshisekedi "n''est pas en odeur de sainteté avec le peuple." 

"Il n'a pas l'onction du peuple, on ne peut pas continuer avec cette crise de légitimité, on doit l'arrêter. C'est pour cela, j'ai dit à Monsieur Tshisekedi qu'il doit démissionner. C'est pourquoi j'ai dit ici à Kisangani, qu'il doit divorcer de Kabila. Le peuple ne l'a pas élu et il n'a pas cette onction là", a insisté Martin Fayulu. 

Confronté à une salve de questions posées par l'assistance , essentiellement composée d'étudiants, l'Opposant a réitéré son appel  au président Tshisekedi de "divorcer" d'avec Kabila. 

« Le peuple a scellé le mariage avec Fayulu ? C'est pourquoi j'ai dit à Tshisekedi de divorcer. Qu'il laisse le peuple avec celui qu'il a élu », a-t- il déclaré, insistant sur le rétablissement de la "vérité des urnes", un plaidoyer que les habitants de Kisangani on dénommé « vidéo ». 

« Ceux qui croient à une autre voie, ils se trompent », a fait savoir Fayulu sous un ton déterminant, mais aussi conciliant vis-à-vis de l'impatience de l'assistance. 

« Nous faisons ce tour pour faire voir à Kabila , Tshisekedi et leurs soutiens que le peuple n'est pas avec eux. Il leur accorde un ultimatum, avant que le peuple ne réagisse comme les soudanais, les algériens », a prévenu l'opposant  sous les ovations de l'assistance, à laquelle , il a demandé d'être prête pour répondre à l'invitation de Lamuka.

 « Nous voulons sortir de cette crise de légitimité.que les ennemis de la république soient confondus(...)  Il n'y a pas un autre combat autre que le combat du peuple. Il se bat pour que la volonté du peuple se matérialise ». a déclaré la députée Eve Bazaiba , présente dans la salle..

Ernest Mukuli |Actualite.cd