Rwanda: pourquoi devient-il une destination tendance?



  • Le Rwanda est une des destinations touristiques tendance de 2019.
  • Le pays des mille collines, qui commémore les 25 ans du génocide, développe ses capacités d’accueil en misant notamment sur le tourisme haut de gamme.
  • Avec ses parcs nationaux, son réseau de transport performant, sa petite taille et un climat sécuritaire serein, le Rwanda dispose de nombreux atouts.

C’est un petit pays qui s’ouvre aux grands voyageurs. Montagnes verdoyantes, parcs nationaux et safaris… De Booking à Voguele Rwanda s’est glissé dans le palmarès des destinations tendance de 2019. Partir en séjour dans ce pays d’Afrique de l’Est a de quoi surprendre, mais « cela fait deux ou trois ans que nous parlons du Rwanda dans le milieu du voyage », explique Fabrice Dabouineau, directeur Afrique de Voyageurs du monde.

Alors qu’il commémore les vingt-cinq ans du génocide des Tutsis qui a coûté la vie à plus de 800.000 personnes, le pays des mille collines veut aller au-delà de cette image et accélérer son développement. En misant notamment sur le tourisme haut de gamme. « Le tourisme est monté en puissance et cela augmente de façon exponentielle chaque année », estime François Janne d’Othée, qui a créé le Petit Futé Rwanda. Mais il part de très loin, nuance-t-il (un million de visiteurs par an, selon les autorités rwandaises).

Des gorilles dans la brume

Sur ce petit territoire enclavé de l'Afrique des grands lacs (26.338 km2), le génocide est gravé dans toutes les mémoires. « Mais il faut en finir avec la peur de l’insécurité. Il n’y a aucune crainte à se balader, insiste le journaliste. Aujourd’hui, le Rwanda est très sécurisé et on circule sur des routes en très bon état. » Depuis quelques années, lodges de luxe et grands hôtels font aussi partie du paysage, note Nathalie Bonte, blogueuse à Kigali. « Il y a une volonté de rendre ce pays accessible, agréable à visiter, et d’attirer un tourisme responsable. Avec notamment un fort investissement dans la protection des animaux. »

Un road trip pour amoureux de la nature, avec au bout du chemin, le Graal : rencontrer les gorilles des montagnes, les plus grands primates de la planète. Menacés d’extinction, ils ne vivent qu’au Rwanda et dans deux de ses voisins, l’Ouganda et la République démocratique du Congo. A l’heure où nous nous écrivons ces lignes, le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères déconseille de se rendre dans le Parc national des Volcans, qui les abrite. Aussi motivés que vous soyez, n’oubliez pas de vérifier les recommandations avant de prendre vos billets.

Observer ces colosses en liberté est en tout cas « l’expérience d’une vie », entend-on souvent. Qui ne se paye pas en monnaie de singe, car il faudra débourser plus de 1.500 dollars (1.300 euros) pour les côtoyer ! Une mesure justifiée par des raisons environnementales, le développement des communautés locales, et qui témoigne aussi d’une volonté de se positionner en destination premium.

Les stations balnéaires du lac Kivu

« Pas de gorilles, pas de voyage ? », se demande le commun des mortels devant son compte en banque… Pas du tout, rassure François Janne d’Othée. « Rien que le parc de l’Akagera vaut la peine. C’est un safari accessible financièrement, sur un territoire assez restreint », où l’on peut observer les fameux « Big Five » : lions, buffles, éléphants, rhinocéros et léopards.

Le lac Kivu est l’autre grand trésor du pays, où l’on peut faire du bateau, randonner, se baigner ou tout simplement buller sur la plage. «  A Kibuye [l’une des plus belles stations balnéaires du lac], on peut loger dans des chalets en bois qui dominent le lac à flanc de colline. C’est un havre de paix, avec des endroits fabuleux », s’émerveille-t-il.

Le pays peut aussi compter sur Kigali, sa capitale, l’une des plus sûres d’Afrique. Là-bas, impossible de faire l’impasse sur le mémorial du génocide, insiste François Janne d’Othée. « Ce n’est pas du tourisme morbide, cela permet de comprendre ce que ce pays a vécu en 1994. Il faut avoir l’esprit et le cœur bien accroché, mais cela fait partie du Rwanda. »

Musées et bars tendance à Kigali

Ces derniers temps, « la ville a beaucoup évolué », assure Nathalie Bonte. On peut s’y attarder « trois ou quatre jours sans s’ennuyer », à la découverte de quelques musées et galeries d’art, de boutiques de designers, de bars et de restaurants en voguecomme le très coté Pili Pili. Une capitale moderne et pleine de vie. C’est tout le paradoxe de ce pays, qui regarde loin devant, sans oublier les drames du passé.

Une vue de Kigali, la capitale du Rwanda.
Une vue de Kigali, la capitale du Rwanda. - Vadim Nefedov/Getty Images

Aujourd’hui, « la sécurité et la facilité de circuler font du Rwanda une bonne destination pour une première visite en Afrique », sourit Nathalie Bonte. Et sa petite taille a l’avantage de permettre « d’en faire le tour en une dizaine de jours, et d’en avoir eu plein les yeux. » Mais qui dit destination premium, dit budget premium lui aussi. Car « entre l’avion et le permis gorille, il y a déjà une base de 2.500 euros », calcule Fabrice Dabouineau. A ce prix-là, pas sûr de prendre un selfie avec les grands singes. Mais vous pourrez toujours (re) voir le film mythique Gorilles dans la brume, qui a immortalisé ces doux géants en danger.

20minutes.fr