L'Éthiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a annoncé dimanche soir qu'il s'était placé en quarantaine après avoir été en contact avec une personne positive au coronavirus, précisant qu'il n'avait pas de symptôme.

"J'ai été identifié comme un contact de quelqu'un qui a été testé positif au Covid-19. Je vais bien et suis sans symptôme mais je vais me placer en quarantaine les jours qui viennent, en ligne avec les protocoles de l'OMS, et travailler à la maison", a tweeté Tedros Adhanom Ghebreyesus.

"Il est extrêmement important que nous nous conformions tous aux directives sanitaires. C'est ainsi que nous briserons les chaînes de transmission du #COVID19, supprimerons le virus et protégerons les systèmes de santé", a-t-il ajouté.

M. Tedros a été en première ligne des initiatives de l'agence de santé des Nations unies pour lutter contre la pandémie, qui a coûté la vie à près de 1,2 million de personnes et infecté plus de 46 millions de personnes dans le monde depuis que le nouveau coronavirus est apparu en Chine fin 2019.

L'ancien ministre éthiopien de la Santé et des Affaires étrangères, âgé de 55 ans, a répété pendant des mois que chaque personne avait un rôle à jouer dans l'arrêt de la propagation du virus.

Etat d'urgence à Genève

Le fait que M. Tedros lui-même ait été contraint de se mettre en quarantaine en raison d'une éventuelle exposition au virus pourrait entraîner de nouvelles attaques contre l'OMS et les mesures qu'elle recommande.

Des mouvements de colère apparaissent dans plusieurs pays européens à mesure que le Vieux Continent adopte des restrictions allant jusqu'au confinement pour tenter de juguler la deuxième vague épidémique. Plus de 279.000 personnes sont mortes du Covid-19 en Europe.

Genève, où l'OMS a son siège social, a déclaré dimanche un nouvel état d'urgence et affirmé que la ville irait au-delà des mesures nationales suisses, en fermant tous les bars, restaurants et magasins non essentiels.

Les autorités de la région, qui compte environ 500.000 habitants, ont déclaré que les nouvelles mesures étaient nécessaires en raison de la flambée des cas - avec plus de 1000 tests quotidiens positifs ces derniers jours - et de l'augmentation du nombre de patients atteints de Covid-19 dans les hôpitaux et les unités de soins d'urgence de Genève.

voa



 

Le président tanzanien John Magufuli a été réélu pour un second mandat au terme d'élections générales marquées par la quasi-disparition de l'opposition parlementaire, qui qualifie le scrutin de mercredi d'"imposture totale" entachée de fraudes massives.

Le président sortant, 61 ans, surnommé le "Bulldozer", est crédité de 84,39% des suffrages - contre 58% lors de sa victoire en 2015 - tandis que son principal rival Tundu Lissu, 52 ans, ne totalise que 13,03% des voix, selon les résultats définitifs proclamés vendredi par la Commission électorale (NEC).

Le reste des voix est éparpillé entre les 13 autres candidats.

"La Commission déclare John Magufuli (...) vainqueur de l'élection présidentielle", a annoncé le président de la NEC, Semistocles Kaijage.

Le parti de M. Magufuli, le CCM, au pouvoir sans discontinuer depuis l'indépendance, rafle par ailleurs la quasi-totalité des 264 sièges du Parlement attribués lors du scrutin législatif couplé à la présidentielle, selon les derniers résultats publiés par la NEC.

Le CCM remporte des circonscriptions dans des fiefs historiques de l'opposition, notamment à Dar es Salaam ou Arusha, la grande ville du Nord.

Cette victoire écrasante s'inscrit dans la droite ligne d'un premier mandat de M. Magufuli, caractérisé par un net recul des libertés fondamentales et une multiplication des attaques contre l'opposition, selon les organisations de défense des droits de l'Homme.

Ses partisans mettent en avant son combat résolu contre la corruption ou la renégociation de contrats avec des compagnies étrangères pour améliorer la part revenant au pays.

L'oeuvre "d'un gang"

M. Lissu avait pourtant su revigorer une opposition affaiblie, après être rentré en Tanzanie en juillet. Il venait de passer trois ans à l'étranger où il s'était remis d'une tentative d'assassinat en 2017, politiquement motivée selon lui et au cours de laquelle il avait été atteint de 16 balles.

Ce "n'était pas une élection" mais l'oeuvre d'un "gang qui a décidé de rester au pouvoir coûte que coûte", avait accusé jeudi M. Lissu, rejetant par avance des résultats "illégitimes".

"Le changement démocratique n'est pas possible en Tanzanie", avait-il déploré, dénonçant "une fraude électorale d'une ampleur sans précédent" dans le pays.

La Tanzanie n'autorise pas de contestation en justice du résultat de la présidentielle - une procédure possible pour les législatives - et M. Lissu a appelé ses partisans à des manifestations "démocratiques et pacifiques" et au soutien de la communauté internationale.

Mais pour l'heure aucun mouvement de protestation n'a été constaté.

"Nous sommes inquiets des informations crédibles faisant état d'irrégularités électorales et de l'utilisation de la force contre des civils désarmés, et nous demanderons des comptes aux individus responsables", a réagi la porte-parole du Département d'Etat américain, Morgan Ortagus, sur Twitter.

"Nous appelons les autorités tanzaniennes à prendre des mesures immédiates pour restaurer la confiance dans le processus démocratique", a-t-elle ajouté.

Rares sont les médias internationaux à avoir obtenu une accréditation pour couvrir le scrutin en Tanzanie continentale et plusieurs messageries ou réseaux sociaux tels que WhatsApp et Twitter ont été inaccessibles sur l'ensemble du territoire pendant plusieurs jours.

"L'art de truquer une élection"

Sur l'archipel semi-autonome de Zanzibar, où les électeurs choisissaient en outre leurs propres président et députés, le candidat du CCM, Hussein Mwinyi a largement remporté la présidentielle avec 76,27% des suffrages.

Sur cet archipel de l'océan Indien, théâtre de violences post-électorales récurrentes, l'opposition n'a remporté que quatre des 50 sièges de l'assemblée locale.

Seif Sharif Hamad, battu par M. Minyi à la présidence de Zanzibar et leader de l'opposition locale, a été arrêté jeudi avec d'autres membres de son parti d'opposition, l'ACT-Wazalendo, peu après avoir appelé ses partisans à manifester.

Son parti a indiqué qu'il avait été remis en liberté peu après la proclamation des résultats à Zanzibar jeudi soir et affirmé que son porte-parole Ismail Jussa avait été violemment frappé lors de son arrestation, au point d'avoir une jambe brisée et une fracture à l'épaule.

Zanzibar a fait l'objet pour ce scrutin d'un très important déploiement de policiers, soldats et de miliciens du parti au pouvoir, appelés "Zombies".

Tranchant singulièrement avec les commentaires de l'administration américaine, la mission d'observation de la Communauté des Etats d'Afrique de l'Est, dirigée par l'ancien président burundais Sylvestre Ntibantunganya, a conclu que le scrutin avait été conduit de "manière crédible".

Aux antipodes du chercheur sur Afrique de l'Est de l'International Crisis Group Murithi Mutiga, qui dès jeudi estimait: "La Tanzanie de Magufuli a élevé l'art de truquer des élections à un niveau inédit, comme de manigancer des victoires écrasantes pour le parti au pouvoir jusque dans les fiefs de l'opposition".

VOA



 

(Agence Ecofin) - Le Rwanda va consacrer 28 millions d’euros à la réhabilitation des forêts dégradées de la région d’Amayaga. Cette initiative permettra d’améliorer la production des populations et leur approvisionnement en eau tout en diminuant leur vulnérabilité aux vagues de sécheresse.

Le gouvernement rwandais vient de lancer l’initiative « Green Amayaga ». Elle vise à restaurer les forêts dégradées de la région éponyme.

S’étendant sur les six prochaines années, le projet permettra une restauration de 280 000 hectares de terres cultivables et d’agroforesterie dans la région d’Amayaga.

Il sera mis en œuvre par l’Autorité rwandaise de gestion de l’environnement (Rema) qui prévoit un regain de la productivité agricole ainsi qu’une réduction de la vulnérabilité de plus de 1,3 million de personnes aux événements climatiques extrêmes, et la sécheresse notamment. 

Le projet va contribuer également à l’amélioration de l’approvisionnement en eau de la région grâce à la réhabilitation des bassins versants. La Rema prévoit de planter 1,4 million d’arbres dès la prochaine saison forestière en collaboration avec l’Autorité forestière du Rwanda (RFA) et les districts concernés, à savoir : Kamonyo,  Ruhango, Nyanza et Gisagara.

Grâce à « Green Amayaga », ce sont 150 000 emplois verts qui seront crées. Le projet inclut également la distribution de foyers écologiques à 67 500 ménages. Son coût est estimé à 28 millions d’euros qui seront financés à 77 % par le gouvernement rwandais et à 23 % par le Fonds pour l’environnement mondial.



 

L'Afrique doit se préparer à une "deuxième vague" de l'épidémie de coronavirus au moment où l'Europe subit une hausse des cas et où certains pays du continent voient les contaminations s'accélérer, a déclaré jeudi un responsable sanitaire de l'Union africaine (UA).

"Le moment est venu de se préparer à une deuxième vague", a déclaré John Nkengasong, le directeur du Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) de l'UA, lors d'une conférence de presse.

"Le continent a très bien réussi à infléchir la courbe, avec la plupart des pics de contamination autour de juillet puis une décrue régulière, mais à l'heure actuelle nous commençons à voir une certaine stagnation", a-t-il poursuivi.

En dépit de premières inquiétudes sur une pandémie risquant de dévaster la région, les 55 Etats membres de l'Union africaine ont à ce stade enregistré 1,7 million de cas, soit 3,9% de la mortalité mondiale due au Covid-19, selon le CDC.

Au cours du mois écoulé, les cas ont augmenté en moyenne chaque semaine de 6% pour l'ensemble du continent et neuf pays ont des taux de contamination supérieurs à 10%.

M. Nkengasong a souligné que le tableau de l'épidémie sur le continent était toutefois contrasté, avec de nouveaux cas augmentant en Afrique de l'Est, du Nord et en Afrique australe, et une baisse en Afrique de l'Ouest et du centre.

Le Kenya a ainsi enregistré une hausse hebdomadaire moyenne de 45% des cas au cours des quatre dernières semaines, tandis qu'à l'autre bout du spectre la Sierra Leone a connu une baisse hebdomadaire de 21%.

M. Nkengasong a souligné que tous les pays devaient renforcer les tests et les systèmes de surveillance, et recommander le port du masque.

"Si nous nous faisons cela ensemble, nous préparons concrètement le continent à une deuxième vague, qui va indubitablement arriver", a-t-il déclaré.

"Nous avons vu ce qui se passe en Europe... Nous voulons nous assurer que nous allons préserver ce que nous avons réussi au cours des dix derniers mois", a-t-il ajouté.

VOA



 

L’homme d’affaires et opposant congolais Sindika Dokolo, beau-fils de l’ancien président angolais Jose Eduardo dos Santos, est décédé jeudi à Dubaï, où il a été victime d’un accident de plongée, ont indiqué vendredi plusieurs médias, citant des proches. Il était âgé de 48 ans.

Fils d’Augustin Dokolo, le premier banquier privé du Zaïre (devenu la République démocratique du Congo), et d’une mère danoise, Sindika Dokolo s’était fait connaître en 2016 pour son combat contre un troisième mandat du président Joseph Kabila. Il était ainsi l’initiateur du mouvement citoyen Les Congolais Debout, surtout actif sur internet.

Opposant virtuel à Kinshasa, M. Dokolo prospérait dans l’Angola voisin depuis son mariage en 2002 avec Isabel dos Santos, fille de l’ex-président angolais et considérée comme la femme la plus riche d’Afrique.

Lui-même toujours élégant, il était collectionneur d’œuvres d’art africaines. Il militait pour que ces œuvres ou objets volés soient restitués aux musées africains.

En Angola, il avait été rattrapé, après l’arrivée au pouvoir du président João Lourenço, par des révélations sur les montages financiers opaques du couple qu’il forme avec Isabel dos Santos dans des secteurs comme le pétrole, le diamant, le ciment, la distribution, la téléphonie.

En décembre dernier, un juge civil de Luanda avait ordonné le gel des comptes bancaires et des actifs des deux époux dans une pléiade de sociétés angolaises.

Un mois plus tard, le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) a publié une enquête, les « Luanda Leaks », qui accuse Isabel dos Santos, sur la foi de documents piratés, d’avoir « siphonné les caisses du pays ».

Dans la foulée, la justice portugaise avait à son tour gelé ses comptes et certains de ses actifs au Portugal, où elle a investi dans la banque et la téléphonie.

La Libre Afrique



 

Le « financier » présumé du génocide au Rwanda Félicien Kabuga, qui se trouvait en détention en France, a été transféré lundi à la division de La Haye du Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux (MTPI), qui l’accuse notamment de génocide.

Arrêté en mai près de Paris après 25 ans de cavale, Félicien Kabuga, qui devait initialement être transféré à Arusha, en Tanzanie, est désormais détenu à La Haye où il devra subir un examen médical, a annoncé le MTPI, structure chargée d’achever les travaux du Tribunal international pour le Rwanda (TPIR) dans un communiqué.

Kabuga, âgé de 84 ans selon le mandat d’arrêt, de 87 ans selon ses dires, est accusé d’avoir participé à la création des milices hutu Interahamwe, principaux bras armés du génocide de 1994 qui fit 800.000 morts selon l’ONU, essentiellement au sein de la minorité tutsi.

Il devait tout d’abord être remis par les autorités françaises à Arusha pour y être jugé par le MTPI, qui possède une division en Tanzanie et une aux Pays-Bas.

Un juge du Mécanisme a toutefois ordonné mercredi le transfert temporaire de ce dernier à La Haye « pour un examen médical détaillé », avant son éventuel transfert définitif à Arusha.

Kabuga est mis en accusation par le MTPI notamment pour « génocide », « incitation directe et publique à commettre le génocide » et « crimes contre l’humanité (persécutions et extermination) ».

Ancien président de la tristement célèbre Radio télévision libre des Mille collines (RTLM), qui diffusa des appels aux meurtres des Tutsi, il conteste l’intégralité des sept chefs d’inculpations qui le visent.

– Future comparution –

Il est également soupçonné d’avoir contribué en 1993 à l’achat massif de machettes qui seront distribuées aux miliciens en avril 1994, une accusation qui appuie la thèse d’une planification du génocide, jamais tranchée par la justice internationale au grand dam de Kigali.

« Sa comparution initiale aura lieu le moment venu devant un juge de la Chambre de première instance affecté à son affaire », a précisé lundi le MTPI, qui n’a pas évoqué de date concernant un éventuel transfert à Arusha par la suite.

Les avocats de M. Kabuga avaient formulé une requête début octobre afin de demander qu’il soit définitivement transféré à La Haye et non à Arusha, « compte tenu de son âge, de sa santé fragile et de la présence de l’épidémie de Covid-19 en Tanzanie ».

Le procureur du MTPI, Serge Brammertz, avait partiellement soutenu la requête de la défense, estimant que M. Kabuga devait être « préalablement » transféré à La Haye afin de faire l’objet d’un « examen médical indépendant ».

L’objectif, selon le procureur, est de déterminer si son état de santé est compatible avec un transfert et une détention dans la ville tanzanienne.

Fin septembre, la Cour de cassation française avait définitivement validé la remise à la justice internationale de M. Kabuga, considérant qu’il n’y avait « pas d’obstacle juridique ou médical à l’exécution du mandat d’arrêt » visant à le transférer à Arusha.

La justice française, qui disposait d’un mois pour remettre l’octogénaire au MTPI à compter du 30 septembre, avait indiqué « attendre la décision » du Mécanisme sur le lieu de transfert de M. Kabuga, affirmant qu’elle « se conformerait à sa décision ».

La Libre Afrique



 

Parmi les 13 cardinaux dont la création a été annoncée, dimanche 25 octobre par le pape François, figure Mgr Antoine Kambanda, archevêque de Kigali au Rwanda. Il est le premier Rwandais à recevoir le titre cardinalice.

Dans sa première interview après cette annonce, l’archevêque de Kigali a souligné la “surprise, la gratitude ” que cette nomination suscitait en lui.

«Cela a été une grande surprise pour moi. Je ne m’y attendais pas. J’étais dans mes activités de la vie ordinaire, jusqu’à ce que quelqu’un m’a téléphoné. Je n’y croyais pas. Mais, par la suite, j’ai entendu l’annonce lors de l’Angélus du Pape. C’est une surprise pour moi. Je remercie le Seigneur, car il est l’auteur de l’histoire, l’histoire en général ou l’histoire personnelle. Je n’avais jamais rêvé d’être Cardinal. C’est le seigneur qui l’a voulu. Comme le dit l’Evangile d’aujourd’hui (dimanche 25 octobre 2020. Ndlr), j’aime le Seigneur et j’ai consacré ma vie à travailler pour lui. Être Cardinal me donne l’opportunité de travailler beaucoup plus pour le Seigneur.  Je remercie beaucoup le Saint-Père qui m’a confié cette charge. J’aime l’Eglise, j’aime travailler pour l’Eglise et cela me donnera l’occasion de travailler beaucoup plus pour elle. », a déclaré Mgr Kambanda.

Le prélat de 62 ans dit qu’il utilisera sa nouvelle position pour continuer à servir Dieu et son peuple.

«Donc, je suis reconnaissant à Dieu pour cela et je m’engage à continuer à le servir. C’est quelque chose que j’aime de tout mon cœur et j’ai consacré ma vie à le servir. Cela signifie beaucoup. La confiance qui a été placée en moi signifie que je continuerai à servir l’Église de tout cœur », a-t-il dit.

Il dit que c’est un honneur pour lui et pour l’Eglise du Rwanda

«C’est un grand honneur non seulement pour moi mais pour toute l’église au Rwanda et cela crée de l’espoir pour l’Église au Rwanda. Il s’accompagne d’un certain nombre de privilèges car on devient conseiller du pape et on reçoit  une place dans le diocèse de Rome en tant que conseiller du pape. Ce sont les cardinaux qui élisent le pape et c’est parmi eux que le pape est élu.», a expliqué Mgr Kambanda, parlant des avantages de devenir cardinal.

La fonction de cardinal est très importante pour l’Église catholique romaine, puisque les cardinaux sont les plus proches conseillers du pape. Ils participent aussi au conclave, -à condition d’avoir moins de 80 ans-, et donc élisent le pape et peuvent être élu pape. Les cardinaux aussi appelés « princes de l’Église », puisque durant la vacance du Siège apostolique, ils assurent collégialement le gouvernement de l’Église et l’un d’entre eux peut succéder au pape.  

Chaque cardinal est créé au titre d’un diocèse, d’une paroisse ou d’une diaconie autour de Rome. Ce lien entre le cardinal et la ville de Rome s’appelle le titre cardinalice et symbolise sa communion au Pape, l’évêque de Rome.

Le Consistoire ordinaire du 28 novembre sera le septième du pontificat du Pape François. Le Pape argentin a déjà créé 88 cardinaux parmi lesquels 70 sont électeurs. Ces cardinaux revêtiront la pourpre qui indique leur disponibilité à se sacrifier “jusqu’au sang” au service du Successeur de Pierre, et même s’ils résident dans les régions les plus reculées du monde, ils deviennent titulaires d’une paroisse de la Ville éternelle parce qu’ils sont incardinés dans l’Église dont le Pape est l’évêque.

Mgr Kambanda a été nommé archevêque de Kigali en novembre 2018 après cinq ans à la tête du diocèse de Kibungo, dans l’est du Rwanda. Il y a succédé à Mgr Kizito Bahujimihigo, qui avait démissionné en janvier 2010 à la suite des problèmes financiers de son diocèse. En 2010, face à l’important déficit du diocèse, les banques avaient en effet lancé un ultimatum, menaçant de saisir l’ensemble des biens du diocèse.

Né en 1958 dans le diocèse de Kigali, Antoine Kambanda a effectué sa scolarité au Burundi, en Ouganda et au Kenya avant de rentrer au Rwanda pour étudier la philosophie puis la théologie, études qu’il a achevées au grand séminaire de Nyakibanda, près de Huye, dans le Sud. Il a été ordonné prêtre le 8 septembre 1990 par le pape Jean-Paul II lors de sa visite au Rwanda.

Il a été professeur et préfet au petit séminaire de Ndera près de Kigali entre 1990 et 1993 avant d’achever ses études supérieures à l’Académie alphonsienne de Rome, où il a obtenu son doctorat en théologie morale en 1999. Il a ainsi échappé au génocide des Tutsi dans lequel toute sa famille périra, à l’exception d’un frère qui vit actuellement en Italie.   

De retour au Rwanda en 1999, il devient directeur de la Caritas diocésaine de Kigali ainsi que de la commission diocésaine Justice et paix, en même temps que professeur de théologie morale au séminaire de Nyakibanda et directeur spirituel au grand séminaire de Rutongo. Nommé recteur du grand séminaire philosophique de Kabgayi en 2005, il était devenu, en 2006, recteur du séminaire de Nyakibanda. Il a été nommé archevêque de Kigali en novembre 2018 et a reçu le pallium des mains du pape François 29 juin 2019.



 

L’armée congolaise a annoncé avoir délogé de son fief de l’est de la République démocratique du Congo (RDC) la principale rébellion burundaise des Forces nationales de Libération » du Burundi (FNL) après trois jours d’intenses combats.

« Les FARDC (Forces armées de la RDC) ont délogé et récupéré le quartier général de rebelles burundais FNL (Forces nationales de Libération, du Burundi) dirigé par Aloise Nzabampema », écrit le porte-parole de l’armée au Sud-Kivu, le capitaine Dieudonné Kasereka. Les FNL sont considérées comme la principale rébellion burundaise présente dans l’est de la RDC.

Rebellion rwandaise

L’armée congolaise affirme, dans le même communiqué, se battre aussi contre des rebelles burundais au sein du CNRD (Conseil national pour le Renouveau et la Démocratie, une dissidence de la rébellion hutue des Forces démocratiques pour la Libération du Rwanda, FDLR), dont un groupe résiduel est toujours actif dans deux localités de la plaine de la Ruzizi (Sud-Kivu), selon l’armée.

Le bilan de tous ces affrontements entre l’armée et des groupes rebelles burundais font état de « 27 ennemis neutralisés » (tués), plusieurs armes et munitions récupérées et trois militaires des FARDC sont tombés sur le champ d’honneur, quatre autres blessés », précise le communiqué. L’armée indique que « ces ennemis de la paix sont en débandade vers les forêts de Muranvia, Nyaburunda, Kashongo et la vallée Nyanzale Rudaga ».

L’armée congolaise a lancé « des opérations de grande envergue » contre trois groupes rebelles, les FNL, le CNRD et Red Tabara, qui a revendiqué plusieurs attaques sur le territoire burundais ayant fait, en septembre, des dizaines de morts parmi les forces de sécurité burundaise.

Visite ministérielle

Début octobre, la ministre congolaise des Affaires étrangères, Marie Tumba Nzeza, avait été reçue par le président burundais Evariste Ndayishimiye. Le Burundi avait boycotté un sommet régional des chefs d’État préférant traiter des questions sécuritaires en bilatéral avec la RDC.

La RDC entretient des relations complexes avec ses voisins notamment le Rwanda et le Burundi, en raison de la présence sur son sol de réfugiés et de rebelles de ces deux pays dans l’Est congolais traversé par des conflits multiples depuis près de trois décennies.

VOA



 

Le Rwanda a lancé aujourd’hui un ambitieux projet de 32,7 millions de dollars (31,9 milliards Frw) pour restaurer le paysage forestier vert d’Amayaga situé dans la province du Sud.  

Appelé « Green Amayaga», ce projet  de restauration des paysages forestiers dans la région d’Amayaga est une initiative révolutionnaire de six ans qui permettra de reboiser l’écosystème dégradé et de restaurer les forêts naturelles de quatre districts de la province méridionale du Rwanda. Il favorisera la biodiversité, les services éco-systémiques, augmentera la productivité agricole et réduira la vulnérabilité des personnes et des écosystèmes aux effets néfastes du changement climatique.

Le projet «Green Amayaga » a été lancé ce vendredi 23 octobre 2020 dans le secteur de Muyira, district de Nyanza au sud du pays. Son lancement a coïncidé avec l’événement national de lancement de la saison annuelle de plantation forestière qui rassemble les Rwandais pour planter des arbres dans le but d’accroître la couverture forestière et la croissance économique,  promouvoir la biodiversité et protéger l’environnement.

«La restauration des forêts et des paysages profitera non seulement à notre environnement, mais améliorera également la santé et les moyens de subsistance des Rwandais et créera des emplois verts. Nous avons hâte de voir à nouveau la région d’Amayaga verte », a dit la ministre de l’Environnement Jeanne d’Arc Mujawamariya en procédant au lancement du dit projet.

«Le projet révolutionnaire ‘Green Amayaga’ fait partie des efforts du Rwanda pour accroître notre résilience au changement climatique en investissant dans des solutions fondées sur la nature. Lorsqu’il s’agit de s’adapter au réchauffement de notre planète, la Nature est notre meilleure alliée, ” a poursuivi la Ministre Jeanne d’Arc Mujawamariya.

Le projet est financé à hauteur de 77% par le Ministère de l’environnement. Le reste étant constitué de subventions du Fonds pour l’environnement mondial (FEM) et du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Il sera mis en œuvre par l’Office rwandais de gestion de l’environnement (REMA, Rwanda Environment Management Authority) en partenariat avec l’Office rwandais des forets (RFA, Rwanda Forestry Authority)  et les districts de Kamonyi, Ruhango, Nyanza et Gisagara.

«Nous avons une occasion incroyable de bâtir de meilleures économies et des sociétés plus fortes. Le PNUD est fier d’appuyer et d’être associé à ce projet», a commenté Maxwell Gomera, représentant résident du PNUD, partenaire du projet.

«Le projet Amayaga est un autre exemple de remarquables niveaux de préparation et de créativité du Rwanda. La restauration de la biodiversité et des paysages n’est pas seulement du bon sens en ces temps extraordinaires, elle est impérative. Lorsque la biodiversité prospère, nous prospérons tous», a ajouté Maxwell Gomera.

Au cours des six prochaines années, le projet améliorera les moyens de subsistance des communautés locales, augmentera la productivité agricole et la sécurité alimentaire, créera des emplois verts, favorisera l’égalité des sexes et élargira les connaissances en matière de gestion des forêts. Plus de 1,3 million de personnes bénéficieront du projet, dont la majorité sont des femmes et des jeunes.

Le projet créera environ 150.000 emplois au cours des six années de sa mise en œuvre et fournira à 7.500 ménages du bétail pour améliorer la sécurité alimentaire et augmenter les revenus. En outre, 60.000 foyers recevront des fourneaux améliorés et éco-énergétiques pour réduire la consommation de bois et les émissions de gaz à effet de serre, et stopper les maladies respiratoires à l’intérieur.

Dans l’ensemble, le projet Green Amayaga fera progresser la restauration des forêts dégradées de la région, dont le paysage couvre plus de 550 hectares, soit 0,14% du total des forêts naturelles nationales du Rwanda, 10% de la forêt plantée ainsi que de nombreuses parcelles de reste de la forêt. La région d’Amayaga abrite la forêt naturelle de 354 hectares de Kibirizi-Muyira ainsi que les réserves forestières de Busoga.

Le projet cible les forêts qui abritent une importante biodiversité et fournissent des services éco-systémiques cruciaux aux communautés locales. Le projet améliorera la gestion durable des terres dans les terres agricoles du paysage, augmentera la productivité des plantations forestières et réduira les impacts négatifs des systèmes énergétiques domestiques sur les forêts en introduisant des foyers améliorés ainsi qu’une production de charbon de bois durable.

En ce qui concerne l’adaptation et la résilience climatiques, le projet renforcera la résilience des communautés et la biodiversité et contribuera à la stabilisation du changement climatique en particulier dans le district de Kamonyi, Ruhango, Nyanza et Gisagara.

Le projet Green Amayaga augmentera également le contrôle de l’érosion et la protection des marais et des zones tampons, ce qui augmentera également la productivité agricole. Au total, 263.000 hectares de terres agricoles seront restaurés et réhabilités. Les petits et grands bassins versants seront également réhabilités et restaurés pour fournir de l’eau pour la consommation humaine ainsi que pour les activités d’élevage et d’agriculture.

Le Rwanda a réalisé ces dernières années de lourds investissements dans la résilience climatique. Le projet «Green Amayaga» s’ajoute à un plan d’action climatique de 11 milliards de dollars récemment dévoilé par le gouvernement dans le cadre de l’accord de Paris que le Rwanda a signé en 2015.

Agence Rwandaise d'Information



 

Le Président rwandais Paul Kagame a officié ce jeudi 22 octobre la prestation de serment de six nouveaux sénateurs au parlement, à Kimihurura.

Les nouveaux membres du Sénat comprennent quatre qui ont été nommés par le Président et deux autres qui ont été élus par le biais du Forum consultatif des partis politiques au Rwanda.

Dans ses remarques, le Président Kagame a déclaré que les nouveaux sénateurs apportent une nouvelle énergie au parlement et contribuent au développement du pays.

«Ils apportent au Sénat du sang neuf, de l’expérience et des compétences diverses pour nous aider à faire avancer notre chemin de reconstruction de ce pays au bon rythme. »

Il a dit que «ces nouveaux sénateurs ont été choisis parmi nous, Rwandais, et représentent des Rwandais de tous horizons. Nous voulons que tous les Rwandais, quelles que soient leurs origines et leurs croyances, aient une voix. »

Et d’ajouter : «Les Rwandais considèrent le Sénat comme leurs yeux, leurs oreilles et leur cœur qui suit les priorités des citoyens et supervise les activités du gouvernement. Notre travail en tant que dirigeants exige un engagement à tenir nos promesses et les attentes des Rwandais.»

Le Chef de l’Etat rwandais a également souligné les défis actuels causés par la pandémie de Covid-19, soulignant la nécessité de redoubler d’efforts pour surmonter ces défis.

«La pandémie de Covid-19 a touché toutes les régions du monde, y compris le Rwanda. Nous prenons les bonnes mesures pour nous protéger mais il y a des conséquences que nous ne pouvons pas éviter. »

Il a poursuivi en disant que « nous nous protégeons du virus lui-même, mais cela a entraîné des perturbations dans les activités de développement. Cela a affecté la vie des citoyens, notre économie et entravé le rythme des progrès. »

«Au fur et à mesure que les défis auxquels nous sommes confrontés augmentent, nous devons multiplier les efforts pour les résoudre. Là où nous avons atteint un développement considérable, nous ne devons pas être complaisants, mais continuer à investir davantage d’efforts. », a-t-il rappelé.

« Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour atténuer les conséquences de cette pandémie. Mais les solutions à ces défis ne viennent pas aussi vite que nous le souhaitons, cela demande de la persévérance », a-t-conclu.

Le Sénat rwandais est composé de 26 membres; 20 d’entre eux ont été élus, 4 désignés par le Président de la République et 2 par le Forum des partis politiques agréés au Rwanda. Ils servent un mandat de cinq ans, renouvelable une fois.

Agence Rwandaise d'information

Page 5 of 22

A Propos

 


IPHAME.

Imburi Phare Media est un média en ligne sur l'actualité des Grands Lacs africains et sa diaspora. Une plateforme d’informations, de conseils,d’analyses et perspectives.

Derniers Articles

Newsletter

Rejoignez notre newsletter et recevez des news dans votre boîte de réception. Nous ne vous enverrons pas de spam et nous respectons votre vie privée.