Le Comité laïc de coordination (CLC), organisateur de la marche réprimée dimanche par les forces de sécurité en République démocratique du Congo (RDC) au prix de plusieurs morts, a exprimé son engagement à poursuivre les actions dans les prochains jours pour obtenir le départ du président Joseph Kabila, prévenant que les Congolais "ne laisseront plus de répit au pouvoir en place". "Ce dimanche 31 décembre 2017, nous avons été des millions à travers notre pays à nous être mobilisés, au-delà des étiquettes politiques, au-delà de la considération individuelle pour dire STOP à la souffrance du peuple congolais. Nous avons marché pour dire à la face du monde que nous reprenons notre destin en main", a indiqué le CLC dans un communiqué obtenu mardi par l'agence Belga.

Déplorant la violente répression réservée par les forces de l'ordre aux manifestants, le CLC fait état d'un bilan d'une "dizaine de morts", "tombés sous les coups de balles de l'armée et de la police", de dizaines de blessés et de centaines d'arrestations.

"Malgré cette violence de répression, malgré de nombreuses barricades placées pour encercler les quartiers et les paroisses de la capitale (Kinshasa, ndlr), la population a montré à la face du monde sa détermination, elle n'a pas cédé à la peur, elle a marché avec courage et discipline", poursuit le texte.