Lire nos articles en différentes langues ici

                                     

  Mme Sandrine Umutoni (à gauche), DG de Imbuto Foundation et S.E Henry H. Rao ambassadeur  chinois  au Rwanda

A travers l’initiative « The China-Africa people to people friendship », l'Ambassade de la République populaire de Chine au Rwanda continuera à soutenir Imbuto Foundation  en lui octroyant un don de 29 300 dollars américains afin de financer des bourses d'études pour 100 étudiants issus des familles vulnérables qui ont obtenu d'excellents résultats scolaires grâce au programme de bourses d'études intitulé: « Edified Generation »

La nouvelle a été annoncée hier vendredi à Kigali lors d’un mémorandum d'accord signé entre Son Excellence Henry H. Rao, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République populaire de Chine au Rwanda et Mme Sandrine Umutoni, directrice générale de Imbuto Foundation.

« The China-Africa people to people friendship » est une initiative lancée par la République populaire de Chine pour soutenir et promouvoir les échanges et la coopération entre les organisations non gouvernementales, des femmes et les jeunes de Chine et d'Afrique.

Depuis la première signature du mémorandum en 2013 avec Imbuto Foundation, l’ambassade de Chine appuie fortement le développement de l'éducation pour les étudiants défavorisés mais qui ont des talents distingués.

Le programme de bourses d'études « Edified Generation » a été lancé en 2003 dans le but de financer les étudiants issus de milieux économiquement vulnérables dans leur recherche d'éducation. Les bénéficiaires de ce programme reçoivent une aide allant jusqu'à 300 dollars américains par an, pour payer leurs frais de nourriture, les uniformes et autres fournitures scolaires.

 Dans le cadre d'un camp de vacances annuel chaque année, les étudiants reçoivent de nombreux enseignements notamment l’entreprenariat, la prise de parole en public, le leadership et d'autres compétences de la vie.

Créée par la Première Dame du Rwanda, Mme Jeannette Kagame en 2001, Imbuto Foundation met en œuvre une approche holistique pour élever les communautés les plus vulnérables par l'éducation, la santé et les programmes socio-économiques.

Par Gilbert Cyiza

                                   

La Première Dame lors de la remise des diploômes au étudiants de Premier ECDE

La Première Dame du Rwanda, Mme Jeannette Kagame, a rappelé que la qualité de l'éducation et l’attention attribuée aux jeunes enfants dans leur vie après l’accouchement de sa mère jusqu’à six ans a le plus grand impact tout au long de leur vie.

Mme Kagame s’exprimait hier au cours d’une cérémonie de la remise des diplômes et des certificats de fin d’études aux quarante-un étudiants de « Premier ECDE Teachers College »  à Kigali dans la capitale du Rwanda.

Premier ECDE Teachers College est une institution d'enseignement supérieur certifiée  par le gouvernement rwandais depuis 2013 avec mission principale de promouvoir l’éducation du développement de la petite enfance au Rwanda. Photo de souvenir

« Je suis honorée d'être avec vous aujourd'hui, pour beaucoup d'entre vous, ce jour-ci  marque le commencement de votre nouvelle carrière », a souligné la Première Dame du Rwanda.

 « L'éducation est la pierre angulaire de toute société. Ce qui rend votre profession d’une grande importance sur l'avenir de nombreux jeunes enfants que vous enseignerez, et  seront fermement affectés non seulement par les techniques d'enseignement que vous avez appris, mais aussi par votre tempérament et votre conduite », a souligné la Première Dame du Rwanda

Selon les statistiques du ministère de l’éducation, les écoles maternelles ont considérablement augmenté ces cinq dernières années. En 2016, on a recensé 2 757 écoles maternelles alors qu’elles étaient 1870 en 2012.  

Mme Jeannette Kagame a ainsi appelé à maintenir la croissance des écoles comme Premier ECDE Teachers College, qui forment les enseignants et qui à leur tour, auront une mission d’éduquer des jeunes enfants pour la bonne croissance.

                                

Photo de souvenir des premiers diplômes de Premier ECDE Teachers College

Quant à Françoise Nyirantagorama, la directrice générale de l’école, également enseignante depuis 1958 et qui a le privilège d’avoir enseigné l’actuelle Première Dame du Rwanda au moment où elles étaient en exil au Burundi, il y a 50 ans, a félicité chaleureusement tous les étudiants diplômés pour avoir réalisé leur rêve.

« Le travail accompli est une étape importante car elle marque à la fois la fin du long chemin et le début de l'autre. Votre réussite signifie aujourd'hui l’assurance pour entrer dans le monde du travail, pour rejoindre la main-d'œuvre productive qui va faire avancer ce pays d'où il est jusque-là vers où il devrait être. Ceci est le résultat de votre détermination et de votre engagement envers l'excellence académique et professionnelle », a souligné Mme Nyirantagorama.  

Selon Isaac Munyakazi, le ministre d'Etat pour l'enseignement primaire et secondaire au sein du ministere de l'éducation, « ces enseignants diplômés que nous venons d’avoir est une réponse au nombre insuffisant des enseignants de la petite enfance dans notre ministère »

« Le développement de la petite enfance favorise une approche axée sur l'équité pour fournir des environnements favorables aux enfants »,  a déclaré Munyakazi.

Gilbert Cyiza, Imburi Phare

                       

Le ministère de l’éducation au Rwanda (Mineduc), a annoncé que le budget nécessaire pour l’année 2017/2018 est d’une somme de huit milliards de francs rwandais. Une somme qui servira à la construction des écoles, et à la restauration de ceux en piteux état.

C’est quand Mineduc a présenté l’avant-projet de son budget pour l’année 2017/2018, au Comité du budget et des finances au Parlement Rwandais, que le ministre d’État de l’enseignement primaire et secondaire a affirmé que la restauration des écoles sera à la priorité du jour.

“Ce budget a été établi relativement pour les écoles qui sont en piteux état. Il se trouve qu’il y a un grand nombre d’écoles qui ont été ravagées par la pluie, qui peuvent à tout moment s’écrouler et mettre en péril la vie de nos enfants. On doit faire quelque chose pour que ce genre la situation n’empire.”

D’après son avant-projet, Mineduc a prévu la restauration de 4 023 classes dans les deux années à venir. Dans le cas où la totalité de la somme ne sera pas immédiatement disponible, MINEDUC s’est résolu de restaurer à peu près 3 676 classes.

La Présidente du Comité du budget et des finances au Parlement, Député Mukayuhi Rwaka Constance, a cependant questionné le Ministère sur la possibilité des sponsors pour le financement.

“Il y a surtout des parents, associations, ONG et beaucoup d’autres qui pourraient vous aider pour le financement. Je ne vois pas pourquoi vous vous focalisez sur ce budget.”

De sa part, le secrétaire permanent au MINEDUC, Mulindwa Samuel, a répondu à ceci en soulignant que les sponsors faisaient effectivement partie de leur plan de budget.

Mineduc/Igihe

                                

La révolution numérique devrait permettre la formation de plus de 50 millions d’enfants en primaire et en secondaire. Si les efforts des pays africains ont permis d’améliorer grandement l’accès à l’éducation de base, le retard initial et la très forte croissance démographique font que l’Afrique subsaharienne compte encore 29,6 millions d’enfants non scolarisés en âge d’être au primaire et 21,1 millions en âge de l’être au secondaire. A ces difficultés encore importantes d’accès et de rétention, se rajoutent les très fortes inquiétudes concernant l’équité et la qualité des enseignements dispensés aux élèves.

La révolution numérique en cours dans la région entraîne un foisonnement d’expérimentations intégrant les technologies de l’information et de la communication en éducation (TICE) dans les classes comme hors des classes. Une étude pilotée par l’Agence française de développement (AFD, partenaire du Monde Afrique), l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), Orange et l’Unesco permet de faire le point sur le sujet.

Rapide diffusion

L’accès aux moyens de communication fait aujourd’hui partie intégrante du quotidien de la grande majorité des Africains. La baisse du prix des terminaux mobiles et du coût des communications a fait passer le taux de pénétration de la téléphonie mobile de 5 % en 2003 à 73 % en 2014.

Le continent africain compte aujourd’hui 650 millions de détenteurs de téléphones portables (soit plus que les Etats-Unis et l’Europe réunis) et les réseaux mobiles 3G y sont en très forte expansion. Grâce aux câbles sous-marins reliant l’Afrique à la fibre optique et aux plans récents de connexion satellitaire, les coûts sont en baisse et les zones rurales vont bientôt pouvoir être atteintes.

Si avec 11 % des ménages connectés, le taux d’accès à Internet câblé reste encore faible, l’accès à Internet mobile permet déjà à la région de rattraper son retard. Le taux de pénétration du smartphone devrait y atteindre les 20 % en 2017. Cette rapide diffusion de services Internet sur mobile contribue déjà au développement économique et social de la région, notamment à travers d’activités ciblant l’inclusion financière, la santé ou encore la productivité des agriculteurs.

La téléphonie mobile offre des opportunités importantes dans le domaine éducatif. Etant donné sa large disponibilité dans la population et les fonctions des téléphones mobiles (échange voix, SMS) et des smartphones (lecteur de textes et documents, MP3, image et vidéo), les potentialités d’utilisations éducatives sont très importantes pour améliorer l’accès et la qualité des services éducatifs.

Le m-learning (ou m-éducation) – soit les services éducatifs via un appareil mobile connecté – constitue le principal levier de la dynamique des TICE pour mettre à disposition des contenus que ce soit pour les apprentissages (formation des enseignants, pédagogie centrée sur les apprenants, évaluations) ou encore pallier le manque de données pour la gestion du système éducatif.
Communication de masse

Les technologies de communication de masse ont été utilisées comme un premier vecteur éducatif dès la fin des années 1960. Des pays comme la Côte d’Ivoire, le Niger et le Sénégal ont ainsi développé de grands programmes nationaux qui ont utilisé la radio (radios scolaires) puis la télévision (télévision éducative) pour faire la promotion de l’éducation de base, améliorer la formation des maîtres, voire enseigner directement aux enfants. Si ces programmes ont permis de toucher un très grand nombre d’individus pour un coût au départ assez faible, les résultats en termes de performances scolaires restent difficiles à évaluer.

Le Monde

Gospel Music

Calender

« June 2017 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30