Lire nos articles en différentes langues ici

OUI, JE SAIS !

Que répondez-vous lorsqu'on vous fait une remarque ou qu'on vous donne un encouragement ?

Est-ce que votre réponse est : « Oui, je sais ! » ?

Tant de fois nous répondons cela de façon systématique et bien souvent, nous pensons vraiment le savoir. Si certaines personnes prennent le temps de nous rappeler certaines choses, c'est peut-être parce que nous ne faisons tout simplement pas la bonne chose.

Je dois avouer que c'est toujours plus facile à voir dans l'autre sens. Nous pouvons être nous-même surpris lorsque nous faisons une remarque et que nous recevons la réponse automatique du : « Oui, je sais ! »

Soyons francs, nous répondons ainsi car la plupart du temps, ce sont des choses que nous n'avons pas envie d'entendre. Nous sommes dérangés car nous savons intérieurement que c'est vrai, mais que nous ne le faisons pas...

Tout comme on peut dire à un enfant de ranger sa chambre, il peut répondre agacé : « Oui, je sais ! », sans pour autant avoir ni le désir, ni l'intention de le faire. Arrêtons de nous comporter comme des enfants, en adoptant des attitudes fermées, que ce soit par orgueil ou par manque de confiance.

L'ORGUEIL

3 Dans la bouche de l'insensé est une verge pour son orgueil, Mais les lèvres des sages les gardent.

Si nous sommes remplis de nous-mêmes et confiants en notre propre sagesse, nous rejetterons les conseils et l'instruction. Chaque prédication, chaque enseignement, chaque exhortation est pour tout le monde sauf pour nous, car nous savons et nous connaissons déjà ! L'orgueil nous empêche de nous faire aider et de pouvoir réaliser que nous avons besoin de la grâce de Dieu pour pallier à nos faiblesses. Nous sommes malades, et quand on nous parle de foi et de guérison, et au lieu de dire amen, on répond : « Oui, je sais ! »

Pourquoi ne pas saisir avec foi cet encouragement vers ma guérison. Pourquoi se priver de cette opportunité d'être encouragé et fortifié ? N'est-ce pas ce que la Bible nous dit, de nous encourager mutuellement et de nous édifier ?

11 C'est pourquoi exhortez-vous réciproquement, et édifiez-vous les uns les autres, comme en réalité vous le faites.

LA PEUR

Il arrive aussi qu'on refuse les critiques, car on manque de confiance. Reconnaître ou admettre un manquement est trop difficile, voire douloureux. On préfère alors se cacher et se protéger en sortant le fameux : « Oui, je sais ! ».

L'insécurité nous empêche de recevoir les conseils. Elle peut même pousser à recevoir ce qui était un conseil bienveillant, comme une attaque.

Le « Oui, je sais ! » peut aussi servir de carapace pour éviter que nos faiblesses ne soient dévoilées et connues.

Si nous refusons d'admettre notre état et nos manquements, nous refusons aussi l'aide du Saint-Esprit pour changer et grandir. 

ÊTRE ENSEIGNABLE

12 Béni sois-tu, ô Eternel ! Enseigne-moi tes statuts !

Penser déjà tout savoir, c'est ne rien savoir ! Il n'y a pas plus imbécile qu'un imbécile qui s'ignore ! Si nous sommes rassasiés, nous n'avons pas soif ni faim pour plus de Dieu. Nous sommes déjà comblés par la nourriture d'hier.

C'est toujours dommage d'entendre des personnes dire : « Ah, je connaissais déjà tout ça », en sortant d'une réunion ou après avoir écouté un message. Il est vrai qu'il y a des choses que nous avons déjà entendues, mais il est faux et fou de penser que nous connaissons déjà toute la parole de Dieu parce que nous l'avons déjà lue ou entendue. Au-delà de la prédication, des mots, du thème, le Saint-Esprit a toujours quelque chose à nous enseigner. Veillons à garder notre coeur enseignable et que ce soit notre désir de chaque jour de soupirer après plus.

26 Mais le consolateur, l'Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit.

Ce que tu sais, tu dois le croire et le faire ! Sans ça, tu ne sais pas encore parfaitement, alors ouvre ton coeur aux conseils et aux instructions !

7 La crainte de l'Eternel est le commencement de la science; les insensés méprisent la sagesse et l'instruction.
 

Annabelle Sourdril, enseigne-moi.com