Lire nos articles en différentes langues ici

Jésus revient bientôt – Emanuel Minos - 3.2.2001

En 1968, une dame âgée de 90 ans, de Valdres en Norvège, a eu une vision de la part de Dieu. 

L'évangéliste Emanuel Minos tenait des réunions là où elle vivait.

Il a eu l'occasion de la rencontrer, et elle lui a raconté ce qu'elle avait vu. Il a écrit ce qu’elle décrivait, mais trouvant le message si incompréhensible, il l’a mis de côté dans un tiroir.

Or maintenant, plus de 30 ans plus tard, il comprend qu'il doit partager cette vision : 

La femme de Valdres était une chrétienne très sensée, fiable, éveillée et crédible, avec une bonne réputation parmi tous ceux qui la connaissaient. Voici ce qu'elle a vu: «J’ai vu la période juste avant le retour de Jésus - et le début de la Troisième Guerre mondiale. J’ai vu ces événements de mes propres yeux. Je voyais le monde comme une sorte de globe. Je voyais l’Europe, pays après pays. J’ai vu la Scandinavie. J’ai vu la Norvège. J'ai vu certaines scènes qui allaient avoir lieu juste avant que Jésus revienne - et juste avant que la dernière calamité arrive, un malheur que nous n’avons jamais connu auparavant ! " 

Elle a mentionné quatre vagues.

1. Juste avant que Jésus revienne et juste avant que la troisième guerre mondiale éclate, il y aura une période de détente que nous n’avons jamais connue jusqu’ici. Il y aura la paix entre les super-puissances de l'Est et de l'Ouest, et ce sera une longue période de paix. (Rappelez-vous, c’était en 1968, lorsque la guerre froide était à son apogée. E. Minos). Ce sera une période de paix et de désarmement dans de nombreux pays, aussi en Norvège, et nous ne serons une fois de plus pas préparés quand elle viendra. La troisième guerre mondiale commencera de manière inattendue - et d'un endroit inattendu. 

2. Il y aura une attitude de tiédeur sans précédent parmi les chrétiens : on s’éloignera du christianisme véritable et vivant. Les chrétiens ne seront pas ouverts à une prédication de purification juste avant le retour de Jésus. Ils ne voudront plus comme par le passé entendre parler de péché et de grâce, de loi et de la Bonne Nouvelle, de repentance et de salut. On leur prêchera un substitut : le christianisme du bonheur. Il s’agira d’obtenir le succès – de s’affirmer ! Il s’agira de prospérité matérielle - des choses que Dieu ne nous a jamais promises de cette façon. Les églises et lieux de culte vont se vider de plus en plus. Au lieu d’une prédication que nous avons entendue pendant des générations – comme celle de prendre sa croix et de suivre Jésus - le divertissement, l’art et la culture vont envahir les églises, les maisons de prière et les locaux où il devrait y avoir des réunions de prière, de repentance et de réveil. Cette tendance ira en augmentant très fort juste avant le retour de Jésus. 

3. Il y aura une désintégration morale que la vielle Norvège n’a jamais connue. Les gens vivront ensemble comme mariés sans pourtant être mariés.

(C’était en 1968 et je ne pense pas que l’appellation « compagnon » existait à ce moment-là pour désigner cette situation. E. Minos). Beaucoup d’impureté avant le mariage, et beaucoup d'infidélité dans le mariage deviendra très courant, et on excusera ce mode de vie par toutes sortes d’arguments. Cela va même s’insinuer dans les milieux chrétiens et on va « chérir » ces pratiques – ainsi que le péché contre nature. 

Juste avant le retour de Jésus, il y aura des programmes TV comme nous n’en avons jamais connus auparavant. (en 1968, la TV était arrivée depuis peu en Norvège. E. Minos). La TV sera remplie de violence, une si horrible violence qui va apprendre aux gens à assassiner et à détruire leur prochain, et l’insécurité s’installera dans nos rues. Les gens vont copier ce qu'ils verront. Il n’y aura pas qu’une seule station à la télévision. Il y aura plein de stations. (La dame ne connaissait pas le terme «chaîne télévisée» que nous utilisons aujourd'hui. Elle les a donc appelées «stations». E. Minos.)

Ce sera exactement comme avec la radio, où on peut écouter un poste après l'autre, et ce sera rempli de violence. Les gens vont utiliser la violence comme divertissement. On verra de terribles scènes de meurtre et de destruction de l'autre - et cela va se répandre dans la société. Ils vont aussi montrer des scènes de sexe à la télévision. La chose la plus intime qui se passe dans le mariage apparaîtra sur l'écran. (C’était en 1968 et j’ai protesté que nous avions un paragraphe qui interdisait ces pratiques. E. Minos). Lorsque la vieille femme a dit: «Cela va se passer et vous le verrez. Tout ce que nous avons eu jusqu’ici va être détruit et l’on montrera les choses les plus impudiques à nos yeux ». 

4. Les gens des pays pauvres afflueront vers l'Europe. (En 1968, on n’utilisait pas encore le terme ‘immigration’ E. Minos…). Ils viendront également en Scandinavie… et en Norvège. Il y en aura tellement que les gens vont commencer à les détester et devenir durs avec eux. Ils seront traités comme les Juifs avant la guerre. Alors la pleine mesure de nos péchés sera atteinte. (J’ai protesté sur la question de l'immigration. Je ne comprenais pas à l'époque. E. Minos.) Alors les larmes se sont mises à couler sur les joues de la vieille dame : Je ne vivrai plus pour voir cela, mais vous en serez témoins. Puis, soudain, Jésus reviendra et la Troisième Guerre mondiale éclatera. Ce sera une courte guerre. (Elle l'a vu dans la vision.) Tout ce que j'ai déjà pu vivre de la guerre n’est qu’un jeu d'enfant par rapport à celle qui viendra, et elle se terminera par une bombe nucléaire. L'air sera tellement pollué qu'on ne pourra plus respirer. Cela se passera sur plusieurs continents : l’Amérique, le Japon, l'Australie et les pays riches. L'eau sera détruite. On ne pourra plus cultiver la terre. Le résultat sera que seulement un reste survivra. Puis le reste des pays riches va essayer de fuir vers les pays pauvres, mais ceux-ci seront aussi durs envers nous, tout comme nous l’aurons été envers eux. 

Je suis heureuse que je ne vivrai plus pour voir tout cela, mais quand le temps approchera, vous devez prendre courage et annoncer ces choses. J'ai reçu cette vision de Dieu. Rien de tout cela ne va à l'encontre ce que dit la Bible. Cependant, celui à qui son péché a été pardonné et qui a Jésus comme Sauveur et Seigneur, reste en paix. 

Lorsque le pétrole coulera à flots…

Un frère aîné, Martin Andersson, de l'Église Pentecôtiste de Moss en Norvège, a été témoin en 1937 de la prophétie suivante à Moss : "Quand le pétrole jaillira de la mer du Nord et tout le long de la côte norvégienne, les choses vont commencer à arriver, et le retour de Jésus sera proche !..." Lorsque ces paroles ont résonné, des gens se sont levés dans l’assemblée et ont sommé cet homme de s'asseoir et d’arrêter de dire de telles absurdités !

En 1937, il était absurde de dire qu’on allait pomper du pétrole le long de la côte norvégienne. Aujourd'hui, toutes les grandes compagnies pétrolières du monde entier pompent du pétrole tout au long de la côte norvégienne. La Norvège est le deuxième exportateur mondial de pétrole, juste après l'Arabie Saoudite ! 

Bien que ces prophéties aient été données en Norvège et parlent d’événements survenant en Norvège, le message global s’adresse à nous tous. 

________________________________________

 JESUS ​​REVIENT BIENTÔT ! Les événements de la fin des temps et le retour de Jésus ne concernent pas qu’un seul pays, ici la Norvège. Le retour de Christ vaut pour nous tous - et personne ne peut y échapper. Par la même occasion, à nous de reconnaître l'évolution qui s’est effectivement produite depuis cette vision que Dieu a montrée à notre sœur aînée dans le Seigneur à Valdres il y a plus de 30 ans (47 ans, maintenant en 2015). 

JESUS REVIENT BIENTÔT ! … alors …

- Donne ta vie à Jésus, si tu ne l’as pas déjà fait !

- Lis la Parole, prie ton Père céleste et cherche une communauté chrétienne saine.

- Apprends à connaître le Seigneur de mieux en mieux - et fais-Le connaître !

- Prépare-toi à la rencontre de ton Dieu - et aide d'autres à s’y préparer également ! 

http://www.tagryggen.dk/article/15.html 

Article traduit du danois par Christiane Leclercq-Lachat, le 26.8.2015