Burundi, l'exception africaine



Après environ un mois et demi d'interruption pour cause d'élection présidentielle, le Championnat a repris ce jeudi. Le Burundi reste à ce jour le seul en Afrique à être toujours en activité, en attendant la reprise chez certains. (Crédit photo @fédération burundaise de football)

Ça s'est passé ce jeudi après-midi au stade Ingoma de Gitega, la capitale du Burundi, devant plusieurs centaines de supporters et le président de la FFB (également président du Sénat), Révérien Ndikuriyo. La Primus Ligue, c'est-à-dire le Championnat national édition 2019-2020, auquel il reste encore trois journées à jouer, a repris par un match en retard entre l'Athletico Olympic et Musongati FC, actuel dauphin du leader, Messager Ngozi. Un match animé, prolifique en buts et terminé sur un nul (3-3) qui n'arrange pas Musongati. La rencontre s'est jouée avec le nouveau règlement (temporaire) de la FIFA qui autorise cinq changements au maximum par équipe.
Depuis le 12 avril, date des quarts de finale de la Coupe du président, le football burundais s'était mis entre parenthèses. Non pas en raison de la pandémie du Covid-19, qui officiellement n'a que très peu touché le pays. Mais plutôt pour permettre à la campagne présidentielle (le 1er tour s'est déroulé mercredi 20 mai) de se dérouler et, éventuellement, d'utiliser les stades du pays pour des meetings... Depuis quelques semaines déjà et avant l'arrêt décidé par les autorités, la Fédération se pliait aux recommandations du Ministère de la Santé. Certaines mesures d'hygiène et gestes barrière étaient évidemment devenus obligatoires à l'entrée des stades, comme le lavage de mains, systématique.
Quant au protocole pour les matches, rien de comparable avec ce que l'on a pu voir du côté de la Bundesliga le week-end dernier...
En revanche, la distanciation sociale n'a pas vraiment été de mise dans les travées pleines des stades... Quant au protocole pour les matches, rien de comparable avec ce que l'on a pu voir du côté de la Bundesliga le week-end dernier. Le Burundi continue donc d'être une drôle d'exception au milieu des 54 pays africains qui, pour nombre d'entre eux, ont décidé de mettre fin à leurs compétitions nationales.
En dépit des inquiétudes de certains observateurs locaux, qui appréhendaient le premier tour de la présidentielle et craignaient des incidents ici et là, le match du jour a bel et bien eu lieu. La suite du programme est connue, depuis une décision de la Commission des compétitions prise le 9 mai : les demi-finales de la Coupe du Président sont programmées les 23 et 26 mai (aller) et 6-7 juin (retour). Les trois dernières journées du Championnat s'étaleront du 30 mai au 21 juin. La finale de la Coupe est fixée au 13 juin.

Le Burundi seul au monde

Par ailleurs, un match de bienfaisance, organisé à la demande des Intamba Mu Rugamba, les internationaux basés à l'étranger, aura lieu ce vendredi après-midi, en faveur des sinistrés des inondations à Gatumba. Voilà donc le Burundi seul au monde, ou plutôt en Afrique, bien décidé à mener à bien ses deux principales compétitions nationales, sachant que la D2 locale va également reprendre. Une réunion d'information auprès des présidents de clubs de l'élite a eu lieu mercredi au centre technique national. Ainsi donc va le Burundi, en ces temps d'incertitudes, seul ilot africain de football au milieu d'un océan de confinement et d'inactivité...
France Football

Share this article

A Propos

 


IPHAME.

Imburi Phare Media est un média en ligne sur l'actualité des Grands Lacs africains et sa diaspora. Une plateforme d’informations, de conseils,d’analyses et perspectives.

Derniers Articles

Newsletter

Rejoignez notre newsletter et recevez des news dans votre boîte de réception. Nous ne vous enverrons pas de spam et nous respectons votre vie privée.