Covid-19, la guerre est enfin déclarée



« Volte-face, Revirement total, changement de cap … » Des réactions ont fusé de partout après la déclaration du président Evariste Ndayishimiye sur la lutte contre le coronavirus lors de la prestation de serment des ministres du nouveau gouvernement. « Je déclare la pandémie de la Covid-19 comme étant le plus grand ennemi du peuple burundais… Nous nous engageons à combattre résolument cette pandémie”. Enfin…

Pour donner le ton et aller vite, le gouvernement va, entre autres, subventionner le prix du savon à 50% et baisser le prix de l’eau de la Régideso. La lutte contre la pandémie du coronavirus devient donc la priorité du gouvernement, sa préoccupation.

Cette annonce du chef de l’Etat met un terme aux critiques surtout des défenseurs des droits humains et des instances onusiennes en l’occurrence l’OMS envers le gouvernement burundais dans la lutte contre la Covid-19. « L’approche irresponsable des autorités face à la pandémie ajoute plus d’incertitude et de peur, alors que des statistiques précises et la transparence sont nécessaires pour sauver des vies », avait déclaré notamment le directeur pour l’Afrique centrale de Human Rights Watch. C’est aussi un message fort pour les Burundais réputés observer sans rechigner la parole du chef. Ils commençaient à négliger les gestes barrières, les mesures d’hygiène comme le lavage régulier des mains et ne croyaient plus aux données fournies par le ministère de la Santé sur l’état de la pandémie dans le pays.

Certes l’équipement des structures de santé est une nécessité, mais il faudra mettre le paquet sur le volet information. En effet, la grande majorité de la population reste désinformée ou sous informée sur l’origine, les modes de transmission et les traitements du coronavirus. Le Burundi profond croit dur comme fer que la pandémie ne se limite qu’à la capitale économique, Bujumbura, alors que le pays n’a pas observé de confinement. Par ailleurs, la peur hystérique d’être contaminé, les rumeurs, les fausses nouvelles poussent à la stigmatisation des gens ayant été testés positifs et leurs familles. En raison de cette stigmatisation, de nombreuses personnes atteintes de la maladie pourraient préférer se taire et cette dissimulation accélérerait la propagation de la pandémie.

Il est du devoir des autorités habilitées de donner en temps réel des informations sur l’évolution épidémiologique ainsi que des notes scientifiques à l’attention du public le plus large, de préférence dans toutes les langues parlées sur le territoire burundais. Ce qui constitue un moyen de ralentir la propagation de la Covid-19 au sein de la population, de se protéger et de protéger les autres contre une infection en évitant la psychose.

iwacu-burundi.org

Share this article

A Propos

 


IPHAME.

Imburi Phare Media est un média en ligne sur l'actualité des Grands Lacs africains et sa diaspora. Une plateforme d’informations, de conseils,d’analyses et perspectives.

Derniers Articles

Newsletter

Rejoignez notre newsletter et recevez des news dans votre boîte de réception. Nous ne vous enverrons pas de spam et nous respectons votre vie privée.