Magufuli, Dieu et le Covid-19 : chronique d'une gestion opaque de la pandémie en Tanzanie



Le Covid-19 aurait été vaincu "grâce à Dieu", selon le président tanzanien.

Depuis le début de la pandémie, le président tanzanien John Magufuli a été on ne peut plus clair : il ne compte sur rien d'autre que Dieu pour vaincre le nouveau coronavirus. Ses prières semblent avoir été exaucées. Du moins, c'est ce qu'il annonçait à ses compatriotes le 7 juin 2020 à Dodoma, la capitale politique de la Tanzanie, lors d'un culte. Le Covid-19 "a été éliminé grâce à Dieu", a déclaré le dirigeant tanzanien, rapporte la BBC. "Je tiens à remercier les Tanzaniens de toutes les confessions. Nous avons prié et jeûné pour que Dieu nous sauve de la pandémie qui a frappé notre pays et le monde. Mais Dieu nous a répondu." Et d'ajouter : "Je crois, et je suis certain, que de nombreux Tanzaniens croient que la maladie (...) a été éliminée par Dieu".

Une bonne nouvelle en apparence, si ce n'est qu'elle est l'épilogue d'une série de décisions, pour gérer la crise sanitaire, qui préoccupent l'opposition et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Un président qui minimise la pandémie

Le chef de l'Etat tanzanien, surnommé le bulldozer ("Tingatinga" en swahili), fait partie de ces dirigeants dans le monde qui doutent de la dangerosité de la pandémie de Covid-19, du moins en publicSon fils a attrapé le virus, dont il a réussi à se débarrasser.

"Je suis sûr que c'est juste le vent qui tourne et que (le virus) disparaîtra comme d'autres avant lui ont disparu, estime-t-il. Il y a tellement de menaces qui circulent autour de ce coronavirus, mais c'est une petite maladie et nous la vaincrons au nom de Dieu. Je demande aussi aux Tanzaniens de continuer à travailler dur", avait-il déclaré en mars dans une église de Dodoma. Comme beaucoup de dirigeants africains, il s'est dit préoccupé des conséquences économiques d'un confinement. 

Lors du Vendredi Saint, le 10 avril, il a tenu des propos similaires, expliquant que Dieu protégerait les Tanzaniens du virus. 

Un confinement a minima, où les rassemblements religieux sont encouragés 

Contrairement à la plupart des pays africains qui ont décrété des mesures plus ou moins strictes de confinement et des couvre-feux, la Tanzanie n'avait fermé que ses établissements scolaires, les commerces et les transports continuant à fonctionner normalement. La fréquentation des gares routières et des marchés n'a donc pas changé.

Si le chef de l'Etat a appelé ses concitoyens à éviter les "rassemblements non nécessaires", il les a aussi encouragés à continuer de faire marcher l'économie et à se rendre à la mosquée ou à l'église. "C'est l'heure de consolider notre foi et de continuer à prier Dieu, plutôt que de dépendre de masques sur le visage. N'arrêtez pas d'aller dans les églises et les mosquées pour prier", avait-il ainsi lancé en mars, aux premières heures de l'apparition de la maladie sur le territoire.  

Matshidiso Moeti, la responsable de l'OMS pour l'Afrique, avait souligné en avril le retard pris dans la mise en œuvre des règles de distanciation physique en Tanzanie, comme le fait d'avoir continué à autoriser les rassemblements religieux et d'avoir tardé à isoler la capitale économique, Dar es Salam, du reste du pays au moment où le gouvernement a su que c'était un foyer épidémique. 

Depuis le 1er juin, les étudiants sont de retour dans les amphithéâtres sans la moindre mesure de distanciation physique.  

Une remise en cause des dispositifs sanitaires

Le président Magufuli s'en est aussi pris au suivi de la maladie fait par le ministère de la Santé et à la fiabilité des tests de dépistage. Le 22 avril, il a ainsi accusé le ministère d'alimenter "la panique" en mettant l'accent sur le nombre de nouveaux cas.

Quelques jours plus tard, le président Magufuli avait évoqué de possibles "sabotages" au sein du laboratoire en charge de les effectuer, affirmant y avoir fait tester secrètement une papaye, une caille et une chèvre, qui s'étaient tous avérés positifs.

"Il est possible qu'il y ait des erreurs techniques ou que les réactifs importés aient des problèmes. Il est également probable que les techniciens soient payés pour induire en erreur", avait-il déclaré dans un discours en swahili retransmis par la télévision publique TBC.

Résultat : la ministre de la Santé Ummy Mwalimu avait ordonné le lendemain de son intervention, le 4 mai, la suspension du directeur du laboratoire et du responsable du contrôle de conformité, dans l'attente d'une enquête. 

Quelques jours plus tard, le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) de l'Union africaine a rejeté les critiques du dirigeant tanzanien en affirmant avoir validé les tests utilisés en Tanzanie, comme dans tous les pays du continent, et qu'ils étaient "très performants". 

"Nous jouons un rôle clé dans la formation dans presque tous les pays africains et nous leur fournissons des kits de dépistage", avait indiqué John Nkengasong, le directeur du CDC Afrique. Il avait également précisé que des tests de la fondation du milliardaire chinois Jack Ma avaient été aussi distribués et que ceux-ci "(avaient) été validés et se sont révélés très, très fiables".

Les autorités tanzaniennes ont décidé de ne plus fournir de chiffres officiels sur l'évolution de la pandémie depuis le 29 avril (le pays comptait alors 480 cas et avait enregistré 16 décès). Seul l'archipel semi-autonome de Zanzibar continue d'actualiser le nombre de cas.

La reprise de la publication des bilans interviendrait, selon le gouvernement, une fois résolus les problèmes de tests au laboratoire national évoqués par le chef de l'Etat.

Au 11 juin, 509 cas et 21 décès ont été répertoriés par l'OMS en Tanzanie, où le premier cas de contamination au nouveau coronavirus a été déclaré le 16 mars 2020. Deux jours plus tôt, la ministre tanzanienne de la Santé annonçait que la capitale politique "Dodoma et 15 autres régions" du pays n'avaient pas enregistré de nouveaux cas.  

Une gestion de la crise sanitaire critiquée par l'opposition 

Depuis avril, l’opposition dénonce l’attitude du pouvoir face à la pandémie. Le leader du principal parti d'opposition (Chadema), Freeman Mbowe, a pointé le manque de transparence du pouvoir face à la propagation du nouveau coronavirus, accusant le président John Magufuli de persister dans le "déni" de la maladie.  

"Il n'y pas de transparence et quand les gens n'ont pas d'information, cela laisse le champ libre aux rumeurs", avait alors déploré le chef de l'opposition"Le gouvernement ne devrait pas traiter cette pandémie comme un secret", a également plaidé Freeman Mbowe, qui a été hospitalisé à la suite d'une agression dans la nuit du 8 au 9 juin. 

"Je suis mécontent du manque de sérieux du gouvernement, du manque de transparence sur le nombre de cas et de décès, et du déni du président par rapport à l'épidémie", avait également confié à l'AFP à la mi-mai Zitto Kabwe, qui dirige l'un des partis d'opposition en Tanzanie, l'Alliance pour le changement et la transparence (ACT).

A l'instar de l'opposition, plusieurs pays étrangers et des militants de la société civile ont critiqué la Tanzanie pour son choix de ne plus diffuser d'informations sur le coronavirus."Il est important que nous ayons des informations complètes et régulières pour connaître la direction à prendre et mettre en place les décisions adéquates" pour lutter contre l'épidémie, a estimé Onesmo Ole-Ngurumwa, coordinateur de la Coalition des défenseurs des droits de l'Homme de Tanzanie.

En 2019, l'OMS avait déja reproché à la Tanzanie de ne pas avoir fourni d'informations détaillées sur une autre maladie mortelle, celle causée par le virus Ebola.

Fin mai, les autorités tanzaniennes ont convoqué le représentant américain, Inmi Patterson (il n’y a plus d’ambassadeur américain dans le pays depuis 2016, NDLR), pour protester contre un avis publié sur le site de l'ambassade des Etats-Unis avertissant les voyageurs d'une "augmentation exponentielle"  des cas de coronavirus dans ce pays d'Afrique de l'Est.

Cette information "n'est pas vraie et peut provoquer de la panique parmi les Tanzaniens et les étrangers", avait rétorqué dans un communiqué le ministère tanzanien des Affaires étrangères.

Une stratégie similaire au Burundi 

Le Burundi s'est aussi placé sous la protection divine pour faire face à la pandémie. La première dame, de retour dans son pays après la mort de son époux Pierre Nkurunziza le 8 juin 2020 d'une crise cardiaque, avait été évacuée au Kenya pour des soins. Elle aurait souffert du Covid-19, une information démentie par les autorités burundaises. A l'instar du Burundi en mai dernier, une élection présidentielle est prévue en Tanzanie en octobre 2020. 

Le Parlement tanzanien a approuvé le 10 juin un projet de loi comportant une série d'amendements qui renforceront l'immunité des principaux dirigeants du pays, malgré les vives critiques formulées par l'opposition ces derniers jours. L'un de ces amendements protège, entre autres, le président, le vice-président, le président de l'Assemblée ainsi que son vice-président, de toute poursuite directe pour tout acte ou omission réalisé dans le cadre de leurs fonctions.

francetvinfo.fr

Share this article

A Propos

 


IPHAME.

Imburi Phare Media est un média en ligne sur l'actualité des Grands Lacs africains et sa diaspora. Une plateforme d’informations, de conseils,d’analyses et perspectives.

Derniers Articles

Newsletter

Rejoignez notre newsletter et recevez des news dans votre boîte de réception. Nous ne vous enverrons pas de spam et nous respectons votre vie privée.