Suspendisse at libero porttitor nisi aliquet vulputate vitae at velit. Aliquam eget arcu magna, vel congue dui. Nunc auctor mauris tempor leo aliquam vel porta ante sodales. Nulla facilisi. In accumsan mattis odio vel luctus.



Selon une étude, le cancer cause maintenant plus de décès chez les personnes d'âge moyen dans les pays à revenu élevé que les maladies cardiovasculaires.

À l'échelle mondiale, les problèmes cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux sont la principale cause de décès à cet âge.

Mais les chercheurs affirment que les habitants des pays riches sont 2,5 fois plus susceptibles de mourir d'un cancer que d'une maladie cardiovasculaire au milieu de leur vie.

Dans les pays les plus pauvres, c'est l'inverse qui se produit : les maladies cardiovasculaires sont trois fois plus susceptibles de faire des victimes.

L'étude, publiée dans le Lancet, est issue d'un programme de recherche mondial qui suit la vie de milliers de personnes dans 21 pays. Les gens du Royaume-Uni ne sont pas impliqués.

'D'énormes progrès'

Des chercheurs dirigés par une équipe de l'Université McMaster du Canada ont étudié le sort de 160 000 personnes inscrites au programme, entre 2005 et 2016.

Ces personnes avaient en moyenne 50 ans au début.

Il y a eu plus de 11 000 décès, ceux des pays à faible revenu étant près de quatre fois plus susceptibles de mourir que ceux des pays à revenu élevé.

Dans environ 2 000 cas, la cause du décès n'était pas claire.

Parmi les autres, les maladies cardiovasculaires ont causé plus de 40 % des décès dans les pays à revenu moyen et faible. Dans les pays à revenu élevé, moins d'un quart de personnes sont mortes des maladies cardiovasculaires. 

Selon les chercheurs, cela pourrait s'expliquer par le fait que les pays plus riches fournissent plus de médicaments et traitent plus de personnes à l'hôpital.

Jeremy Pearson, de la British Heart Foundation, a déclaré que les "grands progrès" signifiaient que de nombreuses personnes survivaient à des crises cardiaques et à des accidents vasculaires cérébraux, mais qu'un nombre croissant vivaient avec "l'invalidité et les séquelles débilitantes" des maladies cardiovasculaires.

BBC Afrique



Le gouvernement du Rwanda a prolongé les restrictions imposées le mois dernier, par un confinement total, jusqu’au 19 avril 2020.

Le confinement total qui a commencé le 21 mars, a interdit aux gens de quitter leurs domiciles, à moins de sortir pour acheter de la nourriture ou acheter des médicaments.

Le gouvernement a déployé des policiers et d’autres forces de l’ordre pour appliquer ces restrictions.

En principe, ce verrouillage devait prendre fin ce week-end, mais a été prolongé ce mercredi soir par la Présidence, après que le nombre de cas confirmés soit passé de 17 à 82 en deux semaines.

Pendant le verrouillage prolongé, les frontières restent fermées et seule l’entrée des citoyens rwandais qui regagnent le pays est autorisée.

Les marchandises continuent d’être autorisées dans le pays. Les magasins, les écoles et les lieux de culte étant fermés, et les employés continuant de travailler à domicile.

Signalons que le Coronavirus qui est apparu en Chine en décembre dernier, a déjà fait plus de 48.000 morts dans le monde, alors que plus de 202.000 personnes sont guéries. Au total, le monde compte selon le dernier bilan, 951.901 cas confirmés, dans tous les 5 continents.

Museza Cikuru
MEDIA CONGO PRESS / Prunelle RDC


(Agence Ecofin) - Au Rwanda, la capacité nationale de stockage et de remplissage de gaz de pétrole liquéfié (GPL) vient de passer à plus de 320 m3 contre environ 160 m3 récemment. Cela grâce à un investissement de Société pétrolière qui a installé huit nouvelles usines chacune dotée d’une capacité de 20 m3 et capable de remplir 1 000 bouteilles par jour.

Une opération qui vient en réponse à une demande qui a triplé en à peine deux ans. Il faut noter qu’en 2016, la quantité de GPL importée au Rwanda était d'un peu plus de cinq millions de kilogrammes. Mais en 2018, elle est montée à plus de 18,2 millions de kilogrammes.

Désormais, les bouteilles de 3 kg, 6 kg, 12 kg et 15 kg seront plus facilement mises à la disposition du marché, assure Egide Gatera, actionnaire fondateur de SP, qui ajoute que les avantages environnementaux du GPL sont largement supérieurs aux autres énergies utilisées dans la cuisson.

La hausse de cette demande s’explique par une vaste politique gouvernementale visant à réduire le taux d’utilisation du charbon de bois par les populations même les plus démunies. Des mesures sont en cours d’exécution dans ce sens parmi lesquels, la constitution d’une réserve stratégique en cas d’éventuelle pénurie ou hausse des prix. 

SP a déclaré avoir pour ambition d’étendre ses tentacules dans les autres pays de la région orientale du continent.

Olivier de Souza



(Agence Ecofin) - Le Rwanda devrait envoyer un autre satellite dans l’espace, en orbite basse, au cours du mois de juillet 2019. Le pays est en tout cas prêt pour ce nouveau défi qui confirmera ses progrès dans le développement spatial.

Il s’agit du CubeSat, un équipement miniaturisé, destiné à la recherche spatiale. Il aidera le gouvernement dans la surveillance des ressources en eau, des catastrophes naturelles, l’agriculture, la météorologie. Les données collectées dans le ciel seront ensuite transmises aux centres de contrôle au sol. 

Le CubeSat, fruit d’un partenariat entre le Japon et le Rwanda signé le 9 mai 2018, sera propulsé dans l’espace quelques semaines après le lancement par OneWeb, du satellite de télécommunications rwandais baptisé Icyerekezo. Le CubeSat, d’une dimension de 10 cm sur 10, pesant pas plus de 1,2 kg, a été officiellement présenté le 16 mai 2019 au Transform Africa Summit et remis à la ministre des TIC et de l’Innovation, Paula Ingabire (photo).

« J'apprécie le partenariat. Lorsque nous avons commencé à élaborer et à concevoir notre programme spatial national, nous savions que le renforcement des capacités allait être une base. Nous travaillons avec différents partenaires, notamment le gouvernement japonais et l'Université de Tokyo.», a-t-elle déclaré. 

D’après la ministre, le CubeSat est un témoignage de l’avancée du Rwanda dans son programme spatial. Il témoigne également des progrès enregistrés par le pays dans l’amélioration des capacités des ingénieurs rwandais à construire des satellites cubes et d'autres types d'équipements.



Ce vendredi 31 mai 2019 débutent les hommages et recueillement au Stade des Martyrs de Kinshasa. Depuis les premières heures de la journée, des milliers des kinois remplissent ce temple du football.

Le premier chef d'Etat à fouler le sol de Kinshasa ce vendredi est Paul Kagame du Rwanda. Il est venu compatir avec son homologue de la RDC Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo et le peuple congolais en ce moment douloureux des obsèques du patriarche Étienne Tshisekedi wa Mulumba l'icône de la démocratie congolaise, ancien premier ministre de la Rdc.

Le Président de la République du Rwanda est arrivé ce matin à Kinshasa.

Il vient participer aux obsèques de Dr Étienne Tshisekedi wa Mulumba, père biologique et politique du Chef de l'Etat Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Avant de participer à l'hommage officiel de ce samedi, le Président Paul Kagame s'entretient en tête à tête avec son homologue congolais Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo à sa résidence de la Nsele.

Selon des sources protocolaires, les  questions sécuritaires et économiques ne manqueront d'être évoqués.

Le Président Paul Kagame a été accueilli par le Directeur de Cabinet du Chef de l'Etat Vital Kamerhe.

Après la bilatérale, une tripartite.

Tête à tête cet avant-midi, Félix Tshisekedi et le président rwandais Paul Kagame

 

La dépouille mortelle de l'ancien premier ministre et Héros de la Démocratie, Étienne Tshisekedi, sera exposé sur une tribune surélevée devant la tribune d'honneur du stade des Martyrs.

La dépouille mortelle sortira de la morgue de l'hôpital du cinquantenaire à 9h et le cortège funèbre fera son entrée à 10 heures. La levée du corps se fera dans la plus grande intimité familiale et le cortège funèbre accompagné d'une foule, à pied, reliera le Stade des Martyrs.

Presse présidentielle



Le ministère rwandais de la Santé a demandé lundi à ses ressortissants d'éviter tout voyage dans l'est de la RDCongo après la découverte d'un cas d'Ebola à Goma, ville toute proche de la frontière entre les deux pays.

Ce cas a été découvert à Goma, ville d'un million d'habitants séparée de la frontière par la ville de Gisenyi, dans l'ouest du Rwanda. Le passage de la frontière entre Goma et Gisenyi est l'un des plus utilisés dans la région: des milliers de personnes l'empruntent chaque jour.

Même si aucun cas d'Ebola n'a été signalé au Rwanda, il est vital que les Rwandais agissent pour aider à éviter le développement d'Ebola, a ajouté le ministère. «Le ministère de la Santé rappelle aux ressortissants et aux résidents qu'il ne faut pas traverser la frontière à l'occasion de voyages non nécessaires pour aller dans des zones dans les pays voisins où des cas d'Ebola ont été signalés», a ajouté le ministère dans un communiqué. «Nous recommandons à nos ressortissants et aux résidents de ne pas fournir de logement aux voyageurs qui viennent des zones des pays voisins où Ebola a été signalé».

lefigaro.fr



Shinichi Kitaoka, président de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), s’est rendu au centre mémorial du génocide de Kigali à Gisozi et a rendu hommage à plus de 250.000 victimes du génocide de 1994 contre les Tutsi qui y sont enterrés.

Kitaoka est au Rwanda pour un voyage de travail du 17 au 21 juillet 2019. Il s’est rendu au mémorial du génocide de Kigali où il était accompagné de hauts dirigeants de la JICA au Rwanda.

Avant la visite du mémorial, il a été informé des expositions du mémorial qui décrivent l’histoire du Rwanda pendant et après le génocide contre les Tutsi.

Ils ont ensuite regardé un film documentaire, déposé des gerbes sur les tombes communes où plus de 250.000 victimes du génocide tuées dans la ville de Kigali pendant le génocide sont inhumées et ont visité différentes expositions du mémorial.

Kitaoka a déclaré qu’il s’agissait de sa deuxième visite au centre mémorial du génocide de Kigali. Il a expliqué qu’il était toujours touché par l’histoire décrite par ce mémorial, qui lui rappelle ce qui est arrivé à son pays il y a 47 ans. À l’époque, deux villes de son pays, Hiroshima et Nagasaki, ont été démantelées par des bombes atomiques, faisant plus de 3000 victimes.

«C’est une chose à laquelle il est difficile de penser. Ce qui me touche le plus, c’est la façon dont les Rwandais et leur gouvernement ont réussi à surmonter cette triste histoire et à introniser la bonne politique au point que le Rwanda est actuellement un très bon pays. Le Rwanda partage cela avec le Japon», a-t-il déclaré.

Il a expliqué que ce point commun historique entre les deux pays conduit le Japon à accorder beaucoup de valeur et à respecter le Rwanda.

Le Président Shinichi Kitaoka s’est rendu au Rwanda après la visite du Président Kagame au Japon en janvier 2019, où ils ont discuté de l’appui aux programmes de développement du Rwanda, après quoi il a promis de se rendre également au Rwanda.

Outre le centre mémorial du génocide de Kigali, le président Kitaoka visitera différentes activités soutenues par la JICA, notamment le K-Lab, le Fab-Lab, le pont de Rusumo et le poste frontière. Il s’entretiendra également avec le président Paul Kagame.

RNA



Suspendisse at libero porttitor nisi aliquet vulputate vitae at velit. Aliquam eget arcu magna, vel congue dui. Nunc auctor mauris tempor leo aliquam vel porta ante sodales. Nulla facilisi. In accumsan mattis odio vel luctus.



Suspendisse at libero porttitor nisi aliquet vulputate vitae at velit. Aliquam eget arcu magna, vel congue dui. Nunc auctor mauris tempor leo aliquam vel porta ante sodales. Nulla facilisi. In accumsan mattis odio vel luctus.

Page 9 of 14

A Propos

 


IPHAME.

Imburi Phare Media est un média en ligne sur l'actualité des Grands Lacs africains et sa diaspora. Une plateforme d’informations, de conseils,d’analyses et perspectives.

Derniers Articles

Newsletter

Rejoignez notre newsletter et recevez des news dans votre boîte de réception. Nous ne vous enverrons pas de spam et nous respectons votre vie privée.