« Volte-face, Revirement total, changement de cap … » Des réactions ont fusé de partout après la déclaration du président Evariste Ndayishimiye sur la lutte contre le coronavirus lors de la prestation de serment des ministres du nouveau gouvernement. « Je déclare la pandémie de la Covid-19 comme étant le plus grand ennemi du peuple burundais… Nous nous engageons à combattre résolument cette pandémie”. Enfin…

Pour donner le ton et aller vite, le gouvernement va, entre autres, subventionner le prix du savon à 50% et baisser le prix de l’eau de la Régideso. La lutte contre la pandémie du coronavirus devient donc la priorité du gouvernement, sa préoccupation.

Cette annonce du chef de l’Etat met un terme aux critiques surtout des défenseurs des droits humains et des instances onusiennes en l’occurrence l’OMS envers le gouvernement burundais dans la lutte contre la Covid-19. « L’approche irresponsable des autorités face à la pandémie ajoute plus d’incertitude et de peur, alors que des statistiques précises et la transparence sont nécessaires pour sauver des vies », avait déclaré notamment le directeur pour l’Afrique centrale de Human Rights Watch. C’est aussi un message fort pour les Burundais réputés observer sans rechigner la parole du chef. Ils commençaient à négliger les gestes barrières, les mesures d’hygiène comme le lavage régulier des mains et ne croyaient plus aux données fournies par le ministère de la Santé sur l’état de la pandémie dans le pays.

Certes l’équipement des structures de santé est une nécessité, mais il faudra mettre le paquet sur le volet information. En effet, la grande majorité de la population reste désinformée ou sous informée sur l’origine, les modes de transmission et les traitements du coronavirus. Le Burundi profond croit dur comme fer que la pandémie ne se limite qu’à la capitale économique, Bujumbura, alors que le pays n’a pas observé de confinement. Par ailleurs, la peur hystérique d’être contaminé, les rumeurs, les fausses nouvelles poussent à la stigmatisation des gens ayant été testés positifs et leurs familles. En raison de cette stigmatisation, de nombreuses personnes atteintes de la maladie pourraient préférer se taire et cette dissimulation accélérerait la propagation de la pandémie.

Il est du devoir des autorités habilitées de donner en temps réel des informations sur l’évolution épidémiologique ainsi que des notes scientifiques à l’attention du public le plus large, de préférence dans toutes les langues parlées sur le territoire burundais. Ce qui constitue un moyen de ralentir la propagation de la Covid-19 au sein de la population, de se protéger et de protéger les autres contre une infection en évitant la psychose.

iwacu-burundi.org



Le Covid-19 aurait été vaincu "grâce à Dieu", selon le président tanzanien.

Depuis le début de la pandémie, le président tanzanien John Magufuli a été on ne peut plus clair : il ne compte sur rien d'autre que Dieu pour vaincre le nouveau coronavirus. Ses prières semblent avoir été exaucées. Du moins, c'est ce qu'il annonçait à ses compatriotes le 7 juin 2020 à Dodoma, la capitale politique de la Tanzanie, lors d'un culte. Le Covid-19 "a été éliminé grâce à Dieu", a déclaré le dirigeant tanzanien, rapporte la BBC. "Je tiens à remercier les Tanzaniens de toutes les confessions. Nous avons prié et jeûné pour que Dieu nous sauve de la pandémie qui a frappé notre pays et le monde. Mais Dieu nous a répondu." Et d'ajouter : "Je crois, et je suis certain, que de nombreux Tanzaniens croient que la maladie (...) a été éliminée par Dieu".

Une bonne nouvelle en apparence, si ce n'est qu'elle est l'épilogue d'une série de décisions, pour gérer la crise sanitaire, qui préoccupent l'opposition et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Un président qui minimise la pandémie

Le chef de l'Etat tanzanien, surnommé le bulldozer ("Tingatinga" en swahili), fait partie de ces dirigeants dans le monde qui doutent de la dangerosité de la pandémie de Covid-19, du moins en publicSon fils a attrapé le virus, dont il a réussi à se débarrasser.

"Je suis sûr que c'est juste le vent qui tourne et que (le virus) disparaîtra comme d'autres avant lui ont disparu, estime-t-il. Il y a tellement de menaces qui circulent autour de ce coronavirus, mais c'est une petite maladie et nous la vaincrons au nom de Dieu. Je demande aussi aux Tanzaniens de continuer à travailler dur", avait-il déclaré en mars dans une église de Dodoma. Comme beaucoup de dirigeants africains, il s'est dit préoccupé des conséquences économiques d'un confinement. 

Lors du Vendredi Saint, le 10 avril, il a tenu des propos similaires, expliquant que Dieu protégerait les Tanzaniens du virus. 

Un confinement a minima, où les rassemblements religieux sont encouragés 

Contrairement à la plupart des pays africains qui ont décrété des mesures plus ou moins strictes de confinement et des couvre-feux, la Tanzanie n'avait fermé que ses établissements scolaires, les commerces et les transports continuant à fonctionner normalement. La fréquentation des gares routières et des marchés n'a donc pas changé.

Si le chef de l'Etat a appelé ses concitoyens à éviter les "rassemblements non nécessaires", il les a aussi encouragés à continuer de faire marcher l'économie et à se rendre à la mosquée ou à l'église. "C'est l'heure de consolider notre foi et de continuer à prier Dieu, plutôt que de dépendre de masques sur le visage. N'arrêtez pas d'aller dans les églises et les mosquées pour prier", avait-il ainsi lancé en mars, aux premières heures de l'apparition de la maladie sur le territoire.  

Matshidiso Moeti, la responsable de l'OMS pour l'Afrique, avait souligné en avril le retard pris dans la mise en œuvre des règles de distanciation physique en Tanzanie, comme le fait d'avoir continué à autoriser les rassemblements religieux et d'avoir tardé à isoler la capitale économique, Dar es Salam, du reste du pays au moment où le gouvernement a su que c'était un foyer épidémique. 

Depuis le 1er juin, les étudiants sont de retour dans les amphithéâtres sans la moindre mesure de distanciation physique.  

Une remise en cause des dispositifs sanitaires

Le président Magufuli s'en est aussi pris au suivi de la maladie fait par le ministère de la Santé et à la fiabilité des tests de dépistage. Le 22 avril, il a ainsi accusé le ministère d'alimenter "la panique" en mettant l'accent sur le nombre de nouveaux cas.

Quelques jours plus tard, le président Magufuli avait évoqué de possibles "sabotages" au sein du laboratoire en charge de les effectuer, affirmant y avoir fait tester secrètement une papaye, une caille et une chèvre, qui s'étaient tous avérés positifs.

"Il est possible qu'il y ait des erreurs techniques ou que les réactifs importés aient des problèmes. Il est également probable que les techniciens soient payés pour induire en erreur", avait-il déclaré dans un discours en swahili retransmis par la télévision publique TBC.

Résultat : la ministre de la Santé Ummy Mwalimu avait ordonné le lendemain de son intervention, le 4 mai, la suspension du directeur du laboratoire et du responsable du contrôle de conformité, dans l'attente d'une enquête. 

Quelques jours plus tard, le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) de l'Union africaine a rejeté les critiques du dirigeant tanzanien en affirmant avoir validé les tests utilisés en Tanzanie, comme dans tous les pays du continent, et qu'ils étaient "très performants". 

"Nous jouons un rôle clé dans la formation dans presque tous les pays africains et nous leur fournissons des kits de dépistage", avait indiqué John Nkengasong, le directeur du CDC Afrique. Il avait également précisé que des tests de la fondation du milliardaire chinois Jack Ma avaient été aussi distribués et que ceux-ci "(avaient) été validés et se sont révélés très, très fiables".

Les autorités tanzaniennes ont décidé de ne plus fournir de chiffres officiels sur l'évolution de la pandémie depuis le 29 avril (le pays comptait alors 480 cas et avait enregistré 16 décès). Seul l'archipel semi-autonome de Zanzibar continue d'actualiser le nombre de cas.

La reprise de la publication des bilans interviendrait, selon le gouvernement, une fois résolus les problèmes de tests au laboratoire national évoqués par le chef de l'Etat.

Au 11 juin, 509 cas et 21 décès ont été répertoriés par l'OMS en Tanzanie, où le premier cas de contamination au nouveau coronavirus a été déclaré le 16 mars 2020. Deux jours plus tôt, la ministre tanzanienne de la Santé annonçait que la capitale politique "Dodoma et 15 autres régions" du pays n'avaient pas enregistré de nouveaux cas.  

Une gestion de la crise sanitaire critiquée par l'opposition 

Depuis avril, l’opposition dénonce l’attitude du pouvoir face à la pandémie. Le leader du principal parti d'opposition (Chadema), Freeman Mbowe, a pointé le manque de transparence du pouvoir face à la propagation du nouveau coronavirus, accusant le président John Magufuli de persister dans le "déni" de la maladie.  

"Il n'y pas de transparence et quand les gens n'ont pas d'information, cela laisse le champ libre aux rumeurs", avait alors déploré le chef de l'opposition"Le gouvernement ne devrait pas traiter cette pandémie comme un secret", a également plaidé Freeman Mbowe, qui a été hospitalisé à la suite d'une agression dans la nuit du 8 au 9 juin. 

"Je suis mécontent du manque de sérieux du gouvernement, du manque de transparence sur le nombre de cas et de décès, et du déni du président par rapport à l'épidémie", avait également confié à l'AFP à la mi-mai Zitto Kabwe, qui dirige l'un des partis d'opposition en Tanzanie, l'Alliance pour le changement et la transparence (ACT).

A l'instar de l'opposition, plusieurs pays étrangers et des militants de la société civile ont critiqué la Tanzanie pour son choix de ne plus diffuser d'informations sur le coronavirus."Il est important que nous ayons des informations complètes et régulières pour connaître la direction à prendre et mettre en place les décisions adéquates" pour lutter contre l'épidémie, a estimé Onesmo Ole-Ngurumwa, coordinateur de la Coalition des défenseurs des droits de l'Homme de Tanzanie.

En 2019, l'OMS avait déja reproché à la Tanzanie de ne pas avoir fourni d'informations détaillées sur une autre maladie mortelle, celle causée par le virus Ebola.

Fin mai, les autorités tanzaniennes ont convoqué le représentant américain, Inmi Patterson (il n’y a plus d’ambassadeur américain dans le pays depuis 2016, NDLR), pour protester contre un avis publié sur le site de l'ambassade des Etats-Unis avertissant les voyageurs d'une "augmentation exponentielle"  des cas de coronavirus dans ce pays d'Afrique de l'Est.

Cette information "n'est pas vraie et peut provoquer de la panique parmi les Tanzaniens et les étrangers", avait rétorqué dans un communiqué le ministère tanzanien des Affaires étrangères.

Une stratégie similaire au Burundi 

Le Burundi s'est aussi placé sous la protection divine pour faire face à la pandémie. La première dame, de retour dans son pays après la mort de son époux Pierre Nkurunziza le 8 juin 2020 d'une crise cardiaque, avait été évacuée au Kenya pour des soins. Elle aurait souffert du Covid-19, une information démentie par les autorités burundaises. A l'instar du Burundi en mai dernier, une élection présidentielle est prévue en Tanzanie en octobre 2020. 

Le Parlement tanzanien a approuvé le 10 juin un projet de loi comportant une série d'amendements qui renforceront l'immunité des principaux dirigeants du pays, malgré les vives critiques formulées par l'opposition ces derniers jours. L'un de ces amendements protège, entre autres, le président, le vice-président, le président de l'Assemblée ainsi que son vice-président, de toute poursuite directe pour tout acte ou omission réalisé dans le cadre de leurs fonctions.

francetvinfo.fr



Selon une étude, le cancer cause maintenant plus de décès chez les personnes d'âge moyen dans les pays à revenu élevé que les maladies cardiovasculaires.

À l'échelle mondiale, les problèmes cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux sont la principale cause de décès à cet âge.

Mais les chercheurs affirment que les habitants des pays riches sont 2,5 fois plus susceptibles de mourir d'un cancer que d'une maladie cardiovasculaire au milieu de leur vie.

Dans les pays les plus pauvres, c'est l'inverse qui se produit : les maladies cardiovasculaires sont trois fois plus susceptibles de faire des victimes.

L'étude, publiée dans le Lancet, est issue d'un programme de recherche mondial qui suit la vie de milliers de personnes dans 21 pays. Les gens du Royaume-Uni ne sont pas impliqués.

'D'énormes progrès'

Des chercheurs dirigés par une équipe de l'Université McMaster du Canada ont étudié le sort de 160 000 personnes inscrites au programme, entre 2005 et 2016.

Ces personnes avaient en moyenne 50 ans au début.

Il y a eu plus de 11 000 décès, ceux des pays à faible revenu étant près de quatre fois plus susceptibles de mourir que ceux des pays à revenu élevé.

Dans environ 2 000 cas, la cause du décès n'était pas claire.

Parmi les autres, les maladies cardiovasculaires ont causé plus de 40 % des décès dans les pays à revenu moyen et faible. Dans les pays à revenu élevé, moins d'un quart de personnes sont mortes des maladies cardiovasculaires. 

Selon les chercheurs, cela pourrait s'expliquer par le fait que les pays plus riches fournissent plus de médicaments et traitent plus de personnes à l'hôpital.

Jeremy Pearson, de la British Heart Foundation, a déclaré que les "grands progrès" signifiaient que de nombreuses personnes survivaient à des crises cardiaques et à des accidents vasculaires cérébraux, mais qu'un nombre croissant vivaient avec "l'invalidité et les séquelles débilitantes" des maladies cardiovasculaires.

BBC Afrique



Le gouvernement du Rwanda a prolongé les restrictions imposées le mois dernier, par un confinement total, jusqu’au 19 avril 2020.

Le confinement total qui a commencé le 21 mars, a interdit aux gens de quitter leurs domiciles, à moins de sortir pour acheter de la nourriture ou acheter des médicaments.

Le gouvernement a déployé des policiers et d’autres forces de l’ordre pour appliquer ces restrictions.

En principe, ce verrouillage devait prendre fin ce week-end, mais a été prolongé ce mercredi soir par la Présidence, après que le nombre de cas confirmés soit passé de 17 à 82 en deux semaines.

Pendant le verrouillage prolongé, les frontières restent fermées et seule l’entrée des citoyens rwandais qui regagnent le pays est autorisée.

Les marchandises continuent d’être autorisées dans le pays. Les magasins, les écoles et les lieux de culte étant fermés, et les employés continuant de travailler à domicile.

Signalons que le Coronavirus qui est apparu en Chine en décembre dernier, a déjà fait plus de 48.000 morts dans le monde, alors que plus de 202.000 personnes sont guéries. Au total, le monde compte selon le dernier bilan, 951.901 cas confirmés, dans tous les 5 continents.

Museza Cikuru
MEDIA CONGO PRESS / Prunelle RDC


Dr Steve Zoungrana,nutritionniste regrette un manque d'éducation thérapeutique en Afrique.

Plus de 420 millions de personnes meurent chaque année des suites du diabète.

Une maladie qui est liée à une régulation du taux du sucre dans notre organisme.

Dans certains cas, le diabète peut provoquer des complications graves chez les patients tels que la cécité, les AVC accidents vasculaires cérébraux et une insuffisance rénale.

Le Dr Steve Zoungrana, nutritionniste regrette un manque d'éducation thérapeutique notamment en Afrique.

Il estime qu'une alimentation équilibrée peut aider à réguler le sucre et le sel contenu dans l'organisme humain.

Dr Steve Zoungrana est l'invité de ce journal, il répond aux questions de Nadège Sinarinzi.

BBC Afrique



L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que la distance est « encore longue » dans la lutte contre le coronavirus. Son directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus a appelé mercredi à Genève à ne pas être « complaisant » en relâchant les efforts. Certes, la situation se stabilise et s’améliore même dans l’ouest de l’Europe, a-t-il affirmé à la presse. Mais elle se détériore en Afrique, dans une partie du continent américain et dans l’est de l’Europe.

« L’un des plus grands dangers est la complaisance », a affirmé M. Tedros. Les mesures de distanciation sociale et d’hygiène ont permis de limiter la propagation. Si elles ne sont plus suivies, « davantage de cas et davantage de décès » seront observés, a ajouté le directeur général.​

La Libre Afrique

A Propos

 


IPHAME.

Imburi Phare Media est un média en ligne sur l'actualité des Grands Lacs africains et sa diaspora. Une plateforme d’informations, de conseils,d’analyses et perspectives.

Derniers Articles

Newsletter

Rejoignez notre newsletter et recevez des news dans votre boîte de réception. Nous ne vous enverrons pas de spam et nous respectons votre vie privée.