Lire nos articles en différentes langues ici

Burundi: l’opposition reste unanime sur l’issue des négociations avec le pouvoir.

Selon le communiqué de presse signé à Entebbe, le 23 septembre 2018, l’opposition interne et externe réaffirme leur engagement pour adopter une position commune sur la question des négociations des parties en conflit au Burundi.

"L’opposition burundaise réaffirme sa détermination d’être une et unie pour redonner l’Espoir d’un Burundi dotée d’un avenir radieux pour tous ses fils et filles sans exclusif", ’ indique le communiqué.

Selon Onesime Nduwimana, porte-parole de l’opposition et signataire du présent communiqué, "L’opposition burundaise s’est mise d’accord sur un même plaidoyer et une seule positon traduite dans un document unique dont le contenu épouse tous les principes et toutes les valeurs d’un Etat de Droit et dans le strict respect de l’Accord d’Arusha pour la paix et la Réconciliation au Burundi’’ .

Le communiqué fait savoir que l’opposition interne et externe réaffirme sa détermination de participer a des élections crédibles et bien négociées entre les parties pour garantir un Burundi digne parmi les Nations, un Burundi qui avance, un Burundi paisible et réconcilié avec lui-même.

Selon le journal en ligne  SOS-Media, les préparatifs de la 5ème session du dialogue inter-Burundais vont bon train, ont confié des sources diplomatiques présentes à Arusha (Tanzanie). Une réunion de préparation y a en effet été organisée ces derniers jours. Plusieurs délégations s’y sont rendues, dont des représentants des Nations-Unies, de l’Union Africaine, de la Communauté de l’Afrique de l’Est et du bureau de la médiation.

"L’objectif de ce 5ème round de dialogue inter-burundais est de rassembler le maximum possible de leaders politiques, de la société civile, des mouvements des femmes et jeunes, des confessions religieuses et bien d'autres. Il s’agit ni moins ni plus - pour ces vieux médiateurs - une façon de légaliser leur échec depuis 3 ans avec un interminable et soi-disant dialogue. Mais qui est en fait un monologue car jamais, le pouvoir burundais et son opposition ne se sont rencontrés sur une même table de négociation’’ , fait savoir SOS-Media.

En effet, selon le pouvoir, le retour à Arusha pour les pourparlers est dépassé. Ce qui compte pour lui, c’est que ce  5ème round de dialogue soit bien organisé et que la feuille de route de Kayanza soit scrupuleusement prise en compte pour les élections de 2020. 

Pourtant,  en date du 6 Septembre 2018, la plateforme de l’opposition burundaise, le CNARED-GIRITEKA avait esquissé un éventail de propositions qui pourraient guider le 5eme round de pourparlers/négociations entre l’opposition et le gouvernement.  Pour cette plateforme, elle dit  qu’elle s’inscrit uniquement  dans la logique des négociations inclusives comme la meilleure voie pour résoudre pacifiquement la crise burundaise qui n’a que trop duré.  Elle reste néanmoins convaincu que seul un cadre constitutionnel qui restaure l’esprit et la lettre de l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi ainsi que la Constitution de 2005 est un préalable indispensable pour le retour à une société réconciliée avec elle-même où règne la démocratie, la paix et la sécurité pour tous.

Signalons que ce 5eme round du dialogue entre le pouvoir et l’opposition devrait être théoriquement le dernier et que la dernière session s’était tenue en décembre dernier à Arusha et qu’elle s’était soldée par un échec total.

Steve Baragafise


Journal Ukuri n°144

Calendrier

« December 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31