Lire nos articles en différentes langues ici

Burundi-France: propos choquants et humiliants d'une ambassadrice du Burundi à Paris (opinion)

Résultat de recherche d'images pour "christine nina niyonsavye"
 

« La France est attaquée par des criminels qu'elle a formés elle-même », propos scandaleux de l'ambassadrice du Burundi à Paris.

 
En date du 17 mai 2018, lors d'un débat télévisé sur la télévision française, FRANCE 24, l'ambassadrice du Burundi à Paris, Madame Niyonsavye Christine Nina, a accusé la France de former les criminels dans d'autres pays et ce sont ces criminels qui reviennent en France pour commettre des attentats terroristes. Elle a également insultés les réfugiés burundais qui ont fui le pays à cause de l'insécurité due à la crise politique qui sévit le Burundi depuis 2015.
 
En qualité de citoyen burundais et réfugié, j’adresse cette lettre ouverte à Mme l'ambassadrice du Burundi à Paris pour lui faire part de mon indignation face à ses accusations et insultes :
[ Le 17 mai 2018, la télévision France 24 vous a invité dans un débat sur son plateau en tant qu’ambassadrice du Burundi à Paris. Était également l’invité au débat l’activiste et photographe-journaliste burundais, Teddy Mazina.
 
Pendant ce débat, vous avez tenu des propos ignobles envers les réfugiés burundais qui ont fui le régime que vous représentez en France. Vous ne vous êtes pas arrêtés par-là, mais vous avez lancé, par après, des accusations calomnieuses et scandaleuses contre la France.
C’est en ma qualité de citoyen burundais que je voudrais vous faire part de ma tristesse et indignation face au mépris envers des centaines de milliers de réfugiés burundais que vous avez insultés et contre votre tweet lamentable accusant la France de « former les criminels qui l’attaquent », faisant allusion aux terroristes qui endeuillent le peuple français depuis quelques années.
 

Non, Madame l’Ambassadeur, le peuple français est victime des terroristes qui n’ont pas de cœurs !

 
À défaut d’avoir le sens diplomatique, vous devriez au moins avoir la compassion pour les centaines de tués au Bataclan, à Nice, chez Charlie Hebdo et bien d’autres lieux où les terroristes, pour lesquels vous semblez si indulgente, ont fauché des centaines de vies innocentes.
 
Votre tweet est indigne. Vous avez insulté à la fois le peuple français et humilié ma très chère patrie, le Burundi, alors que vous êtes censée être là pour améliorer les relations entre les deux pays. Si vous aviez honte de ce que vous avez fait, après avoir supprimé votre tweet, vous auriez également présenté des excuses au peuple français et surtout aux familles des victimes des attentats commis par les terroristes que vous défendez.
En mars dernier, votre collègue, l’Ambassadeur de la France au Burundi, a été insulté et pris à partie par le ministère burundais des Affaires Étrangères pour avoir fait un simple retweet d’un article paru sur un site internet français « Libération » et qui n’a pas plu à votre régime. Il a été sommé « de retirer le tweet et de présenter des excuses ». Et en bon diplomate, il s’est exécuté.
À ce jour, malgré la teneur exécrable de ce tweet indigne d’un diplomate burundais, le Quai d’Orsay n’a pas encore réagi. Peut-être qu’il ne dira même rien. Ce n’est pas parce que la France ne sait pas répondre. Plutôt, le silence de la diplomatie française à votre endroit est peut-être une réponse. Une « indulgence » à votre égard ? On n’en saura malheureusement pas !
 
Je ne vais pas m’étendre sur votre médiocre et lamentable prestation sur France 24. Comme beaucoup de mes compatriotes, j’ai eu honte pour vous et pour mon pays. Il est tout à fait normal que vous ne soyez pas d’accord avec Teddy Mazina. La question n’est pas là.
Un Ambassadeur est guidé par la retenue, la réserve. Il choisit ses mots. Vous auriez dû expliquer la politique de votre gouvernement, convaincre sur les positions de votre parti par rapport à certaines questions légitimes. C’est cela faire la politique, c’est ce que l’on demande à un Ambassadeur.
Au lieu de cela, on a vu une femme crispée, étouffée par la colère, voire haineuse face à un jeune homme serein, une journaliste choquée par une attitude inattendue de la part d’un diplomate. Non, sur France 24, vous n’avez pas été à la hauteur Madame l’Ambassadeur. « Le Burundi mérité mieux comme ambassadrice à paris », disait l’autre. C’est que l’image de votre régime que vous partagez.
 

Excès de zèle ou conséquence d’un militantisme aveugle ?

 
Le 30 août 2017, sur la même télévision France 24, vous avez tenus des propos indignes envers nos proches disparus ou assassinés par le régime que vous représentez en France. Vous avez osé affirmer que « les personnes portées disparues (pendant cette crise politique au Burundi) sont parties d’une manière volontaire. » ; comme si ces elles seraient en vacances.
Comme si vous n’en finissez pas avec vos propos qui dépassent la limite de l’acceptable, vous avez été inhumaine dans vos tweets de ce samedi, le 19 mai 2018. Car, il y a des propos qu’on ne devrait pas dire, même pour défendre un régime sanguinaire comme celui de votre président, Nkurunziza Pierre.
Vous qui vous dites sur votre profil « rachetée par le sang du Christ ». Le Christ aimait les pauvres, les persécutés, les affamés (dont les réfugiés). « J’avais faim tu m’as donné à manger… », dit-il dans Matthieu 25, verset 35. Le Christ vous demandera si vous avez défendu le pauvre et l’orphelin. Si vous croyez réellement en lui.
 
À Mahama, Mutabira, Nduta, Nyarugusu, Nakivale et ailleurs, des hommes et des femmes souffrent psychologiquement et physiquement. Ils ont beaucoup perdu pour leur vie. Ils ne peuvent pas retourner au Burundi par crainte de leur sécurité.
Non, Madame l’Ambassadeur, les réfugiés burundais ne sont pas des touristes, des vacanciers ou des « délinquants » qui passent la « journée au Burundi et rentrent au Rwanda le soir ».
 
Non, Madame l’Ambassadeur, les burundais ne sont pas uniquement ceux qui se trouvent au Burundi. Car un réfugié garde sa nationalité. Et être un réfugié, ce n'est pas un choix, plutôt un destin et on ne choit pas son destin !
 
Vos propos sont choquants surtout qu’ils viennent de la part d’une ancienne réfugiée comme vous, Madame l’Ambassadeur. Car vous avez été réfugiée en Belgique. N’est-ce pas Madame l’Ambassadeur ? Le HCR que vous réduisez avec mépris à une banale « association » qui vit « sur le dos des réfugiés » aide à travers le monde des millions de gens dont les centaines des milliers des réfugiés que votre régime a exilé.
 

De Rixensart à Paris, en passant par Bujumbura, la montée d'une militante de dernière heure !

 
Vous passez votre temps à fustiger les pays européens que vous traitez de « colons ». Or, vous-même êtes citoyenne européenne ! Vous gardez précieusement votre passeport belge. Soyez au moins conséquente avec vous même ! Renoncez à votre nationalité de « colon ».
 
Soyez digne, Madame l’Ambassadeur. Arrêtez vos globalisations. Fille d’un militaire Tutsi en fonction en 1972, trouverez-vous juste que l’on vous tienne responsable des crimes de 1972 ? Le président Nkurunziza, dont le père a été tué en 1972, vous a nommé Ambassadrice. Au moins, sur ce point, il n’a pas fait preuve de globalisation ... !
 
Et personne n’est dupe, Madame. Tout le monde sait que vous êtes vraiment une militante de dernière heure. En août 2012, il y a donc seulement 6 ans, vous étiez sur une liste électorale en Belgique (Rixensart). Vous avez eu un échec cuisant. Si vous aviez eu un peu de chance, peut-être seriez-vous aujourd’hui députée chez les « Colons ».
 
Maligne, après votre échec politique au pays des « Colons » en 2012, vous avez mis le cap sur le Burundi. Apparemment, vous avez eu plus de chance avec le CNDD-FDD. Et là, coup de chapeau, vraiment ! Car, l’ascension a été rapide. Sans avoir connu le maquis, la faim, la soif, les balles qui sifflent, six ans plus tard, vous êtes aujourd’hui Ambassadrice du Burundi en France. Bravo ! « Abocavunye » apprécieront … !
 
On peut donc comprendre votre excès de zèle, comme on dit, vous voulez être plus royaliste que le roi. Mais de grâce, faites-le avec élégance et intelligence. Restez humaine, respectez-vous et respectez les gens.
 
Gardez à l’esprit que vous êtes de passage dans ce poste, pensez un peu à tous les Ambassadrices qui sont passés avant vous. N’insultez plus personne, ni les pauvres réfugiés (exilés), ni les colons de votre seconde patrie, ni des « associations » telles le HCR.
 
Prenez de la hauteur. Soyez vraiment une « AMBASSADRICE ». Et cessez d’insulter injustement les victimes de votre régime. Présentez plutôt des excuses à tous ceux qui ont été choqués par vos propos indignes et insolents.
 
Vivez le slogan qui était le vôtre pour votre campagne électorale en Belgique : « Ensemble agissons ». Et agissons ensemble pour la justice, le respect des droits humains, l’état de droit et la démocratie au Burundi.
 
Par Blaise Nijimbere (@Baconib) ]

Journal Ukuri n°135

Calendrier

« October 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31