Lire nos articles en différentes langues ici

Crise au Burundi: Plus de 500 morts dans les violences liés à la crise en 2017

Crise au Burundi: Plus de 500 morts dans les violences liés à la crise en 2017

Plus de 500 personnes ont perdu la vie l’an dernier au Burundi dans des violences liées à la crise politique que traverse ce petit pays d’Afrique centrale, affirme une organisation de défense des droits de l’homme, l’Association burundaise pour la Protection des Droits humains et des Personnes détenues (APRODH), dans son rapport annuel. L’APRODH a recensé dans ce rapport récemment publié 504 personnes tuées et 373 autres blessées durant l’année écoulée.

« Des personnes ont été tuées et d’autres blessées dans des attaques armées (…) Des personnes ont été enlevées et retrouvées mortes. Malheureusement, il n’y a pas eu d’enquêtes pour identifier les auteurs », déplore l’ONG, présidée par l »activiste Pierre Claver Mbonimpa, vivant en exil en Belgique.

Selon l’APRODH, les victimes sont des membres des partis politiques de l’opposition, surtout l’aile d’Agathon Rwasa des Forces nationales de libération (FNL) et le Mouvement pour la Solidarité et la Démocratie (MSD), des militaires et policiers des ex-Forces armées burundaises (FAB) ainsi que toutes les autres personnes soupçonnées d’être opposées au régime du président Pierre Nkurunziza.

L’APRODH affirme n’avoir pas remarqué d’amélioration en ce qui concerne le respect de l’intégrité physique de la personne humaine. De nombreux cas de tortures sont ainsi mentionnés dans le rapport. « Des Imbonerakure (jeunesse du parti au pouvoir) en complicité avec les policiers, le Service national de renseignement (SNR) sont souvent pointés du doigt par la population comme auteurs de telles cruautés », souligne l’ONG.

La Libre Afrique

 


Calendrier

« August 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31