Lire nos articles en différentes langues ici

La pression s’accentue sur la presse au Burundi

Rassemblement de journalistes burundais dans la capitale Bujumbura lors de la journée internationale de la liberté de la presse le 4 mai 2011

Des radios et journaux ont été suspendus et les sites internet de plusieurs médias sont inaccessibles. Les journalistes dénoncent une atteinte à l'indépendance de leur profession qui impacte la qualité de leur travail.

Depuis le mois de septembre 2017, deux radios et un journal en ligne ont été suspendus pour des durées allant de trois à six mois.

Dix autres stations de radio et quatre télévisions, dont certaines ont été vandalisées en mai 2015, se sont aussi vues retirées leurs autorisations d'exploitation.

Ces médias sont accusés de manquements légaux et déontologiques. "Ce n’est pas satisfaisant la manière dont le CNC procède à des sanctions. Ça entrave notre profession parce que ça crée un sentiment de panique, selon le journaliste Egide Nduwimana. Pour ce dernier, ces sanctions sont lourdes.

Dans ce contexte, les sanctions infligées ces derniers mois aux médias burundais seraient-elles politiquement motivées? Non, répond Aimé-Divine Niyokwizigirwa, le porte-parole du Conseil national de la communication.

DW


Journal Ukuri n°138

Calendrier

« November 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30