Lire nos articles en différentes langues ici

Burundi : L’Union européenne récuse les « fausses accusations » de Bujumbura

Bujumbura avait accusé l’UE de vouloir déstabiliser les institutions burundaises, depuis 2014. L’Union européenne (UE) a récusé les « fausses accusations » de Bujumbura, selon lesquelles elle voulaient déstabiliser le Burundi, lit-on dans un communiqué de l’UE, rendu public mercredi.

« Nous réfutons formellement ces accusations. Elles se basent sur une interprétation volontairement erronée d’un programme de soutien aux défenseurs des droits de l’Homme », souligne le communiqué, rappelant que la politique extérieure de l’UE est fondée sur la promotion des droits de l’Homme à travers le monde et la protection de leurs défenseurs.

L’UE fait, par ailleurs, remarquer, dans le même communiqué, que tout règlement durable de la crise burundaise doit prendre en compte les violations des droits de l’Homme commises dans le pays et la protection des personnes et organisations qui œuvrent dans ce sens.

Affirmant être un partenaire de longue date de la République du Burundi et de sa population, l’UE a, en outre, réaffirmé son soutien à la médiation de la Communauté est-africaine pour une sortie de crise au Burundi.

Bujumbura avait accusé, dans un communiqué de presse rendu public au début de cette semaine, l’UE de vouloir déstabiliser les institutions burundaises, depuis 2014.

Le Burundi vit une crise politique et sécuritaire depuis avril 2015, date de dépôt de la candidature du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat « anticonstitutionnel », selon l’opposition et une partie de la société civile.

Les violences consécutives à ce blocage politiques ont fait des centaines de morts et plusieurs déplacés qui ont quitté le Burundi vers les pays voisins.

AA


Journal UKURI n°80

Le miracle économique rwandais commenté sur VOX AFRICA

Calender

« August 2017 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31