Lire nos articles en différentes langues ici

Burundi: Première édition du salon industriel à Bujumbura

 

Il se t tient du 14 au 16 Juin 2018, le premier salon industriel du Burundi sous le haut patronage du deuxième vice-président de la République, Joseph Butore. Les cérémonies d’ouverture du 1er salon industriel du Burundi, édition 2018, se sont déroulées dans les enceintes de l’hôtel Club du Lac Tanganyika sous le thème : « l’industrie, pilier et moteur de la croissance économique dans la Communauté Est Africaine ». Un salon industriel qui a vu la participation des industriels des pays de l’EAC.

Le président de l’Association des Industriels du Burundi (AIB), Olivier SUGURU a indiqué dans son discours que ce 1er salon industriel constitue une grande opportunité pour les industriels de la région. « C’est une occasion qui nous est offerte pour nouer des contacts et faire des partenariats », a-t-il indiqué. Il aussi fait savoir que cet évènement est une bonne occasion de contribuer, d’une part, à la promotion des produits industriels burundais et régionaux, et de renforcer des échanges intra-communautaires et l’intégration du pays au marché commun de l’EAC, d’autre part, afin de mieux impliquer le secteur industriel dans le développement économique du Burundi.

Le Représentant pays de Trade Mark East Africa, Alice NIBITANGA a fait savoir que Trade Mark contribue d’appuyer le secteur industriel par une instauration d’un climat propice de collaboration entre le secteur privée et public. Elle a mentionné que dans une étude récente de Trade Mark East Africa, la région d’Imbo constitue une zone économique stratégique pour le Burundi, d’où elle interpelle les industriels régionaux a une grande ouverture qui leur permet d’exploiter toutes les opportunités qui s’offrent a eux. NIBITANGA a ajouté que pour cette année 2018, Trade Mark East Africa finance le secteur privée à hauteur d’un million et cinq cent mille dollars.

L’AIB estime que le parcours industriel du Burundi enregistre des défis qui sont aussi importants comme l’enclavement du Burundi, l’existence des infrastructures vétustes, le manque d’énergie hydroélectrique suffisante et le manque de politique claire en matière d’industrialisation du Burundi. Aux cotes de ces défis, il révèle que les opportunités ne manquent pas aussi. Il s’agit entre autres l’exploitation mieux organisée et respectueuse de l’environnement du secteur minier; la promotion et le développement du tourisme ;
 et la promotion des innovations technologiques et des services notamment financiers.


Olivier SUGURU a terminé ses propos en indiquant que ce salon Industriel permettra de faire connaitre, en outre, les activités déjà réalisées par cette association au profit du secteur privée dans le pays, depuis 1999 lors de sa création.

Les industriels ont eu l’occasion d’exposer leurs produits dans des stands réservés pour ce jour. Tous les secteurs de l’industrie du Burundi étaient représentés : construction, l’agroalimentaire, le textile, l’assurance, les banques, l’énergétique, l’hôtellerie et l’imprimé. Comme attente, ils estiment que ce salon industriel est une belle occasion qui se présente pour vendre leurs services et nouer des partenariats entre eux. Ils estiment que, si bien que les défis demeurent importants pour une activité industrielle compétitive, la confiance reste de mise.  Signalons que ce salon industriel comporte aussi des séances de débats sur des thématiques qui touchent le secteur d’industrialisation du Burundi.

Steve Baragafise

 


Journal Ukuri n°138

Calendrier

« November 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

ACP-UE, dans la perspective d'un nouvel accord Post-Cotonou