Lire nos articles en différentes langues ici

Fiston Abdul Razak et Saido Berahino : Deux piliers qui portent les Hirondelles

Le concours à la qualification historique du Burundi aura tout dévoilé. Les Hirondelles se sont démarquées en se donnant corps et âmes pour écrire une histoire dans le monde du football. Parmi eux, deux grands favoris des burundais avec lesquels on ne cessait de présenter comme des éléments clés pour la première fois à la CAN ! Il s’agit de deux grandes stars du football burundais Fiston et Saido. Chacun d’entre eux se serait distingué par une touche personnelle et on n’a pas tardé à parler de leurs exploits.

Evoluant dans des championnats prestigieux, l’un en Afrique du nord l’autre en Europe, Fiston et Saido ont marqué les esprits lors des éliminatoires de la CAN 2019. Déterminés à donner le meilleur d’eux-mêmes, les deux poulains de l’équipe nationale auront démontré ce dont ils sont capables. Les médias ne se sont pas empêchés de leur attribuer le titre d’« attaquant-vedette » qui a un sens privilégié pour une sélection de football. Ils vont par la suite porter tour à tour ce beau titre. Retraçons un peu les exploits de chacun depuis le début de la phase des éliminatoires de la CAN 2019.

Fiston Abdul Razak

Attaquant international burundais, Fiston Abdul Razak s’est distingué par une performance hors du commun pendant les éliminatoires de la CAN. Un exploit réalisé  par ce canari du club Jeunesse Sportive de Kabylie en Algérie. Lors du match aller qui oppose le Burundi au Sud Soudan à Juba, Fiston Abdul Razak parvient à inscrire à lui seul un quadruplé (4 buts). D’où son surnom aujourd’hui de « 4G ». Le score est de 5-2 en faveur du Burundi.

Au cours de la rencontre Mali Vs Burundi à Bujumbura, Fiston parvient à inscrire 1 but et le score finit à l’égalité entre les 2 équipes. Il n’en finit pas. Fiston va encore marquer lors du match qui oppose le Burundi au Sud Soudan à Bujumbura. Il signe un but et la rencontre se solde sur la victoire du Burundi (3-0). L’autre fait reste historique. C’était lors du choc Gabon Vs Burundi à Bujumbura. Sur une passe décisive, il donne l’occasion à son coéquipier Cédric Amissi qui frappe dans les buts des panthères et le Burundi s’offre son but.

Lorsqu’il est venu le temps de classer les meilleurs buteurs de la phase des éliminatoires CAN, Fiston Abdul Razak se retrouve en deuxième position avec 6 buts derrière son futur adversaire le nigérian Odilon Ighalo. Après il sera invité dans une grande émission sur Canal+ dédié aux jeunes talents d’Afrique. Ainsi donc le Burundi est mis à l’honneur grâce à ses exploits.

Il est le chouchou des burundais. Sa décision de jouer pour sa patrie aura plu à presque tous les amoureux du ballon rond. Lui, qui évolue dans un championnat réputé en Europe « Premier Ligue » est parvenu à s’attirer une certaine sympathie de la part des burundais. Lors du match-aller à Libreville qui oppose le Gabon au Burundi, celui-ci est mené 1-0 et vers la fin Saido va marquer un but qui va permettre à sa sélection de faire un nul à l’extérieur. Evoluant au poste d’attaquant à Stoke City, Saido était déterminé à qualifier son pays. Dans son entretien avec la RFI sur la qualification historique du Burundi, il ne cache pas d’avoir réalisé son rêve. Et de marteler : « Personne n’avait vu la qualification du Burundi venir ». De son côté, la RFI n’hésite pas à le nommer « attaquant-vedette des Hirondelles».

Les médias étrangers vont le présenter comme un élément clé de la qualification. Lui, qui a un jour fait partie de la sélection anglaise des moins de 17 ans et où il inscrivait à lui seul 10 buts dans 12 matches a sans doute fait la fierté de sa patrie. Ayant à cœur son pays, il va jusqu’à offrir des maillots signés par le prestigieux équipementier sportif « Nike » à ses coéquipiers de l’équipe nationale que ce soit au local ou pendant les différentes rencontres. Un geste salué par un bon nombre de gens.

Les deux vedettes du football burundais ont fait chacun des exploits qui resteront gravés dans les cœurs de certaines gens. Partout où ils se retrouvent, ils continuent à hisser les couleurs du drapeau national.

Fleurette HABONIMANA

La Tanzanie déjà éliminée de sa CAN U17. Le pays hôte de la Coupe d’Afrique des moins de 17 ans, édition 2019 a été sortie ce mercredi par l’Ouganda après une lourde défaite 0-3.

Les Seregenti Boys s’étaient déjà inclinés 4-5 devant le Nigeria en ouverture. pour garder des chances de qualification, il fallait dominer les Cubs. Sauf que les hommes de Kwesi Fabin ont été plus forts. L’oUganda mène 2-0 à la pause avec des buts de Andrew Kawooya et Ivan Asaba.

Au retour des vestiaires, Najib Yiga ajoute un troisième but pour conforter l’avance des Cubs. 

En première rencontre, le Nigeria a pris le meilleur 1-0 sur l’Ouganda et valider sa place en demi-finales.

Au classement dans ce groupe A, les Golden eaglets comptent 6 points, suivis de l’Ouganda et de l’Angola (3 points chacun). Le second ticket pour le dernier carré sera déterminé entre ces deux derniers pays.

Pour la dernière journée, l’Ouganda sera face au Nigeria tandis que l’Angola jouer la Tanzanie.

Africa Top Sports

Plusieurs duels indécis auront lieu ce samedi pour le compte des quarts de finale retour de la Ligue des Champions africaine 2018-2019.

Un menu copieux qui débutera à Lubumbashi au stade Frédéric Kibasa Maliba entre le TP Mazembe et le Simba FC. Miraculeux au match aller à Dar es Salam, les Corbeaux Noirs comptent bien s’appuyer sur leur chaud public pour écarter le représentant tanzanien, novice à ce stade.

L’Espérance Sportive de Tunis devra confirmer aujourd’hui sa performance du match aller face au CS Constantine afin de valider sa place en demi-finales de la Ligue des Champions africaine 2018-2019. Victorieuse à l’aller à Constantine sur le score de trois buts à deux, la formation espérantiste devra ce soir tout simplement gérer sa confortable avance.

 

Le WAC accueille au Complexe Moulay Abdellah à Rabat, le club guinéen de Horoya Conakry. Le WAC abordera ce second acte après avoir forcé un nul blanc lors du match aller, un résultat qui ne devrait pas conforter outre mesure les Rouges devant un adversaire qui ne manquera certainement pas de jouer à fond ses chances en vue de créer la vilaine surprise.   

Humilié à Pretoria (5-0) par le Mamelodi Sundowns, le Al Ahly à bien l’intention de renverser la vapeur à domicile au stade international du Caire. Recordman de la compétition et finaliste lors de la précédente édition, le mastodonte égyptien devrait se heurter à la solidité des « Brazilians », tout proche des demies.

Voici le programme des matches (heure en GMT) :

TP Mazembe 13h00 Simba (aller 0-0)

Al Ahly 16h00 Mamelodi Sundowns (aller 0-5)

Espérance de Tunis 19h00 CS Constantine (aller 3-2)

Wydad Casablanca 19h00 Horoya AC (aller 0-0)

Afrique Top Sports

Le tirage au sort de la phase finale de la CAN-2019, qui aura lieu en Egypte du 21 juin au 19 juillet, a mis l’Algérie dans un groupe clément, dominé par le Sénégal, un des grands favoris du tournoi. Les autres nations, le Kenya et la Tanzanie, sont de moindre envergure, mais il faudra les prendre très au sérieux pour éviter toute surprise.

Les fans algériens se souviennent toujours de la mésaventure de 1996 contre le Kenya, pour le compte des éliminatoires du Mondial français. Le sélectionneur, Djamel Belmadi, met ses joueurs et l’opinion sportive en garde contre tout excès de confiance et annonce qu’il faudra être prêts dès le premier match contre le Kenya, qui sera la clé de la qualification.

Belmadi, qui connaît assez bien tous les adversaires des Verts dans ce premier tour, estime que le Sénégal est au-dessus du lot, mais sans écarter la nécessité de bien étudier les autres adversaires afin d’éviter toute surprise. «Le Sénégal, un mondialiste, est un des favoris du tournoi. Je connais le Kenya et la Tanzanie, mais nous devons bien étudier leur jeu.

Nous devons être prêts dès le premier match», a déclaré le sélectionneur national à l’issue du tirage au sort, sans préciser le programme de préparation des Verts avant le début du tournoi. En revanche, le sélectionneur français du Kenya, Sébastien Migné, a annoncé que son équipe va se préparer à Paris (France) et mise sur la qualification au deuxième tour. «Nous avons réservé un camp d’entraînement en France, malheureusement, deux équipes ont réussi à nous devancer (Côte d’Ivoire et Mauritanie, ndlr).

Nous devons maintenant agir le plus rapidement possible et organiser un autre camp d’entraînement à Paris. Nous allons également organiser plusieurs matches de préparation, ce qui m’aidera à choisir la meilleure équipe avant le coup d’envoi du tournoi. Nous devons montrer à l’Afrique que nous sommes une équipe difficile à battre et que nous devons prouver que nous méritons d’être là pour rivaliser avec les meilleurs.

Nous allons étudier nos adversaires dans le groupe. Nous avons une bonne équipe et avec le soutien de tout le monde au Kenya, je ne vois pas pourquoi nous ne pouvons pas nous qualifier pour le 2e tour», a déclaré Migué, animé d’un optimisme mesuré pour marquer le retour du Kenya sur la scène africaine quinze ans après. De son côté, le milieu international sénégalais, Idrissa Gueye, pense comme Djamel Belmadi que le groupe C est équilibré avec la présence de l’Algérie «un grand de l’Afrique».

«Le Sénégal est le favori du tournoi de cette poule parce que c’est la première nation africaine, mais on jouera contre une institution de l’Afrique. C’est l’Algérie. Le Kenya et la Tanzanie, sont deux équipes qui ne lâchent rien», a déclaré en substance Gueye.

A noter enfin que les deux premiers de chaque groupe, ainsi que les quatre meilleurs troisièmes seront qualifiés pour les huitièmes de finale qui se joueront en élimination directe.

 

Premier tour

Groupe A (Le Caire/ Stade international)

21 juin : Egypte – Zimbabwe et RD Congo – Ouganda
26 juin : Egypte – RD Congo et Ouganda – Zimbabwe
30 juin : Ouganda – Egypte et Zimbabwe – RD Congo (stade des forces aériennes/ Le Caire)

Groupe B (Alexandrie)

22 juin : Nigeria – Burundi et Guinée – Madagascar
26 juin : Nigeria – Guinée
27 juin : Madagascar – Burundi
30 juin : Madagascar – Nigeria et Burundi – Guinée (stade Al-Salam/ Le Caire)

Groupe C (Le Caire/ stade des Forces aériennes)

23 juin : Sénégal – Tanzanie et Algérie – Kenya
27 juin : Sénégal – Algérie et Kenya – Tanzanie
1er juillet : Kenya – Sénégal et Tanzanie – Algérie (stade Al-Salam/ Le Caire)

Groupe D (Le Caire/ Al Salam)

23 juin : Maroc – Namibie
24 juin : Côte d’Ivoire – Afrique du Sud
28 juin : Maroc – Côte d’Ivoire et Afrique du Sud – Namibie
1er juillet : Afrique du Sud – Maroc et Namibie – Côte d’Ivoire (stade des forces aériennes)

Groupe E (Suez)

24 juin : Tunisie – Angola et Mali – Mauritanie
28 juin : Tunisie – Mali
29 juin : Mauritanie – Angola
2 juillet : Mauritanie – Tunisie et Angola – Mali (stade d’Ismaïlia)

Groupe F (Ismaïlia)

25 juin : Cameroun – Guinée Bissau et Ghana – Bénin
29 juin : Cameroun – Ghana et Bénin – Guinée Bissau
2 juillet : Bénin – Cameroun et Guinée Bissau – Ghana (stade de Suez)

1/8 de finale : 5, 6, 7, 8 juillet
1/4 de finale : 10, 11 juillet
1/2 finales : 14 juillet

Match pour la 3e place : 17 juillet

Finale : 19 juillet

 

elwatan.com

La Tanzanie, le Bénin, la RDC, le Zimbabwe et l’Afrique du sud ont décroché, dimanche, les cinq dernières places pour la phase finale, qui aura lieu du 21 juin au 19 juillet en Egypte.

Les cinq derniers tickets pour la participation à la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2019 ont été décrochés dimanche 24 mars. Pour la première fois depuis 1980, la Tanzanie participera ainsi à cette compétition qui aura lieu en Egypte (21 juin - 19 juillet). Les Tanzaniens ont battu (3-0) des Ougandais déjà qualifiés. Ils ont devancé, dans leur groupe de qualification, le Cap-Vert, qui avait fini troisième de la dernière édition de la CAN, et le Lesotho, deux équipes qui pouvaient prétendre à la qualification mais qui se sont tenues en échec 0-0.

Les Ecureuils béninois seront également de retour. Absents depuis 2010, ils ont dominé le Togo de l’entraîneur français Claude Le Roy (2-1), et se sont ouvert les portes d’une quatrième participation à la CAN.

Le Zimbabwe s’est lui aussi qualifié après avoir défait le Congo (2-0). Les Warriors terminent en tête de leur groupe devant la République démocratique du Congo (RDC), qui, avec une victoire (1-0) face au Liberia, accède également à la phase finale. 

De son côté, l’Afrique du Sud a également validé son billet pour l’Égypte. Les Bafana Bafana se sont imposés 2-1 en Libye.

Quelques grandes « figures » du football africain ne participeront pas à cette 32e édition du tournoi : le Gabon, le Burkina Faso, finaliste en 2013 et 3e en 2017, ou encore la Zambie, vainqueur en 2012.

Le tirage au sort de la phase finale aura lieu le 12 avril. Les 24 équipes qualifiées seront réparties dans six groupes de quatre.

Les 24 équipes qualifiées :

Groupe A : Sénégal, Madagascar

Groupe B : Maroc, Cameroun

Groupe C : Mali, Burundi

Groupe D : Algérie, Bénin

Groupe E : Nigeria, Afrique du sud

Groupe F : Ghana, Kenya

Groupe G : Zimbawe, RD Congo

Groupe H : Guinée, Côte d’Ivoire

Groupe I : Angola, Mauritanie

Groupe J : Tunisie, Egypte (pays organisateur)

Groupe K : Guinée Bissau, Namibie

Groupe L : Ouganda, Tanzanie

Le monde.fr

"Burundais des 90's" -Invitation