Lire nos articles en différentes langues ici

Ces jeunes qui ont gouverné en Afrique

Abdelaziz Bouteflika a renoncé à 82 ans à un cinquième mandat en Algérie, face à la contestation de la rue. Les mêmes questions de succession et de renouvellement de la classe politique se posent ailleurs, même si les présidents « à vie » se font de plus en plus rares. Bien des jeunes, trentenaires ou quadragénaires, ont accédé au pouvoir depuis les Indépendances, laissant des exemples et des héritages très contrastés.

Depuis le départ de Robert Mugabe au Zimbabwe, à 93 ans, l’Afrique a perdu le doyen de ses présidents. Les chefs d’Etat qui prennent de l’âge à leurs postes deviennent de plus en plus rares. Depuis la chute de Blaise Compaoré au Burkina Faso en 2014, la défaite électorale de Yahya Jammeh en Gambie en 2016 et le départ volontaire d’Eduardo dos Santos en Angola en 2017, ils sont moins de dix, sur 54 pays, à gouverner depuis plus de deux décennies.

On l’oublie souvent, d’ailleurs, les dinosaures d’aujourd’hui ont été les jeunes loups d’hier. Téodoro Obiang Nguema est ainsi devenu président de la Guinée Equatoriale à 37 ans en 1979 et Denis Sassou-Nguesso, à 35 ans la même année au Congo. Yoweri Museveni est en place en Ouganda depuis ses 41 ans (1986), Omar el-Béchir au Soudan depuis ses 45 ans (1989) et Idriss Déby au Tchad depuis ses 38 ans (1990).

Ils font partie de la trentaine d’Africains ayant accédé jeunes au pouvoir depuis les Indépendances. Gamal Abdel Nasser et Sékou Touré avaient 36 ans quand ils ont pris les commandes de l’Egypte et de la Guinée, en 1954 et 1958. De même, Seretse Khama au Botswana et Julius Nyerere en Tanzanie avaient 39 ans en 1960 et 1961. Ont suivi Milton Obote en Ouganda (37 ans en 1962), Kenneth Kaunda en Zambie (40 ans en 1964). Puis, dans les turbulences qui ont suivi l’Indépendance, d’autres figures ont émergé : Mobutu Sese Seko au Zaïre (35 ans en 1965), Houari Boumédiene en Algérie (32 ans en juin 1965), ou encore Yakubu Gowon (32 ans en 1966) et Murtala Mohamed (37 ans en 1975) au Nigeria.

Lumumba et Sankara, morts à 35 et 37 ans

Les plus célèbres y ont laissé la vie et acquis une dimension de martyr. Patrice Lumumba, Premier ministre en 1960 à l’âge de 35 ans, lors de l’Indépendance du Congo belge, a été assassiné en janvier 1961 par des officiers belges qui encadraient des sécessionnistes dans le Katanga. Son tort ? Avoir appelé en vain les Etats-Unis et les Nations unies à l’aide face à la situation au Katanga, et laissé entendre qu’il se tournerait vers l’URSS, en pleine Guerre froide.

Le nom de Thomas Sankara reste lui aussi gravé dans les mémoires, pour son refus du compromis face à l’Occident et sa dimension panafricaine. Leader d’un groupe de putschistes porté par un élan révolutionnaire, il rebaptise en 1983, à 33 ans, la Haute Volta en Burkina Faso, « pays des hommes intègres ». Il est abattu quatre ans plus tard par ses propres frères d’armes, passibles aujourd’hui d’un procès.

Quatre autres jeunes chefs d’Etat, tous militaires, ont contribué à faire changer le cours de l’histoire chez eux. Le général Olusegun Obasanjo, au Nigeria, prend à 39 ans, en 1976, la tête d’une junte qui veut rompre avec l’accaparement du pouvoir par les… militaires. Il passe le relais à un gouvernement civil, trois ans plus tard. Les coups d’Etat continuent cependant, jusqu’à ce qu’il soit élu en 1999. Résistant à la tentation de briguer un troisième mandat, il s’est retiré en 2007. Trois présidents ont été élus depuis.

Jerry Rawlings, au Ghana, a lui aussi mené à 32 ans une transition express après un coup d’Etat, en 1979. Face à ce qu’il estime être l’incurie des civils, il reprend le pouvoir en 1981, à 34 ans. Cet ancien lieutenant de l’armée de l’air est resté 20 ans à la tête du Ghana, qu’il a dirigé avec poigne. Il a laissé un pays transformé, qui s’illustre par des alternances régulières.

 

De son côté, Amadou Toumani Touré (ATT), colonel parachutiste, a porté l’estocade contre le régime dictatorial de Moussa Traoré en 1991, au Mali. Alors âgé de 43 ans et chef de la garde présidentielle, il a marqué le refus de l’armée de réprimer des manifestations dans le sang, et permis à la démocratie d’advenir. Au terme des deux mandats du président Alpha Omar Konaré, il a été élu en 2002, puis renversé quelques semaines avant la fin de son second et dernier mandat.

Le major-général Paul Kagamé, nommé à 29 ans chef du renseignement militaire en Ouganda, a mis fin à 36 ans au génocide des Tutsis en 1994, à la tête du Front patriotique rwandais (FPR). Elu président en 2000, il se situe à mi-chemin entre les héros révolutionnaires panafricains et les chefs d’Etat tentés par la longévité au pouvoir. Il dispose d’une légitimité historique, en tant que chef d’Etat ayant reconstruit le Rwanda, mais aussi d’une totale hégémonie. Un référendum constitutionnel remporté avec 98,3 % des voix en 2015 l’autorise à rester en poste jusqu’à ses 77 ans, en 2034.

Successions dynastiques

Deux autres hommes forts, Joseph Kabila en République démocratique du Congo (RDC) et Faure Gnassingbé au Togo, ont succédé à leurs défunts pères, aux âges respectifs de 29 et 35 ans. Joseph Kabila a passé la main en janvier dernier, au bout de 18 ans, dont deux ans de « glissement » du calendrier électoral. Il est fortement soupçonné d’avoir fait pencher la balance des résultats officiels de la présidentielle de décembre 2018 en faveur de Félix Tshisekedi. Ce dernier va-t-il devenir son obligé ? L’ex-candidat Martin Fayulu l’affirme. Le camp Tshisekedi s’en défend farouchement.

De son côté, Faure Gnassingbé a entamé son troisième mandat en 2015 et fait face à des manifestations monstres à Lomé en septembre 2017, en raison de son projet de changer de constitution pour pouvoir se représenter « une première fois » en 2020. Son objectif, sur lequel il a été contraint de temporiser, consiste à rempiler pour deux quinquennats à partir de 2020. L’opposition s’y refuse, dans le cadre de pourparlers placés sous la médiation du Ghana et de la Guinée Conakry.

Putschistes fantasques en Afrique de l’Ouest

Ailleurs en Afrique de l’Ouest, une nouvelle génération de putschistes fantasques a éclos, dans le sillage de Yahya Jammeh. A 29 ans, il renverse le père de l’Indépendance en Gambie, Dawda Jawara, avant de se transformer en dictateur caricatural, souvent comparé au roi Ubu.

Le capitaine Moussa Dadis Camara, de son côté, s’impose fin 2008 à 44 ans en Guinée, à la mort de Lansana Conté. A la tête d’une junte qui promet de passer la main au bout d’un an, il prend goût au pouvoir. Si bien qu’il cherche à se présenter, provoquant la colère de l’opposition. Celle-ci se réunit le 28 septembre 2009 dans un stade de Conakry. La répression se solde par 150 morts et plus d’une centaine de femmes violées. Lorsque Dadis essaie de faire porter à son aide de camp la responsabilité du massacre, il écope d’une balle dans la tête. Evacué au Maroc, l’ancien putschiste vit depuis 2010 en exil au Burkina Faso.

Quant à Amadou Sanogo, au Mali, il a renversé ATT en mars 2012, manifestant à 39 ans la colère d’une armée démunie face aux avancées des séparatistes touaregs et de groupes armés islamistes dans le nord du Mali. Sous la pression de la communauté internationale, ce capitaine accepte un gouvernement civil de transition en avril 2012, mais tire les ficelles au Mali jusqu’à l’opération française Serval en janvier 2013. Ses partisans n’ont pas seulement agressé le président par intérim Dioncounda Traoré à coups de marteau, jusque dans son bureau du palais présidentiel. Ils sont aussi accusés d’avoir tué 21 bérets rouges en avril 2012, des soldats soupçonnés d’avoir tenté un « contre-coup d’Etat ». Arrêté en novembre 2013 et assigné à résidence à 140 km de Bamako, Amadou Sanogo doit répondre de ses actes devant la justice de son pays.

RFI


"Burundais des 90's" -Invitation