Lire nos articles en différentes langues ici

Election en RDC : les résultats « ne correspondent pas » aux données collectées par l’Eglise

L’opposant Félix Tshisekedi a été proclamé vainqueur pour succéder au président Joseph Kabila. Un résultat dont la conformité est mise en doute par la France.

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) de la République démocratique du Congo (RDC) a fait durer le suspense avant de proclamer le nom du successeur du président Joseph Kabila, dans la nuit de mercredi 9 à jeudi 10 janvier. Aux premières heures de jeudi, la CENI a révélé qu’en vertu des résultats provisoires du vote du 30 décembre 2018, l’opposant Félix Tshisekedi était élu à la tête du pays.

« Ayant obtenu 7 051 013 suffrages valablement exprimés, soit 38,57 %, est proclamé provisoirement élu président de la République démocratique du Congo M. Tshisekedi Tshilombo Félix », a déclaré le président de la CENI, Corneille Nangaa.

Ce résultat sans précédent en RDC peut encore faire l’objet de recours. Les vaincus, parmi lesquels le candidat du parti au pouvoir, Emmanuel Ramazani Shadary, ont la possibilité de saisir le Conseil constitutionnel, qui disposera alors de dix jours pour mener des auditions et juger de la validité des résultats. 

Des sympathisants de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), de M. Tshisekedi, étaient réunis au siège du parti pour suivre cette soirée électorale. Des policiers ont été déployés autour du siège de la CENI à Kinshasa et sur le principal boulevard de la capitale, par crainte de violences.

L’opposant Félix Tshisekedi, élu à la tête de la République démocratique du Congo, à Kinshasa, le 29 décembre 2018.
L’opposant Félix Tshisekedi, élu à la tête de la République démocratique du Congo, à Kinshasa, le 29 décembre 2018. LUIS TATO / AFP

Martin Fayulu dénonce un « putsch électoral »

Trois fois reportée depuis la fin de 2016, cette élection a permis de désigner le nom du successeur du président Kabila, qui n’a pas brigué de troisième mandat, interdit par la Constitution. Trois principaux candidats sur 21 étaient en course : son dauphin, Emmanuel Ramazani Shadary, et les deux opposants Félix Tshisekedi et Martin Fayulu.

Les résultats annoncés sont en contradiction avec le décompte effectué par la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), ont cependant déclaré deux diplomates quelques instants après l’annonce de la CENI, rapporte l’agence de presse Reuters. M. Fayalu a de son côté dénoncé, quelques heures après l’annonce de la CENI, un « putsch électoral » : « Ces résultats n’ont rien à voir avec la vérité des urnes. »

Jeudi, lors d’une conférence de presse jeudi, l’abbé Donatien Nshole, porte-parole de la Cenco, a confirmé que « les résultats [...] tels que publiés par la CENI ne correspondent pas aux données collectées par notre mission d’observation à partir des bureaux de vote et de dépouillement »« Nous prenons acte de la publication des résultats provisoires de l’élection présidentielle qui, pour la première fois dans l’histoire de notre pays, ouvre la voie à l’alternance au sommet de l’Etat », a néanmoins estimé la Cenco, qui affirme avoir déployé 40 000 observateurs mais n’a pas donné le nom du candidat qu’elle estime vainqueur.

« Il semble bien que les résultats proclamés ne soient pas conformes aux résultats que l’on a pu constater ici ou là », a déclaré jeudi le ministre français des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, sur la chaîne d’information CNews. « Il faut qu’on garde son calme, qu’on évite les affrontements et que la clarté soit faite sur ces résultats qui sont inverses à ce que l’on imaginait, à ce qui était avancé », a poursuivi Jean-Yves Le Drian. « Cela peut mal tourner, parce que M. Fayulu était a priori le leader sortant de ces élections », a-t-il ajouté.

« La France a saisi le Conseil de sécurité en fin de semaine dernière pour que les résultats constatés soient les résultats réels », a-t-il poursuivi. « Elle souhaite que les chefs d’Etat africains et les organisations africaines puissent agir pour que les résultats soient les vrais résultats des élections », a-t-il relevé. Son homologue belge, Didier Reynders, s’est montré plus prudent. « Nous avons un certain nombre de doutes que l’on doit vérifier », a déclaré le ministre de l’ancienne puissance coloniale.

L’opposant congolais Martin Fayulu, candidat à l’élection présidentielle en RDC, à Kinshasa, le 30 décembre 2018.
L’opposant congolais Martin Fayulu, candidat à l’élection présidentielle en RDC, à Kinshasa, le 30 décembre 2018. Baz Ratner / REUTERS

Des manifestations à Kisangani

Jeudi, la coalition au pouvoir a pris acte des résultats provisoires. « Nous sommes déçus par le mauvais score qui nous est attribué, mais nous prenons acte de la proclamation provisoire qui a été faite par la CENI. Nous verrons le cas échéant comment introduire des recours par des voies légales », a déclaré à l’AFP Lambert Mende, porte-parole du Front commun pour le Congo (FCC), qui soutient le candidat Emmanuel Ramazani Shadary.

« Il y a eu une programmation provisoire, il va y avoir une programmation définitive. Entre les deux, il y a la vérification par nous-mêmes des chiffres qui ont été annoncés. Nous allons confronter les chiffres qui ont été annoncés par la commission aux chiffres que notre propre commission de compilation a réunis », a expliqué M. Mende. « Il y a un temps pour se disputer les suffrages et il y a un temps pour se réunir autour d’une nation qui en a bien besoin comme la RDC », a-t-il ajouté pour expliquer l’hypothèse évoquée d’un rapprochement avec Félix Tshisekedi.

Des opposants ont accusé les autorités de fraude et des rumeurs font état de négociations secrètes entre le gouvernement et M. Tshisekedi en vue d’un partage du pouvoir. « Je rends hommage au président Joseph Kabila. Aujourd’hui, nous ne devons plus le considérer comme un adversaire, mais plutôt comme un partenaire de l’alternance démocratique dans notre pays », a d’ailleurs déclaré M. Tshisekedi devant une foule de ses partisans réunis au siège de l’UDPS dans la nuit de jeudi.

Des partisans de M. Fayulu ont manifesté jeudi à Kisangani (nord-est) contre les résultats proclamés par la CENI, selon des témoignages recueillis par l’AFP. Des pneus et des étals ont été brûlés dans les rues, tandis que la police a tiré des gaz lacrymogènes et procédé à des tirs de sommation pour disperser des attroupements.

Des policiers congolais devant le siège de la commission électorale à Kinshasa, le 10 janvier 2019.
Des policiers congolais devant le siège de la commission électorale à Kinshasa, le 10 janvier 2019. Baz Ratner / REUTERS

Quatre morts dans l’ouest du pays

A Kikwit, dans l’ouest du pays, deux policiers et deux civils ont été tués dans la répression de la contestation des résultats et le « rétablissement de l’ordre public », a appris l’AFP de source policière. « Nous avons aussi enregistré dix blessés », a déclaré le général Dieudonné Mutepeke, chef de la police de la ville.

Auparavant, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, avait appelé toutes les parties prenantes à « s’abstenir d’actes violents et à régler tout contentieux électoral par les mécanismes institutionnels établis conformément à la Constitution de la RDC et aux lois électorales pertinentes », selon son porte-parole, Stéphane Dujarric, dans une déclaration de presse rendue publique mercredi soir depuis New York.

Dans un communiqué, le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a souligné « la nécessité pour tous les acteurs concernés d’agir de façon à consolider la démocratie et à préserver la paix dans le pays », ajoutant : « Il est important que toute contestation des résultats proclamés, notamment celle portant sur leur non-conformité avec la vérité des urnes, se fasse pacifiquement, par le recours aux procédures prévues par les textes en vigueur et le dialogue politique entre toutes les parties prenantes. »

Quant à la Commission européenne, elle a elle aussi appelé les Congolais à éviter les violences. « Nous appelons tous les acteurs politiques en RDC à s’abstenir de tout acte de violence », a déclaré Maja Kocijancic, porte-parole de la diplomatie de l’Union européenne. « Nous prenons note des résultats provisoires et du fait qu’ils sont contestés par une partie de l’opposition, a-t-elle souligné. Le résultat doit être conforme au choix fait par les Congolais. »

Internet est coupé depuis le 31 décembre 2018, au lendemain du scrutin. La RDC n’a jamais connu de transmission pacifique du pouvoir. C’est la Cour constitutionnelle qui proclamera les résultats définitifs. Dans le calendrier initial, celle-ci était prévue pour le 15 janvier, avec une prestation de serment du nouveau président élu le 18 janvier. Ce calendrier a cependant pris quatre jours de retard avecle report de la proclamation des résultats provisoires de dimanche à ce jeudi.

lemonde.fr


Journal Ukuri n°152

Calendrier

« March 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Amasaha

Amasaha by Patricko Rwanda Novembre 2018