Lire nos articles en différentes langues ici

Kagano : mieux associés, mieux réconciliés !

Le secteur administratif de Kagano du district de Nyamasheke, à l’ouest du Rwanda, s’illustre par une réelle réconciliation longtemps recherchée entre les victimes du génocide contre les Tutsi et leurs bourreaux. Ceux-ci se côtoient mutuellement au travers des associations qu’ils ont créées dans le but d’exercer ensemble des activités génératrices de revenus et permettre ainsi une réconciliation fraternelle effective.

L’envol trouve racines dans l’initiative de l’Association des Volontaires de la Paix (AVP), une ONG locale qui a trouvé une autre approche pour pouvoir matérialiser la réconciliation.

Nous avons créé cinq petites associations dans le secteur de Kagano qui regroupent aussi bien les victimes du génocide contre les Tutsis que leurs bourreaux. Ceux-ci ont reçu des fonds pour lancer des activités génératrices des revenus, afin de lutter contre la pauvreté et jeter les bases d’une réconciliation basée sur les intérêts conjoints″, a indiqué Innocent Kamanzi, président de l’AVP dans un débat radiodiffusé en synergie sur trois radios, en partenariat avec PAX PRESS.

Kagano compte cinq associations avec 150 membres qui ont entrepris l’élevage du petit bétail et autres activités génératrices de revenus.

"Chaque association doit avoir le même nombre des rescapés du génocide et leurs bourreaux dans le souci de leur permettre de tisser de bonnes relations réconciliatrices", témoigne Nzakama Léopold, ancien coupable du génocide.

Ce sexagénaire président de l’association ″Icyerekezo″ ou "Vision", a reçu le pardon de la part de la famille qu’il avait endeuillée. Il  atteste  que l’élevage des porcs  a permis aux membres de son association d’améliorer leurs conditions de vie et de renforcer leurs relations fraternelles entre les familles victimes du génocide et celles de leurs bourreaux. "C’est l’AVP qui nous a d’abord formés sur l’unité et la réconciliation. Puis, elle a financé l’élevage des porcs", a-t-il rappelé.

Le ton est le même pour cette femme rescapée du génocide contre les Tutsi. Mukantabana vestine, quadragénaire, mère de 6 enfants dont deux ont été tués pendant cette tragédie. Elle aussi constate que les enseignements et le financement de l’AVP ont concrétisé le rapprochement entre les familles victimes du génocide et les auteurs du crime de génocide.

"Nous avons créé une association des vendeurs des fretins qui comprend aussi bien les victimes du génocide que les anciens coupables du génocide. Nous gérons bien les fonds que nous avons reçus d’AVP. Les intérêts sont partagés entre les membres et la réconciliation fraternelle en résulte comme conséquence", a-t-elle témoigné. 

Pour Nzakama Léopold," les conditions de vie des victimes et leurs bourreaux sont satisfaisantes : nous parvenons à payer les frais d’assurance médicale (mutuelle de Santé), les frais scolaires et autres besoins indispensables".

La réconciliation est tributaire de bonnes conditions de vie

"La réconciliation ne réussit que lorsqu’elle est initiée pour améliorer les conditions de vie des citoyens", a démontré le Docteur Vénuste Karambizi, ancien président de l’AVP qui justifie le motif de financement d’AVP à l’endroit des associations des victimes et des anciens coupables du crime de génocide. "C’est pourquoi l’AVP a financé certaines activités dans le secteur administratif de Kagano, comme par exemple, l’élevage de petit bétail, l’apiculture et l’agriculture des ananas dans la localité de Mwiraro et autres activités lucratives”, a-t-il souligné.

Mukarukwiza Margueritte, rescapée du même drame, habite la cellule de Rwesero. Elle témoigne sa gratitude envers l’AVP qui lui a permis de sortir de son isolement social et économique.

"Le financement reçu nous a permis de faire l’élevage des caprins. Vite, nous avons remarqué que c’était rentable ; car nous en tirons profit. Sans l’AVP, nous serions toujours des moribonds", a-t-elle confirmé.

Cette même opinion a été partagée par Nyirahabimana Hillary de la même localité que Mukarukwiza.  Elle se félicite que grâce à cet élevage, elle paie, sans difficultés, les frais scolaires de ses trois enfants.                                                                                                                                              L’Association des volontaires pour la Paix (AVP) œuvre au Rwanda depuis 1991. A travers son  programme de réconciliation, plusieurs districts sont en marche vers une réconciliation sincère. Parmi ceux-ci, figurent Bugesera, Rutsiro et Nyamasheke. Le secteur de Kagano compte 200 membres de l’AVP qui ont accepté la réconciliation volontaire et que plus de 400 personnes ont déjà bénéficié d’une formation sur la réconciliation.

Adronis  Mbazumutima

 

 

                                         

 

 

 

 


Calendrier

« July 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31