Lire nos articles en différentes langues ici

Tanzanie. Les drones, nouvelle arme contre la malaria

Un drone pour endiguer la malaria en Tanzanie.

En Tanzanie, des drones livrent des poches de sang et des médicaments aux patients atteints de la malaria. Mais les engins volants sont aussi mis à contribution dans le cadre d’un système de pulvérisation anti-moustique intelligent. Ils effectuent une reconnaissance des zones aquatiques infestées qui permet ensuite de répandre les insecticides de façon rapide, précise et efficace.

Les nouvelles technologies, et particulièrement les drones, sont devenues des alliés de poids dans la lutte contre la malaria en Tanzanie. Les petits engins volants sont utilisés à la fois pour faciliter la vie des personnes atteintes de la maladie et pour prévenir le développement du paludisme en repérant et en éradiquant les moustiques qui le transmettent.

Les drones repèrent les zones infestées beaucoup plus rapidement

L’université de Aberystwyth (Royaume-Uni) s’est associée aux responsables du programme d’élimination de la malaria de Zanzibar (Tanzanie) pour développer un système de pulvérisation anti-moustique intelligent par drone.

Les appareils sont ainsi utilisés pour inspecter les zones aquatiques susceptibles d’héberger les larves de moustiques, futurs vecteurs de la pathologie. Ce travail permet aux éventuelles pulvérisations futures d’être effectuées de façon bien plus précise grâce à une cartographie basée sur les images filmées par les drones.

Effectuées depuis les airs, ces opérations de repérage sont bien plus rapides que lorsqu’elles sont réalisées au sol. Avec un drone Phantom 3 de DJI, une rizière tanzanienne de 30 hectares peut par exemple être explorée en une vingtaine de minutes et la zone cartographiée en une après-midi seulement.

Des drones livrent déjà les médicaments

Le dispositif vient compléter une mesure plus traditionnelle : la distribution d’insecticide aux populations. Efficace localement, ce moyen de lutter contre le paludisme n’est pas suffisant à plus grande échelle.

D’autant que les drones peuvent aussi être utiles à ceux qui ont déjà contracté la maladie. Grâce aux engins pilotés à distance, des poches de sang et des médicaments sont livrés rapidement. Et ce même dans les régions les plus isolées du pays. 

Les responsables du programme d’élimination de la malaria de Zanzibar espèrent désormais que les Tanzaniens vont s’habituer à l’utilisation des drones. Chaque année, la maladie tue 500 000 personnes dans le monde.

Ouest-France.fr


Calendrier

« July 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31