Lire nos articles en différentes langues ici

Burundi : la question de l'alphabétisation "se pose toujours avec acuité"

La question de l'alphabétisation "se pose toujours avec acuité" au Burundi, en dépit de l'adoption depuis 2005, d'une politique nationale de scolarisation universelle à l'enseignement de base, estime Bernard Nsabimana, psychopédagogue de formation et expert burundais en alphabétisation des jeunes et des adultes.

Dans une interview exclusive accordée mercredi à Xinhua à Bujumbura, l'expert burundais a dressé l'état des lieux sur l'alphabétisation au Burundi, et ce au lendemain de la validation, par les autorités gouvernementales burundaises, d'un projet de politique nationale d'alphabétisation avec l'appui de l'UNESCO.

Les résultats des recensements généraux de la population et de l'habitat organisés au Burundi en 1990 et en 2008, révèlent respectivement que 62,7% et 57,5% des Burundais d'alors âgés de 15 ans et plus étaient analphabètes ; alors que les projections de l'Institut des Statistiques et des Etudes Economiques du Burundi (ISTEEBU), estiment qu'en 2016, 38% des Burundais âgés de 15 à 64 ans, étaient analphabètes.

L'expert Nsabimana a souligné que la résolution de cette problématique d'analphabétisme au Burundi, doit être conduite en harmonie avec des conventions internationales y relatives auxquelles le pays a déjà souscrit.

Sur ce, il a cité le Cadre de Dakar (Sénégal) mis en place en 2000 sous le slogan d'Education de qualité Pour Tous (EPT) dont les objectifs fixés n'ont pas été atteints à l'échéance indiquée de 2015; les dix-sept Objectifs pour le Développement Durable (ODD) pour l'horizon 2030 dont le 16ème ODD en rapport avec l'EPT; ainsi que le Cadre d'Action du Forum mondial d'Incheon (Corée du Sud) sur l'éducation tenu en mai 2015, qui s'est assigné également une alphabétisation universelle d'ici l'horizon 2030.

"En s'y penchant de près, force est de constater que le Burundi s'inscrit dans le cadre d'une vision planétaire de toutes les nations du monde pour pouvoir éradiquer l'analphabétisme d'ici 2030", a-t-il souligné.

Le 22 avril 2011, le chef d'Etat burundais Pierre Nkurunziza, a lancé la campagne nationale d'éradication de l'analphabétisme au Burundi, à partir du chef-lieu de la province de Kirundo (nord-est), la province la plus analphabète du pays.

Ainsi, le président Nkurunziza voudrait qu'en 2030, date butoir de l'atteinte des ODD, que tous les Burundais soient alphabétisés pour bien assimiler les notions de développement socio-économique dans un environnement national de problématique démographique.

Pour l'expert Nsabimana, cette directive présidentielle en matière d'atteinte du 16ème ODD (alphabétisation) ne sera couronnée de succès d'ici 2030 que si les "gros défis" du moment en la matière, sont levés. Le 1er d'entre eux et qui apparaît comme le plus important, a-t-il révélé, est la faiblesse du financement du secteur de l'alphabétisation.

"En effet, on relève aujourd'hui que l'enveloppe budgétaire allouée à la rubrique d'alphabétisation au Burundi depuis 2014 à ce jour (2017), par rapport au budget du secteur de l'Education (enseignement primaire et secondaire), oscille autour de 0,07% et ne peut couvrir que les salaires du personnel.

L'expert Nsabimana s'est cependant exprimé optimiste sur l'atteinte de l'objectif de l'éradication de l'analphabétisme au Burundi d'ici l'horizon 2030, grâce à une ferme volonté politique exprimée au plus haut niveau en 2011 par le président Nkurunziza.

Pour ce faire, a-t-il recommandé, il faudra donner un coup d'accélérateur à la mise en place des programmes de qualité (confection des supports didactiques) avec une dimension "holistique" couvrant notamment l'atteinte de le 3ème ODD (bonne santé et bien-être), le 5ème ODD (égalité des sexes), le 8ème ODD (travail décent et croissance économique), le 12ème ODD (consommation et production responsable) ainsi que le 13ème ODD (lutte contre les changements climatiques).

Il faut aussi, a-t-il insisté, que l'importance de l'actuel département en charge de l'alphabétisation, soit rehaussé en le transformant en "Centre National d'Alphabétisation" (CNA) dépendant directement du cabinet du ministre burundais de l'Education

Agence Xinhua