Lire nos articles en différentes langues ici

 

Burundi : 12ème Congrès de l’Association Burundaise des Chirurgiens

 

En date du 17 octobre, la capitale burundaise a abrité la tenue du 12 congrès des Médecins spécialistes du Burundi. Le thème du jour était « le cancer au Burundi ». Plusieurs personnalités étaient invitées dont l’Assistant du Ministre de la Santé, Dr  Joselyne Nsanzerugeze, des étudiants en Médecine, des Professeurs en Faculté de Médecine et des chercheurs.

Dans les allocutions faites, l’Assistant du Ministre de la Santé, Dr Joselyne Nsanzerugeze a indiqué que la maladie du cancer évolue dans un rythme alarmant dans le monde entier.

« Les chiffres qui retracent l’évolution du cancer sont inquiétants. D’après l’Organisation Mondiale de la Santé, le cancer devrait augmenter à un taux de 70% dans les pays en voie de développement d’ici deux décennies. Les travaux de recherche, le diagnostic précoce et la prévention sont les trois moyens requis pouvant contrer l’apparition et la propagation du cancer »,  a indiqué Dr Joselyne Nsanzerugeze.

Les causes de cette maladie ont été largement évoquées durant les exposés du jour. En effet, les mutations conduisant au développement d'un cancer sont souvent provoquées ou favorisées par des agressions externes, provenant de notre environnement, de notre lieu de travail ou de nos habitudes et conditions de vie. On peut citer l’alcool et le tabac. Ces facteurs externes interviennent en proportion très variable pour chaque type de cancer. Ils ont d'autant plus d'impact lorsque leurs attaques se répètent sur une longue période, parfois celle de toute une vie.

De plus, des facteurs qui ont peu d'influence lorsqu'ils sont isolés peuvent avoir un effet important s'ils sont conjugués à d'autres facteurs. C'est ce qu'on appelle la potentialisation des risques de cancer. En effet, c'est souvent l'interaction de plusieurs causes combinées qui provoque la survenue d'un cancer. Cela s'explique par le fait que ces facteurs peuvent agir de différentes manières : certains initient le processus en provoquant des mutations dans les gènes des cellules, d'autres favorisent le développement d'un cancer en stimulant la prolifération des cellules endommagées. Dans ces conditions, le nombre de décès conséquents à cette maladie est aussi alarmant. En 2012, 8,2 millions de décès ont été causés par le cancer et 60% des nouveaux cas de cancer surviennent en Afrique 

Le Président de l’Association Burundaise des Chirurgiens du Burundi, Professeur Gabriel Ndayisaba a indiqué que le traitement du cancer est adapté en fonction de chaque situation.

« Chaque patient atteint d'un cancer est un cas particulier et demande une prise en charge appropriée. Dans ce cas, on distingue les traitements curatifs qui permettent d’espérer une guérison définitive, les traitements palliatifs afin de ralentir ou même stopper pendant un certain temps l’évolution de la maladie ».

Pour lui, tous ces traitements demandent aussi une collaboration multidisciplinaire des spécialistes d’où il a déploré le manque criant de médecins spécialistes au Burundi. On y trouve 1 chirurgien pour cent mille habitants. L’Association Burundaise des Chirurgiens espère que les autorités compétentes vont tout faire pour relever ce grand défi.

Pour la prévention, les conférenciers du jour  ont  fait savoir qu’aujourd'hui, il est possible de limiter la survenue des cancers du poumon ou des cancers de la peau, par exemple, parce qu'on en connaît la cause principale respectivement le tabac et le soleil et que l'on peut agir dessus en modifiant ses habitudes. Mais pour d'autres cancers, dont certaines causes comme l'âge ou l'hérédité peuvent difficilement être influencées par un changement de comportements, la prévention n'est pas réellement possible à ce jour. C'est le cas, par exemple, du cancer du sein pour lequel le dépistage précoce demeure le moyen d'agir le plus efficace.

Au Burundi, plus de 1.000 femmes meurent du cancer chaque année et le pays ne dispose aucune politique ou stratégie nationale spécifique pour lutter contre cette maladie d’où les médecins ont appelé les burundais à se faire dépisté une fois l’an pour connaître leur état de santé.

Steve Baragafise

 

 

 

 

 

 

Journal Ukuri n°138

Calendrier

« November 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30