Lire nos articles en différentes langues ici

 

La Tanzanie mobilise ses voisins de la sous-région contre les médicaments contrefaits

En septembre 2016, l’Opération ACIM (Action against Counterfeit and Illicit Medicines), menée par l’Organisation mondiale des douanes (OMD), l’Institut international de recherche anti-contrefaçon de médicaments et 16 administrations douanières africaines a permis la saisie de pas moins de 113 millions contrefaits et illicites saisis aux frontières du Continent.
Les autorités tanzaniennes viennent de lancer un appel à leurs homologues de l'Afrique de l'Est à intensifier leur lutte contre la fabrication et la contrebande de produits médicamenteux contrefaits. L'objectif de cette initiative est d'harmoniser les législations pour renforcer la lutte contre ce fléau.

La Tanzanie veut s'assurer d'une lutte efficace contre les médicaments contrefaits dans la sous-région est-africaine. Dans un communiqué du gouvernement tanzanien datant du 8 octobre, les autorités du pays ont appelé leurs homologues de la Communauté de l'Afrique de l'Est (CAE) a renforcer le contrôle de la fabrication et de la contrebande de produits médicamenteux contrefaits.

Dar es-Salaam a exhorté les Etats membres de la CAE à adopter des lois harmonisées dans la région pour permettre un meilleur contrôle transfrontalier des produits médicamenteux contrefaits, expliquant que «les auteurs ne distinguent pas les frontières».

«Des efforts concertés sont nécessaires pour freiner la fabrication clandestine et la contrebande de produits médicamenteux falsifiés qui finissent par arriver dans la main des utilisateurs», a déclaré Mpoki Ulisubisya, secrétaire permanent au ministère de la Santé, du développement communautaire, du genre, des personnes âgées et des enfants. D'après ce dernier, le risque de la présence des produits médicamenteux non conformes et contrefaits sur le marché régional est permanent et la population pourrait en être victimes et risquer de se retrouver à l'hôpital avec de graves problèmes de santé.

L'union des efforts de la CAE sur la question des médicaments contrefaits est capitale. Lors de la 10e réunion du Comité directeur du programme d'harmonisation de la réglementation médicale de la CAE à Dar es-Salaam, Mpoki Ulisubisya avait rappelé que des efforts collectifs étaient nécessaires pour que la région soit exempte de ces produits.

Fin 2017 comme date butoir

La préoccupation du gouvernement tanzanien qui veut sécuriser ses populations, en appelant les pays voisins au renforcement de leur mesure, a trouvé écho favorable. A en croire Mpoki Ulisubisya, la Tanzanie, le Kenya, l'Ouganda, le Rwanda, le Burundi et le Sud-Soudan, tous Etats membres de la CAE, se sont fixé un objectif clair : s'assurer d'ici la fin de 2017 que tous les médicaments et équipements médicaux pénétrant le territoire d'un Etat membre soient de la même qualité suivant les règlements convenus par la région. Quant au programme d'harmonisation des médicaments au sein de la CAE, il est en cours d'examen depuis 2012 et a déjà montré de bons résultats, d'après les autorités tanzaniennes.

LT