Lire nos articles en différentes langues ici

 

Rwanda – Le président ivoirien rend hommage aux victimes du génocide

Le Président de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, a rendu hier un hommage aux victimes du génocide de 1994 perpétré contre les Tutsis, au Mémorial du génocide de Kigali. Le Président Ouattara est au Rwanda pour une visite de trois jours.

Le Président, accompagné d’une délégation de haut niveau de Côte d’Ivoire, a été guidé à travers les différentes sections du mémorial au cours desquelles il a été informé de l’histoire de la division au Rwanda, et du génocide contre les Tutsis et de ses conséquences.

Après la visite guidée du musée, Ouattara a déposé une gerbe sur des fosses communes contenant les restes de plus de 250 000 victimes.

Dans son message, le président, qui était accompagné du ministre des Sports et de la Culture Julienne Uwacu et Jean Damascène Bizimana, Secrétaire Exécutif de la « Commission Nationale de Lutte contre le Génocide » (CNLG), a présenté ses condoléances au peuple rwandais.

« Nos sincères condoléances et notre compassion envers le peuple rwandais », a écrit Ouattara dans le livre des visiteurs sur le site du mémorial.

S’adressant aux médias après sa visite, le Président Ouattara a salué le leadership du pays et a déclaré que ce qui s’était passé ne devrait pas se reproduire.

« J’espère aussi que le voyage pour reconstruire cette nation (Rwanda) se poursuivra, et souhaite que cela ne se reproduise plus », a-t-il noté.

Le président ivoirien est arrivé mercredi soir au Rwanda et devrait participer à la remise du prix « Mo Ibrahim » décerné à l’ancienne présidente libérienne, Ellen Johnson Sirleaf.

PanorAct

La famille joue un rôle central dans la lutte contre la drogue. – Ministre Mbabazi

La campagne nationale contre la toxicomanie s’est poursuivie hier dans la province du Sud alors que de hauts responsables du Gouvernement, y compris des ministres, ont engagé les résidents du district de Muhanga à se joindre activement à la cause en dénonçant les trafiquants.

La campagne a également inclus la destruction de drogues qui ont été saisies dans diverses opérations, visant à briser les chaînes d’approvisionnement.

Les drogues détruites sont évaluées à 11,4 millions Rwf. Ils comprennent 730 litres de Kanyanga (gin brut), 6 402 pastilles de cannabis et 138 kg de cannabis, 5 700 litres d’un autre breuvage illicite fabriqué localement, et d’autres produits de contrebande saisis en trois mois.

S’adressant aux résidents lors d’un événement organisé au stade régional de Muhanga, le Dr Patrick Ndimubanzi, Ministre d’État au ministère de la Santé, a souligné les effets secondaires de la toxicomanie, citant la maladie mentale, les complications hépatiques et cardiaques et d’autres maladies non contagieuses.

« Il y a globalement une augmentation de la consommation de drogues et le plus grand pourcentage de ces consommateurs sont des jeunes (70%). L’abus de drogues s’accompagne également de la contraction de plusieurs maladies comme les maladies non transmissibles », a-t-il observé.

Dans son discours, Madame Rosemary Mbabazi, Ministre de la Jeunesse, a déclaré : « Ceux qui sont impliqués dans le trafic de drogue le font de la manière la plus secrète, mais ils sont toujours arrêtés grâce du partenariat continu avec le peuple. »

Elle a ajouté que la recherche indique que des enfants commencent à consommer de la drogue dès 11 ans et a demandé aux parents de toujours bien garder un œil sur leurs enfants.

«Lorsque votre famille est entachée de querelles et de conflits, vous n’accordez pas les bons soins à vos enfants et vous ne leur portez pas une attention particulière. C’est ainsi que certains se retrouvent impliqué dans la drogue. Ces enfants sont l’avenir de notre pays et c’est pourquoi nous ferons tout ce qu’il faut pour les protéger. Nous avons des lois protégeant les dénonciateurs, toute personne qui signale un trafiquant de drogue ou un agresseur sera protégée », a déclaré la Ministre Mbabazi.

DIGP Juvenal Marizamunda, l’Inspecteur Général adjoint de la Police en charge de l’administration et du personnel, a déclaré que la question de l’abus des drogues est très préoccupante. « Il existe plusieurs types de drogues, certaines venant des pays voisins, d’autres sont fabriquées localement. Nous sommes ici pour vous exhorter à unir vos efforts pour protéger les enfants, nos foyers et nos communautés contre les voleurs qui sont influencés par les drogues, protéger les filles qui abusent de drogues et prévenir les conflits domestiques et la violence sexiste, qui sont aussi largement causés par des drogues », a déclaré DIGP Marizamunda.

Tout cela, a-t-il dit, a un grand effet sur le développement du pays, le bien-être et la sécurité des populations.

La campagne multisectorielle anti-drogue est menée par les ministères de la Santé, des Collectivités locales, de la Jeunesse et de la Police Nationale du Rwanda, entre autres.

Des campagnes de sensibilisation similaires ont déjà eu lieu dans les régions du Nord, de l’Est et de l’Ouest où les drogues évaluées à plus de 300 millions Rwf (300.000 €), ont été saisis.

Des discussions séparées avec les propriétaires d’établissements hôteliers tels que les hôtels, les bars, les restaurants et les lieux de la nuit, les organisations confessionnelles, les groupes de jeunes, les dirigeants de base dans certains districts et les anciens trafiquants de drogue ont également été tenues.

PanorAct

L’alternative d’Israël aux quelque 42.000 migrants subsahariens en situation irrégulière : l’expulsion rémunérée ou la prison ! Une troisième voie vient d’être ouverte après un accord entre l’Etat hébreu et le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Israël ne va plus expulser tous les « infiltrés », le terme employé dans le pays pour désigner les migrants subsahariens. Mais, il ne va pas non plus les recevoir et pourrait même les « exfiltrer» tous. Explications

« L'accord signé avec le HCR permet l'annulation immédiate de l'expulsion vers un pays tiers comme prévu dans le plan précédent ». La précision du Bureau du Premier ministre est de taille. Elle intervient au lendemain de l'expiration d'un ultimatum fixé au 1er avril pour procéder à l'expulsion de ceux qu'Israël qualifie de « réfugiés fictifs ».

L'accord avec le HCR, la solution de rechange les « infiltrés »

Comme une sorte de solution de rechange, le gouvernement de Benjamin Netanyahu a annoncé ce lundi 2 avril, la signature d'un accord avec le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) sur le cas de ces migrants en provenance d'Afrique subsaharienne, flanqués du surnom d'« infiltrés ».

Sous cette catégorisation outrancière, Tel-Aviv désigne principalement les Erythréens, les Soudanais et les Ethiopiens, entrés illégalement par le Sinaï égyptien pour peupler les quartiers défavorisés de la capitale israélienne. Début février, c'est la désillusion pour ces petites mains des commerces, restaurants et boutiques des banlieues.

Début février, lorsqu'ils se sont pressés vers les administrations israéliennes pour renouveler leur visa de résidence, tous ont reçu des ordres de quitter le territoire (ODQT) avec un ultimatum qui prend des airs de menace. Soit ils acceptent une aide au retour de 3500 dollars pour repartir dans leur pays, soit ils sont jetés en prison jusqu'à obtempération. Aujourd'hui, avec l'accord trouvé avec le HCR, une partie des migrants vont trouver asile dans des pays européens tandis qu'une autre partie va rester en Israël pour y être régularisés pour « au moins cinq ans ». Mais qu'est-ce qui a motivé cette brusque reculade de l'Etat hébreu sur son projet d'expulser les Africains ?

«Pirouette cosmétique» pour une «exfiltration» vers Kigali ou Kampala

Les négociations du HCR, parmi les critiques du projet israélien, y sont pour beaucoup. Mais il faut aussi prendre en compte les manifestations monstres organisées par les réfugiés eux-mêmes avec le soutien d'intellectuels et de rescapés de la Shoah qui avaient pris leur fait et cause. L'effet du tollé médiatique et politique sur un pays soucieux de son image à l'international mais aussi l'électrochoc au sein même de l'opinion publique israélienne qui se rappelle encore ses blessures d'un passé récent, ont fait le reste.

«Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés et Israël sont arrivés à un accord permettant le départ d'au moins 16.250 migrants africains vers des pays occidentaux(...)», précise le communiqué du bureau du Premier ministre. Le reste des 42.000 migrants africains recensés par le ministère de l'Intérieur, devraient théoriquement rester en terre israélienne. Théoriquement seulement !

Par une «pirouette cosmétique», Israël vient peut-être de revenir à la situation de départ en se jouant des scrupules de ceux qui sont opposés à son projet d'expulser les migrants africains. Si des pays occidentaux - à déterminer- acceptent de prendre leur «quota» de réfugiés, ceux qui restent en Israël peuvent bien être « exfiltrés » vers un autre pays d'Afrique.

Le gouvernement de Benjamin Netanyahu aurait signé un accord avec le Rwanda et l'Ouganda afin qu'ils acceptent d'accueillir sur leur sol, des réfugiés expulsés d'Israël. En échange, l'Etat hébreu aurait accepté de verser aux deux pays, 5000 dollars par réfugié accueilli. Si la Cour suprême israélienne lève son veto posé à ce projet, le reste des 42.000 « infiltrés » (une fois le quota occidental déduit) pourrait être « exfiltré » vers Kigali ou Kampala.

La Tribune Afrique

La 24ème Commémoration du Génocide des Tutsi célébrée ce jour au Site Mémorial de Gisozi/Kigali rappelle que les Rwandais sont exhortés à  faire face aux Tragédies de notre Histoire et à leurs conséquences, tout en contrant leur réédition à l’avenir, selon le Président Paul Kagame, lors de son Message durant la cérémonie.

«La Commémoration nous rappelle que nous avons connu des moments tragiques qui peuvent être réédités si notre vigilance faiblit. Nous tous Rwandais, nous sommes à l’avant-garde et les plus concernés. Personne d’autre ne doit venir résoudre nos défis, même si tout appui positif demeure utile. Le constat est qu’il y a eu des interventions étrangères néfastes qui ont bâti notre propre histoire, en impliquant les Rwandais dans le mal qui se perpétrait contre eux-mêmes. Dans la suite aussi, ces mêmes étrangers ont œuvré à des fins de masquer la vérité», a-t-il indiqué. 

Il a ajouté que la solution est de continuer à bâtit nos capacités dans tous les secteurs ; économie, sécurité,… afin de renforcer la Famille Rwandaise.

«L’important est d’aller toujours de l’avant, sans demeurer prisonniers de notre passé tragique. Pour cela, nous devons consolider notre Unité nationale, bâtir la vérité de notre Histoire, savoir faire face aux dangers, recréer l’espoir et la force de survivre, demeurer résilients, reléguer nos tares aux oubliettes de l’histoire», a recommandé le Chef de l’Etat.

Au début de son Message, le Président Kagame a insisté que la Commémoration passe par la vérité comme fondement de la reconstruction nationale. 

«Commémorer aussi signifie nous rappeler du calvaire qu’ont connu notre pays, nos familles, etc… », a souligné le numéro un rwandais.

Le Président Kagame a exprimé sa profonde gratitude aux éminents hôtes qui sont venus s’associer aux Rwandais durant cette La 24ème Commémoration du Génocide des Tutsi. Il s’adressait ainsi au Ministre Sénégalais de la Culture, et aux autres venus de l’extérieur pour cet événement, ainsi qu’aux Membres du Corps Diplomatique et aux divers Invités.

A son arrivée le Président Kagame accompagné de la Première Dame a déposé une gerbe de fleurs sur les tombes où reposent plus de 250 mille victimes du Génocide des Tutsi, Le même geste a été repris par le délégué du Corps Diplomatique, et Ambassadeur d’Afrique du Sud au Rwanda, George Nkosinati Twala.

Puis le Chef de l’Etat a allumé la Flamme de l’Espoir qui brillera pendant cent jours, juste la durée de la perpétration du Génocide des Tutsi. Cette même Flamme fera le tour du pays dans différents districts.

De son côté, le Secrétaire Exécutif de la CNLG (Commission Nationale de Lutte contre le Génocide), Dr Jean-Damascène Bizimana, a démontré que la politique discriminatoire de l’ex-Président Juvénal Habyarimana, a été par essence caractérisée par des actes et des lois orientées vers la perpétration du Génocide des Tutsi.

La politique d’équilibre ethnique et régionale, les diverses réserves dans la ratification des Conventions internationales, les papiers de résidences en ville et de limite de circulation d’une commune à l’autre, tout atteste un pays verrouillé dans lequel une partie de la population, les Tutsi, était demeurée otage en vue de l’exterminer au moment venu par le Gouvernement en place.

C’est ce qu’a avoué devant le TPIR (Tribunal Pénal International pour le Rwanda) d’Arusha l’ex-Premier Ministre Jean Kambanda du Gouvernement qui a commis le Génocide des Tutsi en 1994. Il purge maintenant sa peine de perpétuité au Mali. 

André Gakwaya (ARI)

Avec son épouse Khadja Nin, il vit une partie de l'année à Monaco. Mais le couple qui habite au Mali la plupart du temps n'a de cesse d'alerter sur la situation au Burundi, le pays d'origine de la chanteuse.

En rencontrant la chanteuse Khadja Nin, la vie de l'ex-pilote Jacky Hickx a changé. Il a compris ce qu'une vie humaine signifie en quelque sorte, comme il le confiait au Monde en 2016 : "Au Mali, la vie d’un homme, d’une femme, c’est 3 euros, le prix d’un traitement contre la septicémie. Quand vous vivez là-bas, vous ne pouvez plus avoir un ego surdimensionné. Cela remet les choses à leur place."

Son épouse depuis 2006 est originaire du Burundi, un petit pays de la région des Grands Lacs en Afrique. Depuis 2015, elle n'a de cesse d'alerter l'opinion sur la situation politique désastreuse dans son pays et la précarité et la privation des libertés qui prévalent désormais.

Le couple réside entre Monaco et le Mali. Sur le Rocher, ils sont très proches de la famille princière et n'ont pas manqué cette année de participer au Bal de la Rose, pour lequel Khadja Nin avait revêtu une tenue traditionnelle coupée dans un wax : elle était resplendissante.

La libre.be

Journal Ukuri n°136

Calendrier

« October 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31