Lire nos articles en différentes langues ici

 

Paul Kagame Rwanda

Si vous êtes ressortissant de l’Afrique australe, d’un pays de la sous-région est-africaine ou encore de la de la RD Congo, vous n’aurez plus besoin de visa pour séjourner sur le sol rwandais. En tout cas à compter de janvier 2018, et ceci sur une période ne dépassant pas 3 mois.

Cette décision fait donc du Rwanda le premier pays africain, à supprimer les visas pour les voyageurs, conformément à une directive inscrite dans l’agenda de l’Union africaine.

Neuvième au classement des pays africains qui facilitent l’entrée sur leur territoire, le but des dirigeants rwandais est de faire de ce pays la plaque tournante de la libre circulation des personnes et des biens en Afrique centrale.

Cette décision intervient après celle prise par les autorités de Kigali d’exempter de visa dans le cadre de la réciprocité les ressortissants de la République centrafricaine, du Tchad, du Bénin, du Sénégal, de la Guinée, du Ghana, de l’Indonésie, de Haïti, des Seychelles et de Sao Tomé et Principe, rapportent les confrères de BBC.

L’année dernière, c’est plus de 10 000 visas de travail qui ont été délivrés à des Africains, et ils ont été au moins 3 millions à entrer dans le pays la même année.

Africa Top Success

Ils étaient environ 50 agents de médias et éditeurs de journaux qui ont pris part à la conférence  d’AIDPROFEN (Actions et Initiatives de Développement pour la Femme et l’Enfant) du 26 octobre 2017. Cette rencontre avec les médias portait sur la présentation de résultats d’enquêtes qui ont été menées à Rubaya par cette organisation. Les recherches portaient sur la violence et l’exploitation sexuelles des enfants dans la zone.

Des jeunes filles interrogées  par cette structure  affirment n’avoir pas eu le choix  de pratiquer la profession sexuelle malgré les risques qui y sont relatifs.

« Cette enquête a produit un rapport pouvant être brandi aux autorités congolaises pour exprimer le désarroi que souffrent les filles mineurs du Nord-Kivu face à ce fléau d’exploitation et abus sexuel »,a indiqué Passy Mubalama, Coordonnatrice AIDPROFEN en RD Congo.

Pour mener cette recherche avec pièces à convictions, l’organisation est partie de l’approche qualitative basée sur des entretiens approfondis entre les interlocuteurs clés et des discussions de groupe dans deux zones clés notamment le territoire de Masisi  dans la localité de Kitshanga et Rubaya, des zones minières où sont enregistrées de plus en plus des cas d’exploitation sexuelle des enfants en République Démocratique du Congo.

 D’après Clarisse Zihindula, chargée de communication et Media AIDPROFEN au moins 90 enfants  entre 12 et 17 ans ont été interviewés par AIDPROFEN. Au total, 503 membres des communautés dont les leaders communautaires et des représentants de l’Etat ont participé à cette étude.

D’après Zihindula, les principaux clients sexuels de ces enfants sont des commerçants, les creuseurs des mines, des acteurs humanitaires, les hommes armés et les motards et autres.  

Cette conférence s’est achevée avec un point de presse, des jeux de questions et réponses ont été aussi organisés.

Vivian Nzabarinda

Rwanda Film Festival 2017, 13ème édition du 23 au 29 octobre.

Le Festival du film de Rwanda, également connu sous le nom de « Hillywood », s’est non seulement établi comme l’événement culturel le plus important du pays, mais aussi comme l’un des festivals les plus prestigieux d’Afrique.

Pendant sept jours, les amateurs de films, les cinéastes, les professionnels de l’industrie et les médias verront le meilleur des nouveautés du cinéma, des réalisateurs établis au nouveaux talents locaux et internationaux

Pour cette 13ème édition, les projections présenteront des films produits en Afrique, en Asie, en Amérique et en Europe. Certains évènements auront lieu à Kigali à l’Institut cinématographique Kwetu, Innovation Village à la Bibliothèque publique de Kigali, l’Institut Goethe, le Club Rafiki de Nyamirambo et le Mémorial du génocide de Kigali. Toutes les projections sont gratuites et ouvertes au public. Des galas VIP auront lieu au Marriott Hotel de Kigali les 27 et 29 octobre respectivement.

« Cette année, le Rwanda Film Festival propose un nouveau thème audacieux, « Les Frontières », qui nous permet d’explorer ce que signifie se découvrir par de puissantes interactions avec les autres, de franchir les barrières et d’explorer le monde autour de nous à travers le cinéma et l’art », a précisé Eric Kabera, fondateur du Rwanda Film Festival.

« Nous avons l’obligation morale d’éduquer, d’habiliter et d’éclairer les esprits en utilisant le cinéma. Le cinéma est un outil incroyable qui peut aider à façonner tout, de l’esprit d’entreprise à la conscience politique, sociale et culturelle d’une nation », a-t-il ajouté.

PanorAct

La Princesse Astrid de Belgique (gauche), qui a mené la mission économique belge en Côte d'Ivoire, avec la Première Dame de Côte d'Ivoire Dominique Ouattara. Abidjan le 24 octobre 2017. (Crédits : Reuters)
La Princesse Astrid de Belgique (gauche), qui a mené la mission économique belge en Côte d'Ivoire, avec la Première Dame de Côte d'Ivoire Dominique Ouattara. Abidjan le 24 octobre 2017. (Crédits : Reuters)

Suite à un séjour de 5 jours d'une délégation belge de 214 chefs d'entreprise conduite par la princesse Astrid, la Côte d'Ivoire et la Belgique viennent de signer une série d'accords. Deuxième pays importateur européen de produits ivoiriens tels que la banane, l'ananas, le pétrole, le zinc et le bois, la Belgique est un partenaire de stratégique pour Abidjan.

La Belgique vient de signer une vingtaine d'accords économiques avec la Côte d'Ivoire. Ils portent notamment sur la construction d'un nouveau terminal minéralier au port d'Abidjan par le groupe belge Sea Invest, l'un des principaux opérateurs portuaires mondiaux. Au terme d'un séjour de 5 jours dans la capitale ivoirienne à l'occasion d'une mission économique qui a connu la participation de près de 214 chefs d'entreprises belges conduite par la princesse Astrid, les deux Etats se sont accordés sur certains secteurs de priorité dans lesquels il fallait que les opérateurs économiques belges puissent intervenir. Il s'agit des secteurs de l'industrie et des mines, des infrastructures, de l'agriculture, de la santé, de la construction et du numérique.

Pour le ministre belge des affaires étrangères, Didier Reynders, membre de la délégation, ces accords viennent renforcer les liens déjà très forts entre les deux pays. C'est « le symbole de la volonté du Royaume de Belgique et de la Côte d'Ivoire de nouer un partenariat exemplaire dans tous les domaines et de donner un nouvel élan à leur coopération », a-t-il dit. Une satisfaction partagée du côté ivoirien.

« La visite de la Princesse Astrid de Belgique constitue en soi un message d'amitié à l'endroit de la Côte d'Ivoire et du peuple ivoirien, mais aussi un message de confiance à l'égard d'un pays qui, après une décennie de crises multiformes, administre chaque jour la preuve de ses capacités à rebondir », a confié le ministre de l'intégration africaine et des Ivoiriens de l'extérieur, Ally Coulibaly.

Pour M. Coulibaly, cette visite des opérateurs belges en Côte d'Ivoire n'est pas un hasard. Depuis plusieurs décennies déjà, le pays occupe la deuxième place commerciale européenne notamment sur le plan du transport, de la logistique et de l'industrie alimentaire. « Mais il existe encore de nombreux autres secteurs-clés dans lesquels nos activités communes peuvent se développer », a ajouté le membre du gouvernement ivoirien.

2ème importateur européen de produits ivoiriens

Les liens de coopérations entre la Côte d'Ivoire et la Belgique se sont grandement renforcés au cours de ces dernières années, avec un privilège accordé aux secteurs économiques. Selon le Centre de promotion des investissements en Côte d'Ivoire (CEPICI), de 2014 à 2016, les investissements directs de la Belgique en Côte d'Ivoire se sont chiffrés à seulement 6,35 milliards Fcfa. Un investissement qui place la Belgique au 5ème rang des investisseurs européens dans le pays ouest-africain.

Sur le plan commercial, le volume global des échanges est passé de 298 milliards Fcfa (environ 454,3 millions d'euros) en 2012, à 514 milliards Fcfa (environ 783,6 millions d'euros) en 2016, soit une hausse globale de 72 % en quatre ans.

« La Belgique est le deuxième pays importateur européen de produits de Côte d'Ivoire tels que la banane, l'ananas, le pétrole, le zinc  et le bois. De même que  plusieurs entreprises belges sont installées en Côte d'Ivoire, au nombre desquelles figurent BIA Group, ALM industry », a indiqué Didier Reynders.

Gros producteur de chocolat, la Belgique a plus que jamais besoin du cacao ivoirien. Dans le sens inverse, la Belgique exporte vers la Côte d'Ivoire des machines agricoles, des engrais et des services d'ingénierie. Avec ces nouveaux accords, les entreprises belges comptent étendre leur présence dans le pays et dans la sous-région ouest-africaine.

Afrique Tribune

 

 

Tribune

La Première Dame du Rwanda, Mme Jeannette Kagame l’a déclaré au cours de son allocution au Global Citizen Forum récemment tenu à Monténégro. C’était un discours sur l'unité et la réconciliation prononcée sous le thème: « Opportunités à l'ère de l'incertitude. »

A en croire Jeannette Kagame, la reconstruction de la nation rwandaise se fait aujourd’hui avec tous les peuples et toutes les cultures sans tenir compte du passé marqué par l’exclusion de nombreux rwandais. « Aujourd'hui, les africains qui viennent au Rwanda reçoivent des visas à leur arrivée, tandis que les non-africains ont facilement leurs visas grâce à des services en ligne, et sur la base des accords mutuels avec leurs pays respectifs » a-t-elle fait savoir.

Le forum, réunissant divers leaders venant des quatre coins du monde, visionnaires et entrepreneurs, est une plateforme d'échange, d'éducation, de développement et de promotion de la citoyenneté mondiale en tant que mode de vie.

La Première Dame rwandaise a aussi dit qu'il y avait plus à gagner au niveau humain et économique en s'ouvrant aux autres, notant que c'est la raison pour laquelle le Rwanda a délibérément décidé d'autoriser la double nationalité et de plaider en faveur d'une politique de non-visa en Afrique.

Mme Jeannette Kagame a également expliqué pourquoi est-ce que le gouvernement rwandais travaillait sur la question de rapatriement des réfugiés rwandais, en mettant en place des programmes socio-économiques facilitant leur retour avant d’appliquer la clause de cessation du statut de réfugié rwandais, fixée à la fin du mois de décembre 2017.

« Après le génocide de 1994 contre les Tutsis, les Rwandais ont adopté un nouvel état d'esprit, ce qui leur a donné les moyens de façonner leur avenir » a-t-elle rassuré, avant d’ajouter que le Rwanda considère désormais l'éducation comme un outil puissant et capable de promouvoir l'avancement des communautés entières : « nous nous sommes ainsi concentrés sur l'augmentation du nombre d'établissements d'enseignement primaire, secondaire et universitaire pour réaliser la transformation économique et sociale envisagée dans nos plans nationaux de développement. »

La Première Dame a ainsi rappelé que le terrible passé du Rwanda a forgé  l'attitude de la communauté internationale à l'égard d'autres conflits et violences au niveau mondial. « Nous avons, par exemple, accueilli des centaines de milliers de réfugiés et nous leur avons donné accès aux mêmes services d'éducation et de santé que nos citoyens. Nous pensons que les réfugiés ou non, ce sont des êtres humains et qui méritent rien de moins que d’être bien traités avec dignité. »

Le Rwanda est également l'un des principaux fournisseurs des contingents aux missions de maintien de la paix de l'ONU et de l'Union africaine, se classant au cinquième rang des contributeurs au niveau mondial et au deuxième rang en Afrique.

« L'appropriation, la responsabilité et l'interdépendance sont autant de valeurs qui font de nous de bons citoyens, car ils nous qualifient de bons citoyens du monde » disait Madame Jeannette Kagame, ajoutant qu’au Rwanda, les valeurs et les principes culturels sous-tendent des principes de la gouvernance politique et économique et orientent la formulation des politiques et des programmes clés.

Enfin, la Première Dame du Rwanda a souligné la nécessité de continuer à repousser les limites de la division, de plaider en faveur de l'empathie et de l'inclusion en demandant aux dirigeants de rendre aussi compte à la base, chacun au niveau des responsabilités attachés à ses fonctions.

Par Gilbert Cyiza

Calendrier

« July 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31