Lire nos articles en différentes langues ici

 

A Rwandan genocide survivor is expecting to be awarded in 3rd Annual Black History, African people Alliance, GOOD SAMARITAN in the event which will be held in Brooklyn, New York on 24th February this year.

The 2018 receipt is a humanitarian Rwandan humanitarian protagonist Marie Claudine Mukamabano; the founder of non-profit (Why do Exist/Kuki Ndiho) with tha main mission is helping children, dedicated to education, financial, physical, emotional, psychological, spiritual healing and the wellbeing of Rwandan orphans affected by  genocide & HIV/AIDS.

Ms Mukamabano have done a lot of activities in protection of vulnerable children and human being in general. Recently she published her new book, “THE POWER OF SOCIAL MEDIA, BE YOURSELF & CHANGE SOMEBODY’S LIFE TODAY”.  In 2011 she received also a recognition from the ASSEMBLY OF state of New York for turning a life of hardship into one of leadership and advocacy. In the same year she graduated at the international Trauma studies a program directed by Dr Jack Saul a professor at Columbia University.

“I’m so grateful and thankful to all supporters, volunteers, collaborators, helpers and parterns both local and international for this recognition”. Said Mukamabano

 About Samaritan Award

The Good Samaritan Award was established in 1968 and is awarded annually in USA. The award exemplifies concern for exceptional services done by theirs members through their different organizations. The nominee’s life of service is an outstanding example of following the Gospel message, as manifested by the parable of the Good Samaritan, the nominee’s service has also made a significant impact upon the lives of persons in need (regardless of the type of need)

 

2018
Country: Rwanda

Name: Marie Claudine Mukamabano
Organization: Why Do I Exist
Brooklyn, New York, USA

2017
Enrique Morones
Border Angels
San Diego, CA

2016
Cardinal Theodore McCarrick

2015
Sr. Mary Keefe, OP
Nuns Build/St. Bernard Project
Dominican Sisters
Adrian, MI

2014
Fr. Rick Frechette, C.P., D.O.
NPH Haiti
NPH International

2013
Anonymous Good Samaritan

2012
Sister Margaret Rose Smyth, OP
North Fork Spanish Apostolate (NFSA)
Riverhead, NY

By Gilbert Cyiza 

Plus de 3 000 infirmiers spécialisés envoyés en mission dans le Rwanda profond. Ce sont en tout 15 000 villages que ces soldats de la santé ont visités dans le cadre d’un projet porteur d’espoir pour les 34 % de Rwandais ayant des déficiences visuelles.

Le Rwanda est devenu le premier pays à faible revenu à offrir des soins oculaires à tous ses 12 millions d’habitants. La résultante d’une association entre le gouvernement et l’organisation Vision for a Nation (VFAN) qui permis la formation de 3 000 infirmiers repartis dans 502 centres de santé locaux.

Objectif, rapprocher le monde rural des soins de santé, notamment sur les questions oculaires alors que 34 % de la population rwandaise est concernée par le sujet. Les infirmiers ont dès lors consulté, prescrit des lunettes et référé les personnes ayant de graves problèmes oculaires aux cliniques nationales.

“Le Rwanda ouvre la voie en Afrique en offrant à tous ses habitants des soins oculaires abordables (…) L’impact de cette initiative a été énorme”, se réjouit Diane Gashumba, la ministre rwandaise de la Santé.

Si les dirigeants accordent une telle importance à la santé oculaire, c’est parce qu’il a été établi une corrélation entre la mauvaise vue et un cycle infernal de la pauvreté. Au Rwanda, des millions de personnes vivent de la production de café – principal produit d’exportation – dont l’une des étapes est le tri des fèves, tache généralement exécutée par les femmes.

“Ce sont généralement les femmes qui travaillent dans cette industrie, et leur gagne-pain dépend de leur capacité à trier les graines. Vers l‘âge de 45 ans, elles perdent leur capacité visuelle. Leur qualité de travail souffre et donc leur revenu”, explique Dr Graeme Mackenzie, consultant pour Vision for a Nation.

“Maintenant que le soutien de famille ne gagne plus assez, les jeunes filles de la famille sont retirées de l‘école pour pouvoir travailler dans l’agriculture. Elles ne terminent pas leurs études et le cycle de la pauvreté est simplement renforcé”, explique-t-il.

La déficience visuelle, qui concerne quelque 253 millions de personnes à l‘échelle mondiale, est un défi important pour la santé et le développement. De l’avis de Tony Hulton, directeur général de VFAN, les soins oculaires sont un pallier essentiel pour atteindre les objectifs de développement durable. Même si de façon générale, ils sont négligés dans les politiques sanitaires.

Toutefois, la donne pourrait changer. Après le Rwanda, cap sera mis sur le Ghana, avec toujours pour principales cibles, les populations rurales.

africanews

Le président burundais Pierre Nkurunziza avait déclaré hors la loi l'union libre et le concubinage, dans un discours prononcé le 1er mai 2017. Il avait donné jusqu'à la fin de l'année à tous les couples vivant en union libre pour se marier officiellement, dans ce que le gouvernement a qualifié de « campagne de moralisation de la société ». Son objectif : lutter contre la surpopulation, les grossesses non désirées, surtout chez les élèves, ou encore faire aimer son pays, comme l'avait expliqué le ministère de l'Intérieur.

Aujourd'hui, il n'y a pas encore de chiffre global, mais les premiers résultats commencent à apparaître. Le défi était énorme, expliquent les autorités. Dans un premier temps, l'administration a recensé tous les couples vivant en union libre ménage par ménage et jusqu'au fin fond de la campagne burundaise, et il est tombé sur un chiffre des plus précis : 166 769 cas, selon un haut cadre du ministère de l'Intérieur.

Au moins cinq provinces ont déjà acheminé leurs résultats à ce jour. Et dans tous ces cas, environ deux-tiers de ces ménages ont régularisé leurs unions avant la date-butoir du 31 décembre. Le gouverneur de Bururi, Christian Nkurunziza, se dit satisfait. « Nous alignons un total de 100 840 ménages en union libre. Plus de 66% ont déjà régalurisé [leur situation]. »

Sensibilisation, organisations de fêtes collectives, pressions, menaces de sanctions... Tous les moyens ont été bons pour les convaincre pour se marier officiellement. Ceux qui ne l'ont pas fait s'exposent désormais aux sanctions prévues par la loi burundaise et même plus. « Si l'on inflige une peine allant d'un mois à trois mois, une amende de 100 000 à 200 000 [francs burundais, ndlr] et qu'il devient récalcitrant, il sera emprisonné jusqu'à ce qu'il régularise. »

Enfin, il y a les hommes qui entretiennent plusieurs concubines. Les autorités les ont sommés de garder la première de ces femmes.

RFI

RDC: Les évêques belges soutiennent leurs homologues congolais

Les évêques belges ont appelé jeudi la Belgique, l’Union européenne et toute la communauté internationale à s’engager sans tarder avec tous les moyens qui sont en leur possession en faveur du respect des droits et libertés fondamentales de chaque être humain en République démocratique du Congo (RDC) et sont venus au secours de leurs homologues congolais au moment où les relations sont tendues entre l’Eglise et le régime du président Joseph Kabila après la répression des manifestations organisées par des catholiques laïcs. « L’Eglise catholique du Congo est de plus en plus poursuivie par une partie des pouvoirs publics. Selon les Nations unies, le 31 décembre, cinq participants à une manifestation en faveur de la démocratie ont été tués par balles. Des célébrations eucharistiques ont été perturbées par des jets de gaz lacrymogène, des dizaines de paroisses ont été attaquées et pillées, de nombreux fidèles ont été spoliés et intimidés », rappelle la Conférence épiscopale de Belgique dans un communiqué.

Le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, archevêque de Kinshasa, a parlé dans un communiqué de situations barbares et a condamné sévèrement ces événements.

Vendredi aura lieu en la cathédrale de Kinshasa une célébration à la mémoire des victimes des troubles récents.

A la veille de cette célébration, les évêques belges demandent « avec insistance que le respect des droits et libertés fondamentales de chaque être humain puisse enfin aussi triompher au Congo ».

Ils appellent notre pays, l’UE et toute la communauté internationale à s’y engager sans tarder avec tous les moyens qui sont en leur possession.​

La libre Afrique

Sat-B, l’homme de tous les buzz en 2017

Que serait la vie d’un artiste sans sa dose de drames, de scandales et de conflits en tous genres. Dans cet exercice, les artistes burundais ne sont pas restés inactifs en 2017 et si l’année qui vient de s’écouler a connu son lot d’artistes à problèmes, l’enfant terrible de la musique burundaise, j’ai cité Sat-B, aura été sans nul doute celui qui a créé le plus de buzz autour de lui.

S’il avait marqué 2016 avec le buzz autour d’une supposée tumeur au cerveau, Sat-B n’aura pas épargné 2017 pour autant. Toujours fidèle à lui-même, Sat-B a énormément fait parler de lui en 2017 puisque ce dernier n’a pas cessé d’enchainer drames et scandales. Nous n’allons surement pas tous les citer mais nous avons choisi 3 des histoires qui ont créé un réel buzz autour de l’artiste et dont les public n’est pas prêt d’oublier.

 

Sat-B échappe à la mort un soir de Juin 2017

Rien ne présageait une fin de soirée triste pour Sat-B en cette nuit du 9 au 10 juin 2017. Alors que l’artiste revenait d’une soirée organisée par le chanteur Big Fizzo, Sat-B accompagné de son ami Kent-P et son frère sera victime d’un accident de circulation qui lui aurait coûté la vie. Triste dénouement pour une soirée qui avait bien commencé. Une nouvelle qui a ébranlé le cœur des nombreux fans de l’artiste qui s’en est sorti avec plusieurs blessures dont une sur le front. (Pour son véhicule par contre, c’est une autre histoire. A ce jour, il n’est pas encore de retour dans la rue). Pour marquer ce moment qui a secoué l’artiste,  Sat-B sortira un morceau intitulé « Nshimirimana » (Dieu merci). Une façon pour Sat-B de rendre grâce à Dieu d’être encore en vie. Un morceau qui a bien tourné en 2017. Comme quoi, « A quelque chose, malheur est bon »
 

Ça sent l’amour !

Derrière ses allures de « Bad Boy », Sat-b sait également jouer les « lover » (amoureux ndlr). Il l’a si bien illustré en 2017 lorsque celui-ci a fait le buzz à propos d’une supposée histoire d’amour entre lui est la chanteuse Ashley Diva. En effet, en avril 2017 les 2 artistes se sont livré à un jeu amoureux par réseaux sociaux interposés, chacun allant d’une déclaration à une autre qui laissait penser qu’un couple était en formation. Une histoire qui a créé un  véritable buzz. Etait-ce un coup pour faire parler d’eux ou une véritable histoire naissait ? On ne le saura peut-être jamais. Toujours est-il que les 2artistes ont réussi à cristalliser l’attention sur eux.

 

Plus de scène jusqu’à nouvel ordre !

Dernier scandale en date, la décision de l’artiste de ne plus fouler une scène jusqu’à la fin de l’année. Nouvelle qui fait choc, lorsque l’on connait son amour pour la scène et son public. En cause, des échauffourées lors du méga concert « Dunda na Buja FM ». Organisé à l’occasion des 3 ans de la radio Buja FM, ce concert avait réuni la quasi-totalité de la scène urbaine de Bujumbura. Non content du traitement reçu lors de ce concert, traitement qu’il a considéré comme humiliant pour un artiste de son rang, Sat-B prendra la décision de ne plus monter sur scène jusqu’à nouvel ordre. Promesse qu’il a tenu, puisque depuis août 2017, pas une seule fois,  il n’a été vu dans un évènement.

Qu’on l’aime ou pas, Sat-B est un des artistes les plus influents de la scène musicale burundaise et en bien ou en mal, il aura marqué à sa manière l’année 2017. Et s’il a souvent gratifié le public burundais avec ses frasques en tous genres, il aura trouvé le moyen de marquer la fin de cette année en offrant au public un des plus beaux singles de l’année, accompagné d’un clip vidéo à la hauteur de ses ambitions (Feel Love).

Notons que Sat-B signera son grand retour sur scène le 7 janvier 2018 avec un concert intitulé « Indoto Concert ». Un retour en force qui annonce de belles choses pour 2018 qui – disons-le en passant – ne sera pas épargné par les scandales.

Vivement la suite !

 

Moïse MAZYAMBO (Akeza)

Journal Ukuri- vol.106

Liège - Tournoi de Basket 2018

Calendrier

« February 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28