Traduction automatique

 

Moss Kiny

"Parlons Kirundi", un bel ouvrage du Dr Laurent Niyonkuru pour l'apprentissage facile et rapide du Kirundi
 

Rwanda : un jeune touriste japonais surpris du développement spectaculaire du Rwanda

Le jeune japonais Gota Mutamura qui visite le Rwanda pour la première fois

Après le génocide contre les Tutsis en 1994, le Rwanda était confronté à des défis de bonne gouvernance, notamment dans les domaines des ressources humaines, financières, institutionnelles et matérielles.

Aujourd'hui, vingt-deux ans après, le Rwanda est considéré comme un exemple de développement spectaculaire sur le continent africain pour les uns et un « singapour africain » pour les autres.

Par ailleurs, l’unité et la réconciliation ont été renforcées. Ce qui favorise la bonne gouvernance entre les citoyens pour restaurer  un développement socioéconomique durable.

C’est dans ce contexte, Gote Mitamura, 21 ans, d’origine japonaise, étudiant en Sécurité du droit à l’université de Keio en Virginie (Etats Unis d’Amérique), a accordé une interview exclusive à Imburi Phare Media sur les progrès remarquables du Rwanda.

Imburi Phare : Pourquoi avez-vous choisi le Rwanda pour vos vacances ?

Gota Mutamura : En effet, mon université ne me permet pas ni de passer mes vacances au Japon, ni de rester aux Etats Unies. J’étais donc obligé d’aller dans un autre pays pour faire mon stage. J’ai choisi d’aller au Rwanda car je savais que ce pays s’est considérablement distingué au niveau du développement, de la sécurité, de l’augmentation du PIB, de la représentation des femmes au parlement (50%)  en faisant du Rwanda le premier pays en Afrique qui a atteint un tel pourcentage. Mais aussi, le Rwanda est un espace ouvert pour les affaires. Alors, il n’y avait aucune raison pour moi de ne pas visiter le Rwanda.

Imburi Phare : Qu’est ce qui vous a étonné le plus dès votre arrivée au Rwanda ?

Gota Mutamura : Dès la sortie de l’avion, je me voyais aux Philippines, en Inde voire même à Singapour… Je me suis vraiment senti  nostalgique. Après, j’ai demandé au taximan de m’amener à l’hôtel. Au cours de mon trajet, je lui ai demandé de faire un peu le tour de la ville. Incroyable ! C’est au-delà de mes attentes ! Avec une ville très propre normalement inhabituelle en Afrique, avec de bonnes routes, des espaces verts, pas de bruits de voitures comme en Inde ! Les gens sont généralement gentils et prêts à aider les visiteurs à trouver leur chemin en ville. Des lampadaires un peu partout !

Imburi Phare : Quelles recommandations pouvez-vous donner pour garder ces réalisations ?

Gota Mutamura : Je pense que le gouvernement doit veiller à garder la sécurité du pays pour longtemps. Car c’est absolument une chose très importante pour les investisseurs qui ont la volonté d’implanter leurs affaires au Rwanda.

J’ai entendu aussi qu’ici, il n’y a pas des opportunités d’emploi pour les jeunes, c’est le devoir du gouvernement d’encourager les entreprises étrangères pour qu’elles amènent leurs affaires ici et d’embaucher les jeunes Rwandais.

Par ailleurs, l’Etat doit se concentrer sur l’éducation des jeunes puisque c’est eux les dirigeants du Rwanda de demain (fin).

Depuis 22 ans, le PIB par habitant a été multiplié par cinq. Parallèlement, ces dernières années, le taux de pauvreté a baissé d'environ 25% et les inégalités ont été réduites selon la Banque mondiale (BM).

Le Rwanda vise désormais à devenir d'ici 2020 un pays à revenu intermédiaire en passant d'une économie encore essentiellement agricole à une économie de services.

David Musoni et le japonais Gota Mutamura dans le jardin de "Mu Rugo Rwanda Hostel"

David Musoni, le propriétaire de « Mu Rugo Rwanda Hostel », un petit hôtel où logeait le japonais Mutamura, estime  quant à lui qu’il reçoit  les touristes et les gens travaillent dans différentes institutions. Et Beaucoup de gens venant de l’Europe, Amérique, Canada et Australie visitent souvent le Rwanda après avoir entendu l’énorme progrès réalisé après de moments tragiques que le pays a traversés.

« Quand les visiteurs arrivent ici, ils  se sentent comme chez eux et ils ont tendance d’y rester longtemps car ils trouvent que ce qui est sur l’internet est conforme à la réalité sur terrain. Et alors, ils invitent leurs camarades à se rendre aussi au Rwanda. », a-t-il confié.

Au Rwanda après l’agriculture, le tourisme se classe au second rang des secteurs où le pays obtient des devises. L’industrie touristique au Rwanda dispose par ailleurs d'excellentes infrastructures et une gamme d'attractions touristiques emblématiques qui conviennent aux personnes venant du monde entier sans oublier que la ville de Kigali à une fascination particulière pour les visiteurs.

Gilbert Cyiza, Imburi Phare, Kigali

Journal Ukuri- vol.69

Autres titres

Imburi Twitter

RT @NEpithace: Ces enfants #Imbonerakure à qui le @CnddFdd enseigne la haine & la division,ces derniers sont une véritable bombe à retar…
@XandrineUmutoni @RwandaRemembers @Ibuka_Rwanda https://t.co/CRJQMQdgFX
Mon fils, c’est une longue histoire », un livre inédit du député Edouard Bamporiki https://t.co/H2WnoFMSEY… https://t.co/QTrsbyfZXV
RT @habariRDC: #GOMA: Une initiative lancée par le MAIDEN vise à planter 15000 arbres en employant des ex-militaires . #RDC https://t.co/LW…
RT @Baconib: C'est à nous, #Burundi-ais, de solutionner notre problème.« Akimuhana kaza imvura ihise» @iburundi @Ikiriho @EUtoAU https://t.…
Follow Imburi Phare on Twitter