Lire nos articles en différentes langues ici

 

Réchauffement climatique : l’Afrique et l’Asie premières victimes économiques

La hausse des températures pèsera surtout sur la productivité des activités intensives en main-d’œuvre dans les économies émergentes, qui seront également soumises à des risques de blackout liés à un recours accru à la climatisation.

L'hémisphère nord vient de subir l'une des pires périodes de canicule de son histoire moderne. Mais il devrait néanmoins demeurer la zone la plus tempérée, et donc la moins exposée aux conséquences du changement climatique, notamment sur le plan économique.

Selon une étude réalisée par le cabinet britannique Verisk Maplecroft, c'est en effet en Asie du Sud Est et en Afrique que les conséquences économiques du réchauffement climatique devraient peser le plus lourd dans les 30 prochaines années. En cause : la baisse de productivité due à des températures de plus en plus élevées et le poids des activités intensives en main d'œuvre dans ces économies émergentes, et en particulier dans leurs exportations. En outre, sous l'effet de la croissance démographique et de l'urbanisation, c'est dans ces mêmes pays que le recours à la climatisation va progresser le plus, alors même que leurs systèmes électriques sont d'ores et déjà fragiles. En conséquence, les risques de coupures d'électricité seront d'autant plus élevés, et menaceront notamment les entreprises installées dans ces pays.

Une perte de 78 milliards de dollars pour l'Asie du Sud-Est

L'étude du cabinet britannique montre ainsi que 10,8% de la valeur des exportations de l'Afrique de l'Ouest sont menacés par la hausse des températures d'ici à 2050, 7,9% en Afrique sub-saharienne, 6,1% au Moyen-Orient, et 5,2% en Asie du Sud et Asie du Sud Est. Les pays africains représentent la moitié des 48 pays notés en « risque extrême » dans l'indice de stress chaleur élaboré par Verisk Maplecroft. Sur la base des valeurs actuelles, cela correspond à une perte annuelle de 78 milliards de dollars par an pour l'Asie du Sud Est et près de 10 milliards pour l'Afrique. Sans surprise, le Royaume-Uni, l'Irlande, la Finlande et la Scandinavie sont parmi les moins exposés. À titre de comparaison, 3,9% de l'économie sud-américaine et seulement 1% de l'économie américaine et 0,1% de l'économie européenne sont menacées.

L'agriculture ainsi que les secteurs pétrolier et minier sont les plus exposés à la baisse de productivité liée à la chaleur, car ils sont très intensifs en main-d'œuvre travaillant le plus souvent à l'extérieur. Cette baisse de la productivité pourrait entraîner des pénuries pour certains produits ou au moins des hausses de coût de production. Ces menaces sur la chaîne d'approvisionnement pourraient à leur tour inciter les acheteurs à modifier leurs sources d'approvisionnement et à délaisser ces pays, entraînant ainsi un effet boule de neige sur ces économies régionales. À titre d'illustration de secteurs particulièrement menacés, les auteurs de l'étude citent le pétrole au Nigeria ou encore les exportations de cacao en Côte d'Ivoire et au Ghana.

Des réseaux électriques mis à mal par une urbanisation galopante

En Asie du Sud Est, c'est plutôt le secteur manufacturier qui est le plus concerné, notamment au Vietnam et en Thaïlande, spécialisés dans les mécanismes et les composants électriques, et qui représentent près des deux-tiers de la valeur des exportations de la région menacée par le réchauffement climatique.

Globalement, la consommation due à l'utilisation de la climatisation de 2.000 térawattheures (TWh) aujourd'hui selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), devrait tripler d'ici à 2050 pour faire face à la conjonction du réchauffement, de la croissance démographique et de l'urbanisation galopante. Cette hausse devrait se concentrer essentiellement dans les pays les plus menacés par les vagues de chaleur et dans lesquels l'urbanisation sera la plus forte, à savoir, une fois encore, l'Afrique et l'Asie du Sud Est. Ce sont également des régions dans lesquelles les systèmes électriques sont déjà les plus fragiles, et donc les plus à risque face à de telles hausses de consommation.

Seuls 76% des Africains ont aujourd'hui accès à l'électricité, et les entreprises installées sur le continent subissent en moyenne huit blackouts par an. Indépendamment de la climatisation en tant que telle, la hausse de la population urbaine, qui devrait atteindre 235% d'ici à 2050, met en évidence les défis auxquels fait face le système électrique de la région. Cette conjonction entre zones les plus menacées par la hausse des températures et les plus concernées par une urbanisation rapide s'observe également, bien que dans une moindre mesure, au Moyen-Orient et en Asie. Les plaques tournantes de la production industrielle telles que Delhi ou Dhaka (Bangladesh) sont les plus exposées aux risques de blackouts. Ces derniers surviennent déjà fréquemment en période estivale en Inde, un pays qui devrait voir sa population urbaine plus que doubler d'ici à 2050.

Il semble donc indispensable pour toutes ces régions d'anticiper ces effets imbriqués de la hausse des températures, de l'urbanisation et de la climatisation. Côté systèmes électriques, la solution est probablement à chercher dans une complémentarité entre des réseaux modernisés et renforcés et une multiplication des sources de production décentralisée d'énergies renouvelables.

 LT

Journal Ukuri n°138

Calendrier

« November 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30