Lire nos articles en différentes langues ici

 

Ouganda : la raffinerie pétrolière de 60 000 barils par jour reviendra plus cher à l’Etat

Ouganda : la raffinerie pétrolière de 60 000 barils par jour reviendra plus cher à l’Etat

(Agence Ecofin) - La raffinerie pétrolière de 60 000 barils/jour, pour un coût de 2 milliards de dollars, dont l’Ouganda envisage de se doter, pourrait lui revenir plus cher que prévu.

En effet, outre les 60% de parts qui reviennent au consortium opérateur de l’usine (Saipem d'Italie, Yaatra Ventures des Etats-Unis d'Amérique et Intra-continent Asset Holdings), l’Ouganda, le Kenya, la Tanzanie, le Rwanda et le Burundi devraient chacun prendre 8% de parts pour compléter les 40% restants.

Mais Irene Muloni (photo), la ministre ougandaise du Pétrole a déclaré, lundi, que seule la Tanzanie a pris sa part de 8%. Le Kenya a pris 2,5%. Le Rwanda et le Burundi ne se sont, jusqu’ici, pas manifestés. Par conséquent, Kampala envisage d’acquérir les parts restantes.

Selon The East African, les Ougandais vont probablement creuser plus profondément dans leurs poches pour financer la construction de la raffinerie. Déjà, à l’annonce, en avril dernier, du deal avec les autres pays d’Afrique orientale, la presse locale avait relevé que le pays s’endetterait lourdement pour acquérir ces 8%.

L’annonce de la ministre vient ainsi jeter des doutes sur la réalisation du projet. Au niveau local, les analystes estiment qu’il sera compliqué pour l’Ouganda de lever les fonds nécessaires pour la réalisation du projet.

Olivier de Souza

Journal Ukuri n°144

Calendrier

« December 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31