Lire nos articles en différentes langues ici

 

Ley Matampi, le gardien de but international congolais, n'a pas prolongé avec le TP Mazembe et se retrouve sur le marché.

« Le TPM informe avoir accepté la demande de Ley Matampi de quitter le club à la fin de son contrat qui s'achève ce samedi 3 mars 2018 », indique le TP Mazembe sur son site officiel. Au club depuis son arrivée en provenance de l'AS Vita Club en 2011, le portier aura passé deux ans de prêt chez les Angolais de Kabuscorp (2013-2015) puis un an, toujours en prêt, au DC Motema Pembe (2016). Le joueur de 28 ans se retrouve par conséquent sur le marché.

sports.orange.fr

 

Saido Berahino très agacé par les paparazzis

L’attaquant de Stocke City Saido Berahino a posté un message inattendu. Il demandait aux journalistes des tabloïds anglais de le laisser en paix. On peut sentir une sorte d’agacement dans le message posté par ce burundais naturalisé anglais.

Cela va faire des jours que des paparazzis  tournent autour de Saido Berahino et surtout près de son ménage. C’est sur twitter que ce joueur de Stocke City a réglé ses comptes. « Je suis juste un garçon venu du Burundi, personne ne se soucie de moi. Arrêtez de venir  à ma maison» a-t-il écrit en postant une vidéo de ces paparazzis.

Et de continuer : « Ce qui se passe ici ne concerne que moi et ma famille». Saido Berahino ne passe pas une bonne période de carrière. La dernière fois qu’il a trouvé la cage c’était le 24 février 2016, soit 44 matches joués en 2 ans sans marquer aucun but , toutes compétitions confondues.

Le départ de  Saido Berahino de West Bromwhich Albion  vers Stocke City n’a pas changé grand-chose. Toutefois, Paul Lambert, entraineur de Stocke City croit en lui, il sait qu’un beau jour Saido Berahino retrouvera sa forme. «Tout ce dont il a besoin, c’est juste un but. Marquer un but lui redonnerait confiance en lui. Il a besoin du temps de jeu» souligne Paul Lambert, coach de Stocke City.

 

Ce qui arrive à Saido Berahino est dommage. Il y a 3 ans, Saido Berahino était considéré comme l’un des meilleurs espoirs du football anglais. Maintenant seul son ancien coéquipier de l’équipe national anglaise des moins de 20 ans Harry Kane a pu percer comme les gens s’y attendaient.

Armand NISABWE (Akeza)

Premier match avec Gilbert Kanyenkore, première victoire. C’est par ce succès que Gilbert Kanyenkore commence ses activités. Cela va faire 2 semaines que Gilbert Kanyenkore alias Yaoundé a repris son travail avec Vital’o, cela 2 ans après avoir été éjecté de ce club.

Hier, au stade Prince Louis Rwagasore, Vital’o FC s’est imposé face à Flambeau de l’Est sur un score de 1-0, de quoi lui permettre d’entamer comme il faut ses fonctions. A la fin du match, Gilbert Kanyenkore s’est confié à nous. Le technicien est conscient qu’il va falloir retrousser les manches afin de ramener Vital’o FC à un bon niveau.

« Vous voyez, c’est un club constitué de jeunes. Il est trop tard pour faire un recrutement, on va devoir utiliser les éléments disponibles. J’apprécie bien, rien que quelques jours, ils comprennent déjà mes instructions » a-t-il dit entouré de plusieurs supporters de Vital’o FC.

Concernant son sentiment par rapport à ses retrouvailles avec Vital’o FC, Yaoundé n’a pas caché ses émotions. « Vous savez, moi et Vital’o FC, c’est une longue histoire. Je n’ai pas imposé de conditions pour revenir. Je venais de passer 2 ans sans ce club, mais déjà 2 semaines sans Vital’o FC, c’est beaucoup pour moi ».

Pour le moment, Vital’o FC pointe à la 5ème position avec 33 points.

Armand NISABWE (Akeza)

Le congolais Cedric Bakambu pourrait devenir le joueur le plus cher sur le continent.

Bakambu a tourné le dos à de nombreuses offres venant de clubs européens pour signer en Chine dans la ligue de Bejing Guoan pour 40 millions d’euros pour son départ de Villareal. Il pourait gagner 18 millions d’euros par an hors taxes, une offre surlaquelle le joueur n’a pas voulu cracher.

Africa foot

 

La ministre française des Sports Laura Flessel poursuivait samedi une visite officielle au Rwanda où elle a mis en avant "la diplomatie du sport", dans un contexte de relations bilatérales empoisonnées depuis desannées par le génocide de 1994, indique une source officielle.

Vendredi, Mme Flessel s'est entretenue avec son homologue rwandaise Julienne Uwacu. "Un entretien fructueux" centré sur la promotion du sport féminin et le développement de partenariats entre la France et le Rwanda sur certaines disciplines, notamment le cyclisme, s'est félicité la ministre française.

Mme Flessel a indiqué que sa visite visait à "promouvoir les relations diplomatiques entre la France et le Rwanda à travers le sport", a pour sa part rapporté samedi à l'AFP un haut responsable du ministère rwandais des Sports et de la Culture.

Après avoir visité le mémorial du génocide rwandais, qui a fait entre avril et juillet 1994 quelque 800.000 morts selon l'ONU - principalement au sein de la minorité tutsi - Mme Flessel s'est rendue samedi dans un club de cyclisme du nord du pays, dans le district de Musanze. Elle doit quitter le Rwanda dimanche matin.

La visite de la ministre française des Sports intervient quelque cinq mois après une rencontre entre les présidents Paul Kagame et Emmanuel Macron à New York en marge de l'Assemblée générale des Nations unies.

Dans les coulisses du dernier sommet de l'Union africaine à Addis Abeba fin janvier, les rumeurs allaient bon train sur une possible visite officielle de M. Macron au Rwanda dans le courant du premier semestre 2018.

Lors de ce sommet, M. Kagame a été élu par ses pairs président en exercice de l'organisation continentale pour un an.

Rencontre avec le président de la fédération rwandaise de cyclisme pour un échange avec les entraîneurs de l’union francophone de cyclisme. 

La dernière visite d'un chef de l'Etat français au Rwanda remonte à celle de Nicolas Sarkozy en février 2010, qui avait alors reconnu de "graves erreurs d'appréciation" et une "forme d'aveuglement" de la France, sans pour autant présenter les excuses attendues par les victimes rwandaises.

Le Rwanda accuse depuis des années la France, à l'époque soutien du régime extrémiste hutu rwandais à l'origine du génocide de 1994, de participation aux massacres, ce que Paris conteste catégoriquement.

 AFP

Journal Ukuri n°141

Calendrier

« December 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31