Lire nos articles en différentes langues ici

 

Vivier du cyclisme rwandais depuis le génocide, la ville de Musanze a vu émerger Joseph Areruya, espoir du pays et vainqueur de la 3e étape du Tour du Rwanda.

La zone d'arrivée de la 3e étape, à Musanze

C'est à nouveau le jeune Joseph Areruya qui s'est imposé ce mercredi lors de la 3e étape du Tour du Rwanda deux jours après sa première victoire à Huye. Le Rwandais âgé de 21 ans qui court désormais pour l'équipe réserve de Dimension Data s'est imposé en force, au sprint dans les rues de Musanze. C'est dans cette ville du nord du Rwanda accolée aux volcans où vivent les dernières colonies des gorilles de montagne, que Jonathan Boyer l'ancien pro américain, équipier de Bernard Hinault chez Renault sur le Tour 1981, avait créé en 2006 les bases de son centre d'entraînement pour les jeunes cyclistes du pays douze ans après le génocide.

Ces jeunes pour la plupart orphelins, traumatisés par les atrocités de la guerre

L'Américain s'était pris de passion et d'amitié pour ces jeunes pour la plupart orphelins, traumatisés par les atrocités de la guerre et avait voulu leur donner une chance de construire leur vie grâce au cyclisme. La première génération de ses coureurs d'alors, celle du génocide, est presque déjà aujourd'hui à la retraite mais ce sont désormais les plus jeunes qui reprennent le flambeau. Ceux qui sont nés juste après le génocide. 

Joseph Areruya fait partie de cette nouvelle vague, moins meurtrie et ainsi ambitieuse. Son passage cette année dans l'équipe développement de Dimension Data, celle de Mak Cavendish, a été un déclic. Il a couru la plupart des courses du calendrier U23 et a notamment remporté une étape du Baby Giro, le Tour d'Italie réservé aux moins de 23 ans. Battu mardi par le Suisse Simon Pellaud qui l'avait privé de son maillot jaune de leader gagné la veille, il a tenté aujourd'hui en vain de le récupérer. Il s'est rattrapé en gagnant le sprint en espérant que les étapes à venir très montagneuses lui donneront l'occasion de s'affirmer comme le grand espoir du cyclisme rwandais, voire africain.

lequipe.fr

Le Rwanda a empoché le 16e et dernier ticket pour la phase finale de la 5ème édition du Championnat d’Afrique des nations (CHAN) prévue en 2018 au Maroc, à l’issue dimanche des barrages l’ayant opposé à l’Ethiopie.
[Img : CHAN 2018 : Le Rwanda s’empare du dernier ticket]

Forts de leur succès 3-2 obtenu à l’extérieur à l’aller, les « Amavubi » se sont contentés d’un nul blanc (0-0) au retour, dimanche, synonyme de qualification pour eux.

Eliminés au dernier tour éliminatoire dans la zone Centre-Est, l’Ethiopie et le Rwanda ont été cooptés pour disputer les barrages en deux manches à la suite du désistement de l’Egypte, choisi après la désignation du Maroc en remplacement du Kenya pour accueillir le CHAN 2018.

Pays-hôte de la précédente édition, le Rwanda (zone Centre-Est) sera au rendez-vous du prochain du CHAN, prévu du 12 janvier au 4 février 2018 au Maroc, e compagnie de 15 autres sélections que sont sont le Maroc (pays hôte), la Libye et l’Egypte (zone Nord), la Mauritanie et la Guinée (zone Ouest A), le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire et le Nigeria (zone Ouest B), l’Ouganda et le Soudan (zone Centre et Est), le Cameroun, le Congo et la Guinée Equatoriale (zone Centre), l’Angola, la Namibie et la Zambie (zone Sud).

La compétition se déroulera dans quatre villes : Casablanca, Marrakech, Agadir et Tanger. La cérémonie de tirage au sort de la compétition aura lieu le 17 novembre prochaine à Rabat, la capitale administrative chérifienne.

Afrique foot

Seize équipes prendront part au prochain CHAN prévu du 12 janvier au 4 février 2018.

Le Rwanda s'est qualifié pour l'édition 2018 du Championnat d'Afrique des nations, CHAN, en sortant l'Éthiopie lors des barrages.

Les deux équipes ont fait match nul, 0-0 au retour ce dimanche à Kigali.

L'équipe nationale locale du Rwanda avait remporté la manche aller à Addis-Abeba, 3-2.

Le Rwanda a joué les éliminatoires en remplacement de l'Egypte, qui s'est retirée de la compétition en affirmant que le calendrier des matches ne lui convenait pas.

Le Rwanda a organisé le CHAN l'année dernière.

Le Maroc organisera le CHAN 2018, dont le tirage au sort aura lieu vendredi prochain.

La compétition que disputeront 16 équipes constituées de joueurs locaux, aura lieu du 12 janvier au 4 février.

BBC.com

ean-Bosco Nsengimana célèbre sa victoire ce dimanche. (Tour du Rwanda/D.R)

Les deux derniers vainqueurs du Tour du Rwanda, Jean-Bosco Nsengimana (2015) et Valens Ndayisenga (2014 e 2016) ont raflé les deux premières places du prologue de l'épreuve qui se déroulait ce dimanche dans les rues de Kigali la capitale.

Deux secondes séparent les deux Rwandais Nsengimana et Ndayisenga sur la ligne d'arrivée, ce dimanche à Kigali, alors que le Sud-Africain Stefan De Bod de l'équipe réserve de Dimension Data a été relégué à six secondes. Le classement de ce premier rendez-vous de 3,3 kilomètres chronométrés a été l'occasion pour les coureurs rwandais de démontrer leur potentiel de rouleurs alors qu'on les attend aussi en montagne durant toute la semaine, six d'entre eux ayant pris place dans le top dix de ce prologue. Côté Français, le Breton Matthieu Jeannès 21e à dix-huit secondes du vainqueur occupe la meilleure place. 

Philippe Le Gars |lequipe.fr

Vainqueur d'Ivoiriens brouillons (0-2), le Maroc retrouvera la Coupe du monde, 20 ans après sa dernière participation. Les Éléphants de Côte d’Ivoire, eux, sont éliminés. La Tunisie a également validé son billet pour la Russie.

Il n’y aura finalement pas eu de match. Dans un stade Félix Houphouët-Boigny plein à craquer, la Côte d’Ivoire devait s’imposer face au Maroc pour se qualifier pour la Coupe du monde 2018. Crispés par l’enjeu, incapables de produire du jeu, les Éléphants se sont logiquement fait corriger par des Lions de l’Atlas qui se souviendront longtemps de cette soirée abidjanaise (0-2).

Deux buts, signés Dirar (25e) puis Benatia (29e), ont envoyé les hommes de Hervé Renard en Russie. Ils y disputeront leur tout premier Mondial depuis vingt ans et l’édition française de 1998. La génération portée par les Dirar et autres Belhanda fait ainsi écho à ses glorieux aînés emmenés à l’époque par les légendes du football marocain que sont Naybet et Hadji.

Voir l'image sur Twitter

Une défense de fer

Les Marocains, une fois encore, se sont appuyés sur leur assise défensive pour construire leur victoire. Face à la Côte d’Ivoire, ils n’ont pas encaissé le moindre but, comme ce fut également le cas durant toute la campagne de qualifications (trois victoires, trois nuls, onze buts marqués, aucun encaissé).

La soirée aura également un goût particulier pour le sélectionneur marocain Hervé Renard, qui a donc permis au Maroc de retrouver l’élite du football mondial, sans pouvoir éviter d’écrire l’une des plus tristes pages du football ivoirien. Une sélection chère à son cœur, puisqu’il l’avait menée au sommet du continent lors de la Coupe d’Afrique des nations 2015.

 
 

La Tunisie également du voyage

La soirée restera sans nul doute dans les annales du côté du Maghreb, puisque quelques minutes après le coup de sifflet final de Côte d’Ivoire - Maroc, c’est la Tunisie qui a validé elle aussi son billet pour le Mondial russe. Les Aigles de Carthage, qui recevaient la Libye, ont obtenu leur qualification à la faveur d’un résultat nul (0-0) qui leur a permis de préserver leur invincibilité.

Douze ans après sa dernière qualification, la Tunisie de l’inoxydable gardien Aymen Mathlouthi retrouvera donc, l’été prochain, le gratin du football mondial.

France 24

Calendrier

« June 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30