Lire nos articles en différentes langues ici

 

Quatre fois sacré journaliste de l’année, dans les années 2000, par la FFB, Tharcisse Tungabose a su captiver les auditeurs de l’émission sportive à la radio nationale du Burundi.

Depuis plus de trois décennies, Tharcisse Tungabose mène une vie de sacerdoce devant le micro. Le virus du sport lui a été inoculé, dès son jeune âge, par ses grands frères.

«En 1969, à 8 ans, je prenais les journaux que mon grand frère, staff de l’équipe Prince Louis, amenait à la maison. Pas pour les lire, juste pour contempler les photos des joueurs. » En troisième année primaire, il est déjà un amateur de sport. «Quand mes frères demandaient des cadeaux en provenance de la ville, moi je me précipitais pour fouiller dans le sac de mon père pour voir si je pouvais y trouver un journal », lâche-t-il avec un large sourire. Tharcisse ne lisait que la page 4 réservée au sport.

Il est un fils de Bukeye, en province Muramvya. «Chez nous, il n’y avait pas de radio, encore moins de téléviseur. Pour écouter la retransmission en direct des matches, je devais me déplacer chez mon oncle. J’aimais surtout les commentaires des matches en swahili d’un certain Juma Muhamoud». En 1973, il est orienté à l’école secondaire Saint-Michel près du stade. Faute de moyens pour assister aux matches, il escaladait la clôture. « Quand les agents de sécurité m’attrapaient, des fessées pleuvaient. Il m’est arrivé d’être battu jusqu’à être hospitalisé au Prince Régent Charles, lors d’un match qui opposait deux grandes équipes d’alors : Burundi sport dynamique et Dragon. Je n’oublierai jamais ça ! »

A l’école Saint Michel, il se fait inscrire dans l’équipe initiée par Frère Basile. Trois ans plus tard, il part continuer ses études au Collège Muramvya. Il n’abandonne pas, pour autant, le sport. Les journaux et la radio sont toujours près de lui.

En juin 1980, il termine ses études et s’apprête à faire le droit à l’Université du Burundi. Entre-temps, il passe un examen à la Radio nationale avec succès, et sa carrière de journaliste commence en 1981.

En 1990, il passera son baptême de feu en tant que journaliste sportif. Tharcisse Harerimana, autre grand journaliste sportif, avait demandé à être appuyé par quelqu’un d’autre. Comme Tharcisse était toujours au stade, il est désigné pour la retransmission en direct. « Mon rêve devenait réalité. Quelle joie de côtoyer les grands sportifs ! » Une longétivité professionnelle de 34 ans. Son secret ? La passion.

« Visez l’excellence ! »

A 54 ans, ce père de 3 enfants, conseille aux professionnels de la presse sportive de ne pas mettre l’intérêt matériel en avant. « Visez plutôt l’excellence ! Et travaillez aussi en synergie pour la promotion des sports ».
Un fidèle auditeur de la radio nationale évoque les astuces pour écouter l’émission sportive présentée par Tharcisse Tungabose, les lundis à 22h. « A l’école secondaire, les postes de radio n’étaient pas permis dans les dortoirs. Quand il s’agissait d’écouter Tungabose, je prenais le risque de me faire attraper par les encadreurs. Même ceux qui n’aimaient pas le sport, on finit par être conquis. »

Source: Floribert Nisabwe | iwacu-burundi.org

Calendrier

« June 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30