Lire nos articles en différentes langues ici

Burundi - Agriculture : Toujours de défis à relever

                                

Vendredi dernier se tenait à la station régionale de recherche à Gisozi, une réunion d’échange entre le 2ème Vice-président de la république et les hauts cadres et cadres du ministère de l’agriculture. Etaient aussi présent les différents partenaires financier et les présidents de conseil d’administration. L’objectif de cette réunion était l’évaluation des activités réalisées au cours du deuxième semestre 2017 et les perspectives d’avenir et les défis dans ce secteur.

Pour le Dr Joseph Butore il s’agissait de vérifier l’adéquation des orientations du gouvernement vis-à-vis des rapports des activités transmis périodiquement et la réalité qui prévaut sur terrain. Selon le 2ème vice-président, quoi que les chantiers avancent, il est difficile d’aboutir à une meilleure coordination. Tout en soulignant que le ministère ne suit pas à la ligne le plan d’action annuel validé par le gouvernement, ce qui rend difficile l’évaluation.

Il est a noté que la part que la note de 67% que le ministère de l’Agriculture et de l’Élevage a obtenue en 2017 lors de l’évaluation des performances est en deçà de la moyenne. Celle-ci devrait être relevé en 2018.

Le ministre Déo Guide Rerema, qui a présenté les réalisations du secteur à agricole, a également énoncé certains défis auxquels fait face le secteur agricole au Burundi. Parmi ces défis il a cité le faible niveau des lauréats des écoles techniques et de l’université, la lenteur dans les procédures de passation des marchés, la faible implication de l’administration locale, la faible appropriation des bénéficiaires de la recherche, la concurrence déloyale que subit l’Office du thé du Burundi (OTB), le manque d’électricité et bien d’autres.

Des défis auxquels le Dr Joseph Butore a tenté de répondre en donnant les raisons de ceux-ci et en prodiguant des conseils à l’assistance. A titre d’exemple, le 2ème vice-président affirme que le problème lié à l’électricité sera levé d’ici à 2018. Il a donc exhorté à l’assistance de continuer à travailler d’autant plus qu’au-delà des contraintes et  défis, la saison B de cette année a été relativement bonne.

Akeza